Iran

"The traceless rising", les Restos du coeur d'Iran

Environ 10 000 personnes vivent actuellement dans les rues de Téhéran. Jusqu’il y a peu, ces sans-abri n’avaient aucune organisation vers qui se tourner. C’était avant qu’Akbar Rajabi ne prenne le taureau par les cornes. Cet activiste distribue aujourd’hui 5 000 repas par semaine avec ses bénévoles et a récemment ouvert un centre de désintoxication. Lire son témoignage...

Contributeurs

À Ahvaz, les pluies acides empoisonnent les Iraniens

 
Ahvaz, à l’ouest de l’Iran, est confrontée à une grave catastrophe industrielle, peut-être la pire que connaît le monde depuis la fuite chimique de Bhopal, en Inde, en 1984, qui aurait fait plus de 20 000 morts. Depuis le début du mois de novembre, plusieurs milliers de ses habitants ont été hospitalisés après la chute de pluies acides. Lire la suite…
Contributeurs

Dans la rue et sur le Web, les Iraniens mitigés après l’accord sur le nucléaire

Dimanche, le ministre des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a été accueilli par une foule en délire à l’aéroport de Téhéran après avoir négocié un accord historique sur le programme nucléaire iranien. Mais sur la Toile, les Iraniens ne partagent pas tous cet enthousiasme. Lire la suite…

Contributeurs

Paradise, rappeuse afghane: "Les menaces ne m'arrêteront pas"

"Je voulais courir et ils m’ont frappée par derrière ; je voulais penser et ils m’ont frappée sur la tête ; ils m'ont brûlé le visage au nom de l’islam, coupé le nez par vengeance ; jeté de l’acide sur le corps et les mains ; ils m’ont vendue seulement parce que je suis une femme". Ces paroles sont celles du groupe 143, un duo dont la chanteuse, Paradise Sorouri, est la première rappeuse afghane. Lire la suite…

Contributeurs

Les femmes séropositives en Iran, des victimes de l’ignorance

Les autorités iraniennes se sont récemment inquiétées d’une nouvelle vague d’infections du sida. Une nouvelle préoccupante dans un pays où la prévention sur les risques de transmission de la maladie est rare et où les jeunes ont des relations sexuelles de plus en plus tôt. Pour les femmes infectées par le virus, la vie peut-être un enfer. Lire la suite…

Contributeurs

Fronde sur le Net en Iran : "Laurent Fabius, laissez-nous respirer !"

 
Les internautes iraniens sont en colère et le font savoir sur la Toile. Depuis dimanche, et l’échec des négociations de Genève entre l’Iran et les pays occidentaux sur la question du nucléaire iranien, leurs commentaires acerbes inondent la page Facebook du ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, jugé responsable de cet échec. Morceaux choisis... 
Contributeurs

Annulation de concerