De Gaza à Téhéran

L’un de nos Observateurs israéliens, Joel Schalit, nous fait parvenir ce billet où il décrypte la crise à Gaza en la replaçant dans un contexte géopolitique plus large, rappelant notamment l’influence iranienne sur les mouvements palestiniens.

Bien qu'Israël se soit engagée depuis plus d'un an dans un dialogue de paix avec deux de ses grands voisins, l'Autorité palestinienne basée à Ramallah et, plus récemment, le gouvernement syrien, il était en fin de compte impossible d'éviter la guerre et un risque d'embrasement dans la région.

'C'était écrit dans le ciel', a déclaré le Premier ministre égyptien Aboul Gheit au quotidien Haaretz jeudi, expliquant que, ces derniers mois, Israël avait envoyé plusieurs messages au Hamas, menaçant de frapper s'il ne cessait pas les tirs de roquettes sur son territoire. "Malheureusement, le Hamas leur a apporté sur un plateau d'argent une occasion de frapper", a-t-il ajouté.

"Actuellement, Israël n'est pas seulement

en train de frapper le Hamas"

On peut blâmer les provocations du Hamas, (...) mais il faut également replacer la campagne d'Israël dans un contexte plus large. Actuellement, Israël n'est pas seulement en train de frapper le Hamas. Comme l'ont dit plusieurs politiques israéliens ainsi que d'innombrables articles, Israël est aussi en train de répondre à l'Iran, comme lorsqu'elle avait mené son offensive au Liban. Le Hamas a beau représenter les aspirations d'une partie du peuple  palestinien, il le fait essentiellement grâce au soutien financier et militaire de Téhéran, qui voit en lui un relai vers Israël.

Le  Hamas est une organisation très différente du Hezbollah, mais les opportunités qu'il offre pour les intérêts iraniens, aussi bien d'un point de vue religieux que politique, se sont multipliées ces dernières années, en parallèle des tensions grandissantes entre les Etats-Unis et l'Iran au sujet de l'Irak. Tout comme le Hezbollah avait été utilisé par  l'Iran pour faire pression sur Israël, et par ricochet sur les Etats-Unis, le Hamas sert les intérêts iraniens. Quand le mouvement islamiste a pris le contrôle de la bande de Gaza, en 2006, beaucoup d'analystes militaires ont vu dans cette victoire une des étapes d'un grand plan d'encerclement d'Israël par des forces alliées de l'Iran : le Liban et la Syrie au nord, et le "Hamastan" au sud - comme le surnommait le leader du Likoud Benjamin Netanyahu.

Que l'Iran ait des affinités avec les Palestiniens, notamment avec les  islamistes du Hamas, un mouvement traditionnel de libération nationaliste-religieux, est évident. Ces atomes crochus existaient bien avant le 11-Septembre et bien avant les occupations subséquentes de l'Irak et de l'Afghanistan. Toutefois, ce n'est qu'après l'élection d'Ahmadinejad, en 2005, qu'Israël a pris une place disproportionnée dans la politique étrangère de l'Iran, bien plus encore qu'au temps de l'Ayatollah Khomeiny, alors que lui aussi soutenait le Hezbollah.  En fait, avant l'ascension d'Ahmadinejad, qui date de 2003 [année de son élection comme maire de Téhéran], l'Iran envisageait une sorte d'accord avec Israël et envoyait des  signes dans ce sens.

"Il s'agissait  pour Israël de la dernière

opportunité d'agir sans retenue"

D'où la violence de la campagne d'Israël contre le Hamas. C'est le résultat de tous les changements qui ont bouleversé le Moyen-Orient pendant l'ère Bush. Avec le nouveau gouvernement américain qui arrive dans trois semaines, et un nouveau leader qui a indiqué à plusieurs reprises, au grand dam de la plupart des Israéliens, qu'il préférerait s'engager dans un dialogue avec l'Iran malgré son programme d'armement nucléaire, il s'agissait  pour Israël de la dernière opportunité d'agir sans retenue.

