Tunisie

Plusieurs manifestations culturelles stoppées par des salafistes en Tunisie : "que fait la police ?"

 
Trois manifestations culturelles ont été bloquées par des islamistes radicaux en l’espace de dix jours. Les organisateurs de ces événements s’interrogent sur la passivité de la police face à des salafistes de plus en plus violents. Lire la suite...
 
Contributeurs

Les droits de la femme tunisienne sont-ils menacés ?

 
La Tunisie célébrait le 13 août la fête nationale de la femme. Dans ce pays tenu pour le plus progressiste du monde arabe en matière de droit des femmes, une ombre est venue cette année gâcher la fête : une proposition d’article pour la nouvelle Constitution qui ferait de la femme, non pas l’égale de l’homme, mais son "complément". Les réactions de nos Observateurs et Observatrices tunisiennes…

À Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne, "rien n’a changé"

 
Jeudi 26 juillet, une foule en colère s’est attaquée au siège du gouvernorat de Sidi Bouzid, au centre-ouest de la Tunisie avant de saccager les bureaux d’Ennahda, le parti au pouvoir. Des scènes qui ne sont pas sans rappeler les violences qui ont secoué cette même ville en décembre 2010, marquant le début de la révolution de Jasmin. Lire la suite…

A Bizerte, une marina sort des eaux, les pêcheurs s’ensablent

 
Le projet de construction d’une nouvelle marina, supposée transformer Bizerte en centre  touristique haut de gamme, inquiète les écologistes tunisiens car il risque de défigurer la Médina, qui fait la réputation de la ville. Lire la suite...
 

Violences à Tunis : actes de salafistes ou de casseurs ?

 
Au lendemain des affrontements entre forces de l’ordre et émeutiers à Tunis, les habitants de la capitale s'interrogent sur les véritables responsables de ces violences. Si nombres d’entre eux y ont vu la main des salafistes qui avaient saccagé la veille une exposition d’art, d’autres affirment n’avoir vu lundi soir que de jeunes casseurs. Lire la suite…

Un instituteur tunisien en grève : "Je touche 350 euros par mois et le kilo de tomates coûte 1,20 euro !"

 
Pour la deuxième journée consécutive, les enseignants du primaire et les médecins de l’hôpital public en Tunisie sont en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et demander des augmentations de salaires. Deux de nos Observateurs, l’un instituteur, l’autre médecin, expliquent ce qui ne tourne pas rond dans leur secteur. Lire leur témoignage…

L’avenue Bourguiba, nouveau théâtre d'une manifestation... littéraire

 
Après les violents affrontements qui ont opposé les forces de l’ordre aux manifestants, la semaine dernière, sur l’avenue Bourguiba, une page Facebook invitait les Tunisiens à une initiative pacifique et originale. Plutôt que de manifester, les internautes étaient invités à venir lire en plein air sur la célèbre avenue de la capitale tunisienne. Lire la suite...
 
Contributeurs

Les "blessés de la révolution" tunisienne toujours pas soignés mais instrumentalisés

 
Plus d’un an après la fuite de Ben Ali, la Tunisie n’a pas fini de panser les plaies de ses quatre semaines de soulèvement. En témoigne le dossier épineux des "blessés de la révolution". Lundi, ces victimes, dont on peine à définir le nombre exact, ont forcé l’entrée du ministère des Droits de l’Homme à Tunis pour demander à être soignés et indemnisés. Lire la suite…
 


Fermer