Gaza-ville/Sderot, le quotidien de deux mères de famille

Au douzième jour de l'offensive israélienne, deux mères de famille témoignent. L'une vit dans la bande de Gaza, à Gaza-Ville, l'autre est en Israël, à Sderot. D'un côté, la peur des bombardements israéliens. De l'autre, la crainte des roquettes tirées par les islamistes palestiniens. Elles nous ont raconté leur journée d'hier, heure par heure.

Reem El-Nounoun, 34 ans, professeur d'anglais, élève ses trois enfants à Gaza-Ville, dans le quartier de Tal Alhawa. Ohana Mari, 58 ans, est une retraitée israélienne d'origine marocaine. Elle est mère de quatre enfants et grand-mère de sept petits-enfants.

Vous pouvez leur poser des questions sur leur fiche profil, nous leur transmettrons : Reem El-Nounoun, Ohana Mari.

Levées à l'aube

5 heures, Gaza-Ville - Debout, après une nuit sans sommeil. Les enfants n'ont presque pas dormi de la nuit. Moi, je n'ai pas fermé l'œil. Tout le monde - mon mari, les enfants et moi - dort dans la même pièce. La nuit, c'est dur. On entend les bombardements intensifs des Israéliens. Les enfants pleurent, ils ont peur. Toute la famille est réveillée très tôt. Il n'y a pas d'électricité. Je suis fatiguée, exténuée.

J'essaie de trouver de l'eau. Parfois, il y en a un peu d'eau qui coule des robinets. Ce matin, il y en a. Je prépare le petit-déjeuner et des choses à manger pour le reste de la journée. Nous avons réussi à mettre de côté un peu de nourriture pour quelques jours : des œufs et du riz. Mais nous n'avons pas de pain car il n'y a pas de farine.

6 heures, Sderot - Le café pour les enfants. Je me lève tôt pour préparer le café pour mes deux fils qui partent travailler à l'usine. Ensuite, je retourne dormir un peu. Souvent, j'entends les sirènes, mais aujourd'hui, je n'en ai pas entendu. Quand j'entends une sirène, cela veut dire que les islamistes ont lancé une roquette. Avant, je courais comme une souris me cacher sous l'escalier ! Mais maintenant, je cours dans ma chambre sécurisée. C'est un abri.

7 heures, Gaza-Ville - Le téléphone, pour savoir. Tôt le matin, je téléphone à tous les membres de ma famille : mes parents, mes sœurs et mes frères pour savoir s'ils vont bien, s'ils sont toujours vivants. Aujourd'hui, tout le monde est en vie.

8 heures, Gaza-Ville - La radio, pour savoir encore. J'écoute les radios locales, on en capte plusieurs ici, à Gaza : il y a Al Aqsa, Al Qods, El Burak. Je ne peux pas regarder la télévision car ça ne marche pas, il n'y a pas d'électricité. Alors toute la journée j'écoute la radio pour savoir ce qui se passe.

Mon mari aussi reste toute la journée à la maison. Parfois, il va voir les voisins pour discuter avec eux, mais ces derniers jours, il préfère rester à la maison. Nous nous sentons en danger en permanence.

9 heures, Sderot - Les informations. Dans la matinée, je lis les journaux, surtout Yedioth Aharonot et je regarde la télévision, les chaînes d'information israéliennes.

Et puis je fais un peu de ménage, de lessive et de repassage. Ce n'est pas une vie normale, je ne peux plus mettre le nez dehors. Cela fait 12 jours que je ne suis pas sortie. De toute façon, il ne reste plus grand monde. Depuis le début de la guerre, 70% des habitants de Sderot sont partis, à Tel-Aviv ou ailleurs, dans des villes plus sûres. Moi, je reste à cause de mes deux fils. Les enfants ont très peur. Les gens sont partis surtout pour protéger leurs enfants.

10 heures, Gaza-Ville - Les enfants s'ennuient. Ils ne vont pas à l'école. Cela fait 12 jours maintenant qu'ils sont enfermés à la maison. Ils n'arrêtent pas de me dire : "On veut aller jouer dehors !" Mais je ne peux pas les laisser sortir. Alors ils jouent un peu, souvent ils jouent aux cartes.