Israël était empêché par les Etats-Unis d'attaquer l'Iran directement, même par l'administration Bush. Gaza était donc pour ce pays le meilleur compromis. Et il n'est pas surprenant que le gouvernement américain sur le départ ait fini par approuver l'opération.

Que le conflit en cours entre Israël et le Hamas ait permis à Israël d'exploiter une opportunité au nom de questions stratégiques plus larges ne fait aucun doute. Israël ferme ses frontières mais n'a jamais réussi à empêcher les activistes palestiniens de lancer des attaques sur le sol israélien. Et bien que ces attaques aient fait relativement peu de blessés, les forces palestiniennes ont réussi à susciter un sentiment de peur. Chez les Israéliens du sud, mais aussi au sein d'une armée qui, depuis une dizaine d'années, ne parvient pas à éliminer cette menace.

De même qu'il est impossible de dissocier les frappes à Gaza du conflit entre Israël et l'Iran, il est difficile de ne pas les associer à la honte ressentie par les autorités israéliennes face à leur impuissance.

Cette opération israélienne contre le Hamas amène tout le monde à se demander quand le Hezbollah va finalement intervenir. Après tout, c'était la dernière campagne d'Israël à Gaza en 2006 qui avait amené le Hezbollah a tendre une embuscade à une patrouille israélienne à la frontière avec le Liban, embuscade qui avait provoqué la seconde guerre du Liban. Et le fait qu'aucun incident de la sorte ne se soit encore produit n'implique pas que ça ne se passera pas. Si jusqu'ici le Hezbollah, pour différentes raisons, a décidé qu'il n'était pas en position d'exercer une quelconque pression, il n'y a aucune garantie que l'Iran ne se considère pas en droit d'intervenir au nom du Hamas. Si ce pays n'intervient pas, en effet, il pourrait saper son influence dans la région. Dans ce cas, même si Israël ne triomphait jamais du Hamas, son attaque aura au moins servi à contenir l'Iran, en faisant de Gaza un exemple."

Contributeurs

Commentaires

Le secrétaire général de

Le secrétaire général de l'Elysée vient de déclarer qu'il fallait discuter directement avec le HAMAS !
Quand on repense au cinéma fait par les sarkozistes lorsque SEGOLENE ROYAL s'était retrouvée en présence d'un député libanais du Hezbollah , on croit rêver ! il n'y a pas pire tartuffes que les sarkozistes .

Tout à fait Vince

J'ajouterai pour compléter, que actuellement sévit une propagande téléguidée par l'extrême gauche et les groupes crypto-marxistes, que le conflit israélo-palestinien vient renforcer, qui consiste à instrumentaliser les jeunes de banlieue et l'immigration en générale, en profitant et en exacèrbant les sentiments antisionistes afin de diviser la société française en opposant, juifs et français, juifs et immigrés, français et immigrés, tout en mettant l'accent sur les discriminations et les inégalités, désignant explicitement les responsables en faisant ressugir le passé colonial et esclavagiste.

Même si la majorité des gens responsables issus de l'immigration ne sont pas sensibles à ce genre de discours qui consiste à diviser en soulevant des problèmes qui sont pour le moins éloignés des préocupations de la vie quotidienne et des principales priorités, il n'en demeure pas moins que ce type de discours est d'une dangerosité extrême, et constitue un trouble à l'ordre publique du plus haut niveau, compte tenu des caractéristiques des personnes qui sont sensibles à ce type de propagande ainsi que de part le nombre du formidable lumpenprolétariat totalement extravangant qui c'est developpé en France, en très grande partie dû à la décadence du système scolaire qui depuis 20 ans deverse dans le système 100 000 analphabètes et illitrés agravé par le fait qu'en grande majorité ils sont issus de cultures profondément nihilistes en termes éducatifs.

