Maroc

Accident meurtrier de Tizi n'Tichka: "Les autorités savent que cette route est la plus dangereuse du Maroc"

 
C’est l’accident d’autocar le plus meurtrier de l’histoire du Maroc. Quarante-deux personnes sont mortes mardi dans la chute d’un bus dans un ravin, au sud de Marrakech. Le drame est survenu sur le tronçon de Tizi n'Tichka, le plus haut du Maroc qui culmine à 2 300 mètres d'altitude. Notre Observateur, un ingénieur de la région, affirme que cette route est connue pour être extrêmement dangereuse et que les autorités auraient dû, depuis longtemps, mettre en place un autre itinéraire de circulation. Lire la suite...
 
Contributeurs

Un village marocain rebelle cadenassé et pillé par les forces de l’ordre

 
Depuis près d’une semaine, le village de Chilhat, au nord du Maroc, où s’est installée une entreprise rizicole espagnole avec l’aval du gouvernement, est sous haute tension. Les centaines d’habitants, qui se disent floués par l’entreprise, ont tenté de faire entendre leur voix mais se sont heurtés à une répression féroce. Lire le témoignage de nos Observateurs dans ce village…
Contributeurs

À Casablanca, où le roi passe, les détritus trépassent. Ailleurs… ils restent

 
Quand des personnalités importantes du Maroc arrivent à Casablanca, et notamment le roi, les pelleteuses se mettent en branle pour que le bord des routes soit nickel. Mais quelques mètres plus loin, cachés derrière les fourrés, les détritus s’amoncèlent à l’abri du regard royal. Lire la suite … 
 
Contributeurs

Violences dans le Rif : la police marocaine réprime les manifestants et pille des commerces

 
Depuis le début du mois de mars, la région du Rif, au nord du Maroc, est secouée par une vague de manifestations, les protestataires réclamant plus de justice sociale. Des manifestations violemment réprimées par les forces de l’ordre, qui ont profité de leur intervention dans la région pour piller des commerces. Lire la suite...
Contributeurs

Des "diplômés chômeurs" de Rabat s’immolent par le feu pour obtenir un travail

 
Depuis deux semaines, ils sont près de 200 "diplômés chômeurs" à occuper la terrasse de l’annexe du ministère de l’Éducation nationale à Rabat, la capitale du Maroc. Les militants se disent prêts à s’immoler par le feu s’ils ne sont pas recrutés immédiatement par la fonction publique. Hier après-midi, plusieurs d’entre eux sont passés à l’acte. Lire la suite …
Contributeurs

Au Maroc, des manifestants appellent au boycott des élections – et se font matraquer

 
Dimanche, des milliers de personnes ont manifesté au Maroc, appelant au boycott des élections législatives anticipées prévues en novembre prochain. Devant le Parlement, à Rabat, des manifestants ont été accueillis à coups de matraque par des policiers. Lire la suite…
Contributeurs

"Catastrophe écologique" sur un grand fleuve du Maroc

Depuis le 15 juillet, des milliers de cadavres de poissons infestent les eaux de la Moulouya, un fleuve de 600 km situé dans le nord-est du Maroc. Des analyses sont en cours mais les défenseurs de l’environnement jettent l’opprobre sur une raffinerie de sucre qu’ils accusent de "crime écologique". Voir les images et lire la suite…
 

Contributeurs

La nouvelle Constitution répond-elle aux attentes des Marocains ?

Vendredi 17 juin, le roi du Maroc a présenté les grandes lignes de sa réforme constitutionnelle. La plupart des partis d’opposition appellent à voter pour ce texte. Si l’issue du référendum fait peu de doute, des opposants au régime actuel estiment que cette réforme est insuffisante et jouent la carte du boycott. Lire la suite…
 



Fermer