Il y a deux jours, c'était l'anniversaire du petit dernier, Hamed. Il a eu 8 ans. Il m'a dit : "Je veux qu'on fasse une fête pour mon anniversaire !" Mais je n'ai pas pu faire un gâteau parce que je n'ai pas de farine et il y a très peu de gaz. Alors, j'ai invité les enfants des voisins. On a allumé une bougie. Mon fils était content.

Trois heures de trêve à Gaza, l'ennui à Sderot

13 heures, Gaza-Ville - Heure de trêve. Pour la première fois depuis le début de la guerre, les Israéliens disent qu'ils vont arrêter les combats à partir de maintenant et pendant trois heures. Nous attendons. Nous passons à table. Le repas, c'est juste un plat principal. Aujourd'hui, c'est du riz.

13 heures, Sderot - Omelette et poulet. Aujourd'hui, je me suis fait des œufs battus et un sandwich au poulet. Et puis un café.

14 heures, Gaza-Ville - La rue ! Comme promis, les bombardements israéliens ont cessé. Avec mon mari et les enfants, nous sortons pendant une heure. C'est la première fois que les enfants mettent le nez dehors en 12 jours. Ils sont ivres de joie. Mais nous, nous avons peur. Il n'y a pas de bombardement, mais on entend des avions dans le ciel. On voit que beaucoup d'immeubles ont été détruits. Nous allons au magasin faire des provisions. Nous prenons des boîtes de conserve, des haricots en boîte et de la viande.

15 heures, Sderot - Des nouvelles des voisins. Dans l'après-midi, j'ai discuté avec les voisins. On parle toujours de ce qui se passe ici. J'habite dans une rue où toutes les maisons sont collées. Dimanche matin, une roquette tirée par des islamistes est tombée sur une maison dans ma rue. Ma maison n'a rien eu, heureusement, mais j'ai dix de mes voisins qui ont eu des dégâts chez eux. Des fenêtres et des portes ont explosé, ils doivent tout réparer.

Les roquettes du Hamas sont plus fortes, plus grandes et plus dangereuses qu'avant. Avant, elles étaient petites et elles tombaient la plupart du temps sur des terrains vagues. Maintenant, elles arrivent sur nos maisons.

16h45 - La nuit commence à tomber sur Gaza. Nous sortons les bougies. A 5 heures, il fait nuit noire dans la ville. Nous devons utiliser une seule bougie et une seule allumette pour la soirée, pour faire des économies. Il ne m'en reste pas beaucoup en réserve. Et dans les magasins, il n'y a plus d'allumettes, ni de bougies.

Avec mon mari, on ne peut pas trop parler devant les enfants. Ils posent beaucoup de questions, alors on essaie de les rassurer : "Mais non, nous ne sommes pas une cible ! Mais non, nous sommes à l'abri dans la maison... Nous sommes très bien protégés ici..." En fait, nous n'avons pas vraiment d'abri. Nous restons toujours dans la même pièce de l'appartement, c'est la pièce la plus sûre.

17 heures, Sderot - Un bain rapide. Même pour prendre le bain, il faut faire vite, au cas où j'entendrais une sirène, il ne faudrait pas que je sois toute nue !

Entre rêve et cauchemar

19 heures, Sderot - Les informations, encore. Dans la soirée, je prends un édredon, je m'installe dans mon salon et je regarde la télévision, parce qu'on ne peut pas sortir au cinéma ou au théâtre. Alors je regarde les informations jusqu'à 22 heures environ parce qu'ensuite c'est toujours les mêmes images qui reviennent en boucle... 

J'espère que on va réussir à obtenir un cessez-le-feu, à trouver une solution politique, si Dieu le veut. Avant, on s'entendait bien avec les Arabes, on s'aimait bien. Mais le Hamas, c'est des terroristes. Cela fait huit ans que nous souffrons. On n'a pas de vie !

20 heures, Gaza-Ville - Essayer de dormir. Nous essayons de rassurer les petits. Ils ont encore plus peur quand il fait noir. Cette nuit encore, je le sais déjà, ils auront du mal à s'endormir.

Minuit, Sderot - L'ombre de Gaza. S'il n'y a pas de sirène, je dors bien, c'est calme. Mais on est juste en face de Gaza, et quand l'armée bombarde, on entend tout. Quand ils arrêtent les bombardements, le calme revient. Alors, je passe une bonne nuit.