En niant les évidences, l'extrême gauche et plus sournoisement le PS, ne font que consciemment ou inconsciemment par ignorance ou tout simplement par stupidité, que de reprendre les même methodes, en plus soft, mais quand bien même, de l'Allemagne nazie lorsqu'elle recrutait dans le sous prolétariat (lumpen)les futures SS.

Attitude déconcertante lorsque l'on sait que cela va à l'encontre de tout les enseignements de Carl Marx et de sa philosophie, un comble pour les chantres de l'anti-racisme donneurs de leçons lutant depuis 20 ans contre les discriminations mais incapables de tirer les leçons de leur échecs, pires ils sont eux même à l'origine de toutes les dégradations sociales depuis cette période et de toutes les formes de violences qui dévastent les quartiers populaires.

D'ailleurs le petit Olivier Besancenot, parti racoler en banlieue s'est pris une veste, en lui faisant comprendre qu'il devait changer la forme de son discours, sans naivement croiait-il qu'il avait affaire à des prolétaires, ce qui prouve bien l'irrésponsabilité et l'incompétence des ces leaders, Tarttufes dont il ne faut surtout pas négliger la portée et la dangerosité de leurs actes, et dont on se demande s'ils ont vraiment la moindre conscience de ce qu'ils font.

Lorsque l'on ajoute à ce tableau récurant l'analyse précédente de Vince, il est facile d'immaginer sur quelle poudrière nous sommes assis.

en résumé une alliance des totalitarismes

C'est peut être sujet à ricaner pour certains, Besancenot est souvent perçu comme sympathique mais il ne faut pas oublier ses idéologies politiques: il est clairement communiste. Un communiste qui s'engage en politique comme pour une vocation.

On a à côté un islam qui se radicalise depuis des siècles et forme le social et le politique. C'est une forme de totalitarisme qui se répand par l'ignorance et la haine de la culture nationale (lien véritable avec le nationalisme arabe qui était allié aux nazis à l'époque...)

Donc si on regarde la configuration suivante, pour moi il y a peut-être des contradictions entre communistes et islamistes mais l'alliance reste logique car on sait les faiblesses qui en sont exploitées.

La vraie solution pour notre pays est de ne plus faire de clivage gauche droite, mais de former des coalitions et j'en verrai trois:
les extrémistes populaires: communistes et islamistes
les libéraux qui favorisent la libre circulation sur tous les points
les Républicains, protectionnistes et pour le dogme républicain

C'est peut-être notre nouveau paysage politique dans les décennies à venir. Il ne faut pas non plus être pessimiste: on peut expulser ceux qui commettent des crimes par le décret d'une simple loi, on peut aussi changer notre manière d'enseigner les valeurs de notre pays qui restent les mêmes.

La menace que nous voyons est une menace anti-républicaine et c'est pour cela que ta constatation est juste et importante dans ce contexte international.

Quand votre président

Quand votre président sarkozy déroule le tapis rouge devant un tueur de Français comme Kadhafi ou devant la SYRIE assassin de soldats français , ça n'a pas l'air de trop vous déranger ...
Le plus grand allié des islamistes en France c'est votre sarkozy qui souhaite développer un France COMMUNAUTARISTE à la libanaise .
Par exemple il souhaitait supprimer la laicité sous prétexte de la moderniser ...

""""Quand votre président

""""Quand votre président sarkozy déroule le tapis rouge devant un tueur de Français comme Kadhafi ou devant la SYRIE assassin de soldats français , ça n'a pas l'air de trop vous déranger ...""""

Ça n'a pas l'air de nous déranger éfectivement !

C'est un peu normal, le sujet ne traite pas de ce que vous faites allusion.

Ce que j'en pense ?

Très certainement la même chose que vous !

Sarkozy fait partie de ces libéraux

Oui c'est pourquoi je le classe parmi les "libéraux": ceux qui ne respectent pas nos valeurs républicaines: on peut y mettre les principaux de l'UMP et du PS.

