Maroc

Pourquoi la Guardia Civil a-t-elle percuté un bateau de migrants ?

 
Jamais un tel drame n’avait eu lieu au large des côtes espagnoles. Le 13 décembre dernier, un patrouilleur de la Guardia Civil est entré en collision avec une embarcation d’immigrés clandestins, faisant un mort et sept portés disparus. Les autorités ont indiqué que l’accident était la conséquence d’une panne technique du patrouilleur et d’une manœuvre hasardeuse du bateau de migrants. Une version mise à mal par la diffusion de cette vidéo. Lire la suite …
 
Contributeurs

Racisme au Maroc : "Oui, je me fais traiter d’esclave et de sale Noir'"

Jugée raciste par certains, provocatrice par d’autres, la une de l’hebdomadaire "Maroc Hebdo" aura au moins eu le mérite de lever le voile sur le quotidien des personnes d’origine subsaharienne vivant au Maroc. Lire la suite …
 

Dans un hôpital marocain, des femmes enceintes attendent à même le sol la fin de leur calvaire

 
Sur ces images amateurs, filmées dans un hôpital de la ville de Beni Mellal, des femmes enceintes gémissent, à même le sol, en attendant d’être prises en charges par le personnel médical. Une vidéo qui a provoqué l’indignation des internautes marocains. Notre Observatrice était sur place. Lire la suite...
 
Contributeurs

Accident meurtrier de Tizi n'Tichka: "Les autorités savent que cette route est la plus dangereuse du Maroc"

 
C’est l’accident d’autocar le plus meurtrier de l’histoire du Maroc. Quarante-deux personnes sont mortes mardi dans la chute d’un bus dans un ravin, au sud de Marrakech. Le drame est survenu sur le tronçon de Tizi n'Tichka, le plus haut du Maroc qui culmine à 2 300 mètres d'altitude. Notre Observateur, un ingénieur de la région, affirme que cette route est connue pour être extrêmement dangereuse et que les autorités auraient dû, depuis longtemps, mettre en place un autre itinéraire de circulation. Lire la suite...
 
Contributeurs

Un village marocain rebelle cadenassé et pillé par les forces de l’ordre

 
Depuis près d’une semaine, le village de Chilhat, au nord du Maroc, où s’est installée une entreprise rizicole espagnole avec l’aval du gouvernement, est sous haute tension. Les centaines d’habitants, qui se disent floués par l’entreprise, ont tenté de faire entendre leur voix mais se sont heurtés à une répression féroce. Lire le témoignage de nos Observateurs dans ce village…
Contributeurs

À Casablanca, où le roi passe, les détritus trépassent. Ailleurs… ils restent

 
Quand des personnalités importantes du Maroc arrivent à Casablanca, et notamment le roi, les pelleteuses se mettent en branle pour que le bord des routes soit nickel. Mais quelques mètres plus loin, cachés derrière les fourrés, les détritus s’amoncèlent à l’abri du regard royal. Lire la suite … 
 
Contributeurs

Violences dans le Rif : la police marocaine réprime les manifestants et pille des commerces

 
Depuis le début du mois de mars, la région du Rif, au nord du Maroc, est secouée par une vague de manifestations, les protestataires réclamant plus de justice sociale. Des manifestations violemment réprimées par les forces de l’ordre, qui ont profité de leur intervention dans la région pour piller des commerces. Lire la suite...
Contributeurs

Des "diplômés chômeurs" de Rabat s’immolent par le feu pour obtenir un travail

 
Depuis deux semaines, ils sont près de 200 "diplômés chômeurs" à occuper la terrasse de l’annexe du ministère de l’Éducation nationale à Rabat, la capitale du Maroc. Les militants se disent prêts à s’immoler par le feu s’ils ne sont pas recrutés immédiatement par la fonction publique. Hier après-midi, plusieurs d’entre eux sont passés à l’acte. Lire la suite …
Contributeurs

Au Maroc, des manifestants appellent au boycott des élections – et se font matraquer

 
Dimanche, des milliers de personnes ont manifesté au Maroc, appelant au boycott des élections législatives anticipées prévues en novembre prochain. Devant le Parlement, à Rabat, des manifestants ont été accueillis à coups de matraque par des policiers. Lire la suite…
Contributeurs


Fermer