 

Propos recueillis par Catherine Le Lohé 

Commentaires

Deux témoignages poignant....

J'admire le courage de ces deux femmes, mères et grand mère.
Malgré les difficultés et la peine de ce qu'elles vivent, elles ne baissent pas les bras. Elles essaient quelque chose, elles ne perdent pas espoir.

Mais, il est vrai que la famille palestinienne de Gaza connait des moments insupportables, psychologiquement, physiquement et humainement. Cela ne veut pas dire que du coté de Sderot (Israël du Sud), les choses sont supportables, mais là au moins, les gens peuvent s'éloigner, des zones n'impactes des roquettes, vers Tel-Aviv.

A Gaza, c'est vraiment dure, les familles ne dispose pas d'abris sure, ou de moyens de s'éloigner des bombardements, tellement ils sont pris en étau. Je suis de tout cœur avec ces faibles familles de Gaza qui n'ont pas d'endroit, ni de structure pour se protéger. Mais, Je pense et je prie aussi pour les hommes et les femmes, les familles en Israël, pour qu'ils soient préserver afin qu'ils se souviennent de ceux qui vivent dans des conditions terribles à Gaza et fassent pression sur le gouvernement Israélien pour préserver les civiles, les femmes, les hommes et les enfants, en arrêtant les bombardements.

La barbarie humaine continue??????

Bonjour à tout le monde , d'aprés les images qui sont diffusées partout dans les medias :j'ai constaté que..
1-Oui le Hamas tire des missiles sur israel, les images de ces accidents me touchent vraiment.Oh les pauvre israeliennes elles sont tous éfffrayées par ces tirs , elles devront faire beaucoup de ménage dans leurs salons et tous le meuble doit etre changé,la cuisine est en brac , quel dommage des dégats materiels ,Si considérable méritent que ces sales Arabes meurent eux et surtout leurs enfants ...des milliers de blessés c peu pour satisfaire le gouvernement israelien qui veul seulement vivre en paix; mais qui payent...Encore les américains classe le hamas dans le rang des terroristes puisque le hamas veut la libération de la palestine c'est du terrorisme ça , nous aussi en algerie, le FLN et le ALN étaitent des terroristes ....Réveillez-vous SVP on a une armée la plus sofistiqués au monde devant preque des civils,faites quelques choses nous petits enfants voit ces carnages, personne n'oubliera ces images...

c'est malheureux

de voir qu'il y existe encore des juifs assez con pour croire qu'on peut faire copain-copain avec des arabes et des occidentaux qui ne revent que d'une chose et depuis des millenaires de liquider les juifs.

que les juifs se reveillent enfin et constatent qu'avec les arabes et les autres aussi d'ailleurs, ces racistes qui brulent des synangogues avec le soutien des autorites francaises qui ne veulent pas blesser leurs petits beurs de peur de represailles. Entre nous je comprends les francais on a a faire a des fous furieux, alors il vaut mieux faire profil bas...

c'est vrai que les juifs francais ont colonises les banlieues, les brulent, les pillent, remplissent les prisons, brulent les ecoles, frappes les professeurs, etc...

que peut-on esperer de gens qui ont massacre les juifs par millions depuis 3000 ans, alors qu'ils n'avaient ni armee, ni pays, ni metier, ni colonies....

quand le bedeau veut tuer son chien, il dit qu'il a la rage.

c'est pas grave, chaque homme a son heure, et Dieu est Grand...

message in the bottle pour les juifs

Je crois, qu' il y un seul acteur de cette guerre qui a dejà perdu , et c'est Israel. On ne peut pas, ne serait ce que sur le plan de la justice , se justifier, plus, plus jamais avec l'historie de l'antisionisme, qui personne ne voit plus. Ce n'est que le juisfs qui alimentent l'antisnionisme. C'est vrais qu'il y des actions infectes, mais quoi dire de tout forme de racisme alimentée par cette reactionaire histoire de l'identité des nations?

