Les Obama sont-ils de dangereux islamistes ?

Tollé aux Etats-Unis après la couverture du New Yorker, qui présente le candidat démocrate Barack Obama et sa femme en militants islamistes. Le rédacteur en chef du prestigieux magazine américain refuse de retirer le numéro ou de s'excuser malgré les critiques de l'équipe de campagne d'Obama.

Sur le dessin satirique, le candidat démocrate, coiffé d'un turban, se tape le poing avec sa femme armée d'une kalachnikov, dans ce qui ressemble au bureau ovale (le bureau officiel du président des Etats-Unis). Un drapeau américain brûle dans la cheminée, sous le portrait d'une personne qui rappelle le leader d'Al-Qaïda, Oussama ben Laden.

Le New Yorker est un magazine très respecté et très lu dans les milieux intellectuels de gauche. Son rédacteur en chef se défend : " Nous voulions tordre le cou aux idées reçues erronées concernant le couple Obama ". Le caricaturiste Barry Blitt affirme, lui, s'être inspiré des idées " grotesques " qui circulent sur le couple Obama.

Certains milieux conservateurs pensent porter préjudice à Barack Obama en laissant entendre qu'il est de confession musulmane. Le sénateur de l'Illinois, qui ne cache pas sa foi chrétienne, s'en est défendu à plusieurs reprises et a même lancé un site antirumeur : Fight The Smears.

 

Une du New Yorker daté du 21 juillet.

Contributeurs

"Ca fait mal de regarder ce dessin"

Cyntjia Samuels est une lectrice du New Yorker qui vit à Washington. Elle tient le blog Don't Gel Too Soon

Je peux dire que ça fait mal de regarder ce dessin, même si je crois comprendre ce que le caricaturiste a voulu exprimer. Je me suis battue toute ma vie pour la liberté d'expression. Mais qu'un magazine respecté et responsable comme le New Yorker abuse de cette liberté et se serve d'idées reçues pour exprimer une opinion, je trouve cela abusif et dangereux. Il croit combattre la haine, mais en fait il l'entretient.

Vouloir faire prendre conscience aux Américains des basses manœuvres politiciennes en assemblant tous les clichés du genre sur un même dessin est pour moi une terrible erreur. Ce dessin jette un voile sur le magnifique symbole que représente cette candidature historique, il restera comme une cicatrice ".

Les blogueurs s'approprient la Une du New Yorker


Posté par Napsterization http://napsterization.org/stories/archives/000711.html

J'ai retouché le dessin de la couverture du New Yorker. C'est plus amusant avec les pensées de McCain. Je pense qu'étant donné le climat actuel de la campagne, beaucoup de personnes pourraient mal interpréter le dessin original. Mon "remix" est plus facile à comprendre.

 

 

 

 

Postées sur College OTR le 14 Juillet 08.

Commentaires

Pourquoi toute cette dramatisation autour du candidat Noir Améri

Le Sénateur de l'Illinois aurait-il tort de mériter de cette façon spectaculaire la confiance de l'électorat démocrate américain? Je souhaite sincèrement que les gens ramènent la balle à terre à ce sujet. Hier victorieux face à la politiquement expérimentée Hilary Clinton, aujourd'hui allié de cette dernière et candidat du parti démocrate, tout le monde doit comprendre qu'Obama porte sûrement un aura nécessaire pour une prochaine politique américaine. Evitons donc "les considérations de couleur".

Victor K. AGOGNON

Justement c'est une satire sur les préjugés.

Viktor, il n'y a aucun manque de confiance dans cette première page: le débat porte plus sur l'abaissement de la presse à la lutte contre les préjugés.
Je trouve cela malsain car si la presse répond à des préjugés elle ne répond qu'à des gens qui n'ont aucune morale: la presse aussi perd sa substance morale.

Aussi il faut arrêter de dire que lorsqu'on critique Obama, on a des préjugés. Cette affiche a aussi un effet pervers: elle insulte les républicains car elle semble dire par cette image que quiconque ne vote pas Obama est raciste.

Donc le débat de couleur ou de préjugés doit être déplacé et en cela je suis profondément déçu par cette campagne, il n'y a pas d'affrontement d'idées mais affrontement du ridicule.

La campagne obamiste bat son plein.

Le New Yorker montre son incapacité à relativiser ou ignorer les critiques basses qui se font dans la campagne américaine.

Moi je ne considère pas le New Yorker comme une revue intellectuelle. Ces "critiques" montrent au contraire que le journal réagit à des critiques qui doivent être ignorées.

Les effets marchants de cette polémique sont évidemment la première cause: faire parler de ce journal permet d'avoir plus de lecteurs. Et tout le monde sait qu'un journal qui ne fait que de baser ses gros titres sur la recherche de la vente n'est pas intellectuel.

Donc je dénonce ce journal en tant que profiteur de cette campagne.

Ensuite j'affirme que comme dans toute démocratie on est persuadé qu'un candidat qui a le pouvoir médiatique est assuré de gagner.
Si ce journal se dit pur Obama je leurs déconseille de continuer car les images chocs comme celles-ci peuvent avoir des effets inverses que ceux qu'on escompte.
(souvenez-vous de notre campagne pro-Europe en 2005!)

Donc 1 recherche du profit, 2 effets inverses que ceux désirés.

Enfin je rappelle que les médias américains vont finir par avoir une sacrée illégitimité à force de défendre aussi simplement tel ou tel candidat.

Le militantisme chez des journalistes n'est pas acceptable et la population aussi bête qu'elle peut le paraître finit par le savoir: et c'est bien elle qui aura le dernier mot.

Donc la prochaine fois que ces crétins ignorent et s'abstiennent!

Le New Yorker, pas une revue

Le New Yorker, pas une revue intellectuelle ?
Vince, je suis sûr que vous lisez le New York Sun.

Moi je ne lirai pas un

Moi je ne lirai pas un journal intellectuel qui se fait la caisse de raisonance des rumeurs de bas etage.

new yorker est selon

new yorker est selon bloomberg une revue intellectuelle...

Peut-être se sont-ils trompés, ou dans ce cas la rédaction est censé être intello...



Fermer