Cristina Kirchner face à la révolte des casseroles

TEMOIGNAGE :

"J'ai fait sonner ma casserole devant Evita [référence à Evita Peron - comparée à Cristina Kirchner]

Et ça m'a fait du bien !"

Les agriculteurs argentins reprochent à la présidente Cristina Kirchner de vouloir surtaxer les exportations de céréales et de conduire une politique populiste, montant les pauvres contre les agriculteurs, présentés comme des profiteurs. Après trois semaines de grèves particulièrement paralysantes pour le pays, ils acceptent toutefois de se rasseoir à la table des négociations.

Après une vingtaine de jours de grève, les agriculteurs argentins reprennent le travail. Finis les concerts de casseroles, les barrages routiers et les pénuries de nourriture à Buenos aires. Les ventes de céréales vont pouvoir reprendre pendant 30 jours, le temps de jauger la bonne volonté de Cristina Kirchner lors des négociations. La pression est forte sur le gouvernement : les protestations des trois dernières semaines ont laissé le pays "de la meilleure viande du monde", comme les Argentins aiment à le répéter, sans viande et sans céréales dans les supermarchés.

La colère du "campo" (la campagne) a été déclenchée peu de temps après l'annonce par le gouvernement de Cristina Kirchner d'une augmentation des taxes sur les exportations de soja, une mesure censée aider à lutter contre l'inflation générée par la flambée des prix des matières premières sur les marchés internationaux.

Beaucoup d'Argentins qualifient la politique de Cristina Kirchner de "populiste", car elle monte les classes défavorisées contre les agriculteurs argentins, qui seraient soi-disant des privilégiés. La Présidente est accusée de jouer sur les antagonismes créés par la pénurie de nourriture causée par les grèves. "On ne peut pas être avec le peuple et leur couper les vivres", a-t-elle par exemple lancé lors d'une manifestation.

Contributeurs

Manifestation devant la résidence présidentielle

Postée par "DocThurman" le 26 mars 2008

Les manifestants sont majoritairement issus des classes moyennes urbaines. Certains y ont vu un soutien aux agriculteurs, d'autres l'expression d'un mécontentement plus général à l'égard du gouvernement.

"La manière dont la Présidente s'adresse à la population me laisse perplexe"

Cristina Civale, journaliste et écrivain à Buenos Aires :

Cette grève est une réaction excessive. Le secteur agricole, qui a historiquement gagné le plus d'argent, ne devrait pas couper les approvisionnements du pays en produits de première nécessité comme le lait, par exemple. On a vu des litres de lait jetés sur les routes pendant les blocages, ou des abattages de poulets pour rien, en guise de protestation.

Il faut bien comprendre que les grands propriétaires agricoles ne sont pas impliqués - ils font leur business directement avec les grandes structures -, ces sont les petits producteurs qui coupent les routes et ce sont leurs enfants, qui étudient souvent en ville, qui ont pris des casseroles pour protester...

Il y a aussi des gens qui protestent contre l'attitude autoritaire, prétentieuse et toute-puissante de la Présidente Cristina Kirchner. Pour ma part, je ne suis pas pour la grève, mais la manière dont la Présidente s'adresse à la population me laisse perplexe."

"Cette augmentation des prélèvements a provoqué une réaction excessive de la part secteur agricole"

Musgrave, économiste argentin qui souhaite rester anonyme :

Les augmentations des taxes à l´exportation du soja sont une manière, pour le gouvernement, de lever d'avantage d'impôts dans un secteur où le taux d´évasion fiscale est important. L´Etat compte ponctionner les bénéfices extraordinaires générés par les agriculteurs grâce à la hausse des cours internationaux des produits agricoles et arrêter, au passage, la hausse des prix des denrées alimentaires sur le marché intérieur argentin. Evidemment, il y a eu des erreurs politiques lors de l'annonce de ces mesures. Cette augmentation des prélèvements a provoqué une réaction excessive de la part du secteur agricole, qui s´est senti discriminé et désavantagé. La principale critique contre le gouvernement est qu´il n´a pas fait de différence entre les petits et les grands producteurs. Les dernières mesures, annoncées lundi dernier, ont résolu en partie ce problème, car elles proposent un système de subventions pour les petits producteurs. Cela devrait contribuer à apaiser la situation".

Vivons comme des paysans !

Publié par "Yo Canibal" le 28 mars 2008

Ce photomontage défend le mode de vie du "campo". Des paysans pas vraiment à plaindre.

 

 



Fermer