JO : les places vides remplies par des "travailleurs supporters"

L'armée de supporters professionnels. Photo par Kevin German

Le photoblogueur américain Kevin German a pris les photos d'un gymnase de Pékin avant le début d'une compétition d'haltérophilie. Il note que la plupart des sièges étaient vides... avant l'arrivée des supporters professionnels.

Contributeurs

" On leur demande de se placer bien en face des caméras "

Kevin German est un photoblogueur américain qui s'est rendu à Pékin pour raconter l'envers des JO.

Des amis m'ont donné un billet pour assister à la compétition d'haltérophilie. Je ne suis pas resté longtemps, mais assez pour prendre ces photos où l'on voit de nombreuses places vides. Pourtant, tous les tickets sont censés avoir été vendus.

Ensuite, je suis tombé sur les gens à qui les organisateurs demandent de combler les places vides. On les appelle les "travailleurs supporters de Pékin". Ils portent des tee-shirts jaunes funky et des casquettes rouges. Il y en avait des centaines au stade des travailleurs pour le match de foot féminin Etats-Unis/Japon. On leur demande de se placer bien en face des caméras et d'encourager la Chine. En tout cas, c'est ce qu'on m'a dit. (...)

La dernière photo montre un pauvre homme qui attend à la sortie du stade et demande aux passants de lui donner leurs bouteilles d'eau recyclables. Une scène que l'on voit rarement ici, car le gouvernement s'est assuré que tous les mendiants et les travailleurs migrants soient éloignés du centre ville pendant les JO."




Photos par Kevin German



Fermer