ce serait comme de justifier un masscre perpetré par des noirs qui pour ne pas etre racistes. Un massacre eets un massacre. Ce que le juifs n'on pas compris c'est qu'à force de faire les victimes à tout prix, on perdu de vue à quel point tous , medias en tete, ont tpujours eté de leur coté. toujours . On a pas arreté de parler de shoah, de juifs et de l'etat d'israel et à quel point celui ci ai droit a vivre en paix. Et je pense que cela n'a pas eté un bon service que la communauté internationale a rendu à la cause de la paix. C'est exactement le contarire: on a pas vraiment vue à quel point la situation en Palestine etait enivable et injuste. SAns pour autant devoir justifier des actions terroristes.
Personne, parmi ceux qui lisent ce message, vivra assez pour voir de quelle maniere Israel pourra se retablir aux yeux de la communauté internationale. tous on vu ce massacre, ne suffit pas de dire qu'il y avait des objectifs. Desolé mais on est vecu en se gavant des films de Hollywood, auc scenariste faiait des fautes pareilles.

shalom

pou la moderation

je n'ai pas compris si vous de la moderation vous addressé à moi: si c'est le cas , je m'inquiète. en quoi j'ai été violent en mon opinion? Au contraire, mais evidemment je n'ai pas eté assez capable de m'expirmer .te je m'en excuse, je voulais dire que la cause de la piax n'ai pas aidé si on met et on mele tout reaction sur le plan de l'antisionisme, ou des victimes du peuple juifs. Tous se sont toujurs sentis concernés. Je crois que le pèse des emotions de la communauté internationle , maintenat soit totallemnt deplacé. On continue à condamner tou forme de terrorrisme, mais le clivage entre les actions d'Israel et le peux d'images qu'on devine ... est trop grand, pour nous, je repete que mangeans du pain et de la bonté artificielle.

Modération

Nous supprimons peu de commentaires. Mais votre message est très violent et nous vous demandons de modérer vos propos pour le bien de cette discussion. Sur les Observateurs, tout le monde est invité à s'exprimer, Israéliens comme Palestiniens, et cela n'est possible que si chacun modère ses propos. Bonne discussion.

violence ou verite realite

mon message n'est pas violent, il indique une realite que personne n'ose exprimer dont les acteurs sont violents.

la politique de l'autruche ne paye pas, et les juifs ne sont pas les seuls a faire les frais de cette violence, qui elle n'est pas verbale.

Verite et realite c'est avec ces mots que le monde peut se construire, mon cher.

Good luck

Isael-Gaza

Je voudrais vous demander qui a mis fin a la treve en commencant les tirs des roquettes?
Je vous informes que avant meme qu Israel riposte ils ont prevenus le hamas que nous sommes plus puissants que vous ne nous provoquez pas.Voire meme que Tzipi Livni est allé voir Hosni Moubarak pour qu il negocie la poursuite de la treve avec le Hamas en vain...
Le vrai probleme c est le fond meme de l Islam et son messager Mouhamad qui a dit il me semble qu il faut tuer son voisin qui ne croit pas et vit pas selon le coran, c est pourquoi les musulmans tuent meme leurs propres freres en Irak,Jordanie,Inde,Pakistan,Afghanistan,etc.
Une mise en garde : Israel est unpeuple de Dieu, Dieu avait promis qu il benira celui qui benira la postérité d Abraham donc Israel et qu il maudira celui qui la maudira...

Bonsoir, je voudrais dire

Bonsoir, je voudrais dire que c'est totalement faux ce que tu es entrain de raconter, et je suis entrain d'écrire ce message car cela me concerne, Mohamed avais un voisin juif qui lui jetais toujours des ordures, et il ne lui disais riens le jour ou ce dernier s'est arréter de le faire il est partie le voir, il s'est avérer que le juif étais malade, je pense que c'est la preuve que se que tu dit est faux, en plus les Juifs sont venue coloniser le palestine je suis pas pour deux pays mais pour une solution simple et surtout la seule solution, vous pouvez vivre en palestine personne ne vous privras de vos droit de pratiquer votre religion, mais sous dans un pays qui seras musulman. Pour monsieur Mani je te prie de faire un recherche de chercher un coran en francais je suis sur que tu changeras ton d'avis sur l'hislame...

désolation

je suis vraiment préoccupé par votre vision de l'islam .c'est désolant de constater que les juifs pensent remplir en acte religieux en tuer les êtres humain notamment les pales tiens en tout cas la religion de DIEU sortira vainqueur sur cette terre



Fermer