Pourtant les français seraient largement contre ces valeurs anglosaxonnes: "diversité", "métissage", tout cela est à bannir. Si la France venait à reconnaître l'existence de plusieurs cultures sur son sol, non seulement elle ne serait plus un Etat Nation (ce que nous avons toujours été, au moins depuis Richelieu), mais en plus le système de cohésion social n'aurait plus raison d'être.

Voilà pourquoi la gauche et la droite républicaine doit absolument s'allier le plus tôt possible pour regrouper la majorité des français.

Tout à fait d'accord avec Jaime, la France n'est plus libre

Entre 1956 et 1969 la France a gardé une opinion saine et claire sur ce conflit. Et à l'époque c'était encore une résistance du coté palestinien, aujourd'hui on peut objectivement dire que les provocations de leurs part les isolent inutilement car ils ne sont en aucun cas sujet à être encouragés vu leurs discours et leurs actes.

Les juifs de France ont toujours constitué une population bien intégrée et proportionnelle à la population de la France, ils ont le même taux de natalité, un niveau d'instruction exemplaire et ne font qu'un avec notre culture. Jusqu'aujourd'hui ils n'ont pas influé sur la position de la France dans ce conflit car eux adhèrent au fait qu'on est français et qu'on pense en tant que tel avant toute particularité (notamment confessionnelle).

Et de l'autre côté on voit des gens parler au nom "de leurs frères" comme si il y avait un lien du sang, depuis les années 60/70 on voit arriver une véritable déferlante pro-palestinienne qui a engendré un antisémitisme latent. Ce n'est donc plus étonnant de voir une partie de la communauté juive s'endurcir quand on voit les crimes que les médias évitent de nous dire. (surtout depuis le dernier scandale les politiques ne veulent plus montrer leurs impuissance alors ils étouffent les agressions).

Les faits sont qu'en France il y a 7 millions de musulmans dont peu arrivent à saisir la position de la France dans ce conflit. Ils ne comprennent pas grand chose à ce qu'est la laicité, ils font souvent la confusion entre le politique et le religieux.
C'est pour moi une erreur fatale de ne pas avoir équilibré démographiquement les populations immigrées. La France est aujourd'hui confrontée à 7 millions d'avis nettement tranchés sur la question du Moyen Orient.

Aujourd'hui on ne peut plus diffuser le film FITNA sans ajouter que c'est une documentaire fait ailleurs de peur d'avoir des manifestations dans les rues. La conjoncture actuelle aggrave la situation sociale de ces 7 millions de musulmans dont une grande partie ne s'intègre pas car elle manque de qualifications et de similitude culturelle.
On abouti à un refus de cette population à accepter notre culture comme la leur à part entière, un refus de comprendre notre neutralité, un refus de placer la République avant le religieux.

"Nos frères" n'est plus de la solidarité, mais une manière de s'allier contre, une manière de dire que si nous ne bougeons pas, si nous n'acceptons pas leurs points de vue, nous sommes pro-israéliens.
Ce phénomène prouve que la France est colonisée culturellement par endroits. Elle subit une doctrine religieuse incompatible avec ses valeurs.

J'ai une preuve, sans aller plus loin, qui montre jusqu'où les politiques sont allés en lâcheté pour ne plus respecter nos valeurs Républicaines.
Vous n'êtes pas sans savoir que la censure des ouvrages a son utilité et qu'elle est très active. Hé bien il y a une population qui a ses privilèges car on ne veut ni la froisser, ni se la mettre à dos:

sourate 8 vers 60;
sourate 4 vers 56;
sourate 47 vers 4

et j'en passe. Bref il faut vraiment être un crétin fini, ou un véritable hypocrite pour ne pas voir à quel problème nous somme confrontés à savoir que la France perd son modèle politique et social qui a fait son rayonnement d'avant 1970.
Tout ce que je veux dire c'est que notre pays a des principes et ne doit pas céder aux désirs d'une population de 7 millions d'individus arrivés depuis 30 ou 40 ans.

Il est inacceptable qu'en si peu de temps nous perdions tout ce qui a fait l'exception de notre pays et pour des caprices d'un dixième de notre population.

