Flic ou extrême droite, il faut choisir

Posté sur Flickr par drinksmachine

Un officier de police a été suspendu après la publication sur Internet d'un fichier contenant les noms et adresses de plus de 10 000 membres du parti d'extrême droite British National Party (BNP), sur laquelle il figurait. Au Royaume-Uni, les fonctionnaires de police et les surveillants de prison n'ont pas le droit d'adhérer à ce parti conformément aux lois antidiscriminations.

Le BNP a dénoncé la mise en ligne du fichier, œuvre selon lui d'un ex-membre du parti, tout en redoutant une chasse aux sorcières contre ses adhérents alors que les associations anti-BNP se réjouissent de cette décision.

"Cela fait des années que des problèmes de racisme sont liés à la police"

Sonia Gable est membre de l'association "Stop the BNP".

La suspension de ce policier est une bonne chose parce qu’il enfreignait la loi. Le BNP est considéré à juste titre comme étant incompatible avec l’exercice de la fonction de policier et de gardien de prison. Même si les autres corps de métiers du service public, comme l’enseignement, sont accessibles aux membres de ce parti, un comportement raciste peut conduire à leur licenciement.

Cela fait des années que des problèmes de racisme sont liés à la police, qui a dû batailler pour se défaire du racisme institutionnel. La loi empêche le BNP et l’extrême-droite d’infiltrer la police, qui reste quand même un service public sensible. La publication de ce fichier ne doit pas entraîner la traque des adhérents de ce parti, tant qu’ils laissent leur racisme chez eux."

"Les membres du BNP sont discriminés"

Roy Goodwin est un responsable regional du BNP. Il est basé à Blackpool, dans le nord-ouest de l'Angleterre.  

Je ressens de la sympathie envers ce policier. Les fonctionnaires de police sont censés se comporter en professionnels en mettant leurs convictions politiques de côté quand ils sont en fonction. Il n’y a donc aucune raison de l’empêcher de continuer à travailler tout en conservant son adhésion au parti.

Si les militants du Parti conservateur et du Parti travailliste peuvent le faire alors pourquoi pas lui. Les membres du BNP sont discriminés, alors que notre parti est ancré dans la paysage politique britannique et que nous avons des élus locaux.

Tant que je sache, cette liste est toujours en ligne et n'importe quel imbécile peut la consulter. Je sais que plusieurs membres du BNP, en majorité de vieux adhérents, ont déjà reçu des appels téléphoniques injurieux et racistes."

"La publication de cette liste n’est qu’une cynique tentative du BNP de se victimiser"

Chris Kates est secrétaire générale du NASUWT, le plus important syndicat d'enseignants du Royaume-Uni.

Je suis persuadée que la publication de cette liste n'est qu'une cynique tentative du BNP de se victimiser et de se faire de la pub.

Notre syndicat (NASUWT) a toujours estimé, et nous avons été les premiers à attirer l'attention du gouvernement sur cette question,  que les membres du BNP ne devraient pas être autorisés à travailler dans l'enseignement, voire dans le service public."

"Il est totalement inacceptable que ses membres soient ostracisés de cette façon"

Georges Moreau est un cadre du Front national (FN) qui entretient des liens étroits avec le BNP.

En France, la question ne se pose pas, vous pouvez travailler dans le service public, y compris la police, tout en étant membre du parti politique de votre choix. Le BNP est un parti politique légal qui a déjà gagné des élections locales. Par conséquent, il est totalement inacceptable que ses membres soient ostracisés de cette façon. Que vous soyez prof ou policier, vous avez le devoir de rester neutre, mais vous avez aussi le droit d'avoir des convictions politiques et de militer pour un parti."

Commentaires

C'est l'idée même de la

C'est l'idée même de la démocratie qui est reniée en empêchant cette liberté.

Dangeureux

Sans adhérer aux idées du BNP je trouve extrêmement dangereux de demander à une personne de choisir entre ses opinions politiques et son travail. Ce n'est rien d'autre qu'une atteinte à la vie privée et aux libertés civiques des personnes.

Les flics ne devraient pas

Les flics ne devraient pas pouvoir militer dans un parti politique. C'est dangereux et risque de nuire à leur impartialité. Même chose pour les militaires. Leur rôle est de protéger les institutions, pas de faire de la politique.

Protecteurs des institutions

Protecteurs des institutions qui elles même protègent nos droits fondamentaux d'avoir une liberté d'opinion. Certes, dans le cadre de son exercice un policier n'est pas un citoyen normal, néanmoins, ne peut il pas travailler le samedi, et le dimanche, en repos, aller voter pour l'extrême droite ? Tant que sa vie privée n'est pas mêlée à son travail, il est libre de pense ce qu'il veux. Il a droit à une vie privée, une liberté d'opinion...bref, des droits inaliénable à tout citoyen dans une démocratie.
A quand l'interdiction d'être policier ET musulman (ou autre)?

L'interdiction d'être député ET homosexuel ?

Pour moi, ce n'est rien d'autre qu'une dérive démagogique du Gouvernement Britannique.

Les flics commes les militaires?

En France, un militaire à le devoir de réserve. Il ne peut parler dans l'exercice de ses fonctions, de politique, de religion, ou de philosophie.

Les Anglais voudraient il faire pareil avec leur policier?

Je trouve quand même ce licenciement anti-démocratique.

On peut avoir des conviction, et les mettre en veilleuse au travail. (et je suis plutôt d'extrême gauche...)

neutralité avant tout...

La réaction des pouvoirs public anglais est tout à fait normal, en fait rien à voir avec des idéaux démocratiques ou non, en réalité c'est une protection pour éviter des malentendus évidents entre civils et forces de l'ordre dans le cas d'arrestations, témoignages etc... En d'autre termes: si on n'adhère pas à un parti on ne peut être accusé d'avoir telle ou telle idée.

Accusé d'avoir telle ou

Accusé d'avoir telle ou telle idée ? Et alors ?! Tant qu'on applique la loi ...



Fermer