Si ce phénomène s'amplifie, et si aucun politique ne remets pas rapidement nos valeurs républicaines dans nos écoles (avec la discrimination positive et des termes comme diversité et métissage on est loin d'y arriver), alors on va connaître en France une sale période.

Il y a des discours venant de l'étranger très écoutés, d'imams, de chefs d'Etat (de la Libye sur notre sol par exemple) qui parlent ouvertement et sans gêne d'islamiser l'Europe.

La cause palestinienne est aussi le moyen pour certains de faire baisser la tête des occidentaux, dans chacun des pays, pour nous dire que notre société est meurtrière et barbare et use d'une politique étrangère différente vis à vis de Israel.

Ce qu'ils ne disent pas c'est le nombre de morts que toutes ces organisations, tous ces présidents, tous ces gens font comme chiffres au nom de l'islam.

Qu'on aille pas faire de ce problème géopolitique qui a toujours existé une histoire de massacre d'un pays sur une population.
Si les Gaza a choisi le hamas, ils savaient les conséquences qui allaient avec. C'est donc qu'ils refusaient la démocratie et la paix.

La France n'a pas à arabiser sa position, elle doit rester ce qu'elle a toujours été, si cela en gène, ils peuvent partir comme font ceux qui en ont marre d'êtres des sous-chiens!

QUE FAITES VOUS DES MUSULMANS LAICS

POURQUOI NE PALEZ VOUS PAS DES MUSULMANS LAICS

DE TOUTES LES FACONS EN FRANCE LES MUSULMANS SONT TOUS A METTRE DANS UN GRAND PANIER ET A JETER JE NE SAIS OU DAILLEURS
J AI QUITTE LA FRANCE POUR CETTE RAISON LA LE RACISME ENVERS LES MAGHREBINS
BONS OU MAUVAIS LES MAGHREBIN N ONT PAS LEUR PLACE EN FRANCE.

Musulmans laïcs

POURQUOI NE PA(R)LEZ VOUS PAS DES MUSULMANS LAICS

Pourquoi n'en parleriez-vous pas vous-même?

Il existe, me semble-t-il, une assocation française de "musulmans laïcs", dont les membres récusent le fait que des islamistes déclarent musulman (selon la loi de l'islam) tout enfant né d'un père musulman.

Dans ce cas, pourquoi ces laïcs, prêchant la laïcité, se disent-ils "musulmans laïcs"? Il me semble qu'il y a contradiction dans les termes.

Votre position personnelle pourrait m'éclairer sur ce sujet. Merci d'avance.

Pour la France Israèl n'a pas le droit de se défendre ?

La France s'est mis dans un bourbier tel qu'elle a les pieds et les mains liés, de telle forme que le conflit israèlo-palestinien prend en France une telle ampleur dans la politique intérieure que cela à terme pourrait bien destabiliser ce pays avec de grave conséquences.

D'ailleurs l'extrême gauche révolutionnaire alliée avec le panarabisme islamiste ont bien compris quels intérêts ils pouvaient tirer du conflit en terme d'instrumentalisation des populations y compris immigrès afin de destabiliser les démocraties occidentales comme on peut le constater à travers les différentes propagandes orientées et unilatérales.

Ainsi la France est dèsormais obligée de composer avec des pressions téléguidées de l'étranger et qui rencontrent de plus en plus d'échos et les médiats de s'assujétir pour des raisons d'état et de trouble à l'ordre publique.

Voilà dans quelle lâcheté c'est enfoncé la France, ceci dit la peur n'évite pas le danger, comme le prouve la politique crasse de Chirac pro-arabe, qui débouche sur l'assimilation par une large frange de la population de la République pro-sioniste sur le même plan que l'état d'Israèl, ce qui n'est rien d'autre que de la mauvaise foi et du terrorisme intellectuel dirrigé vers une population dont l'héritage culturel est profondément nihiliste.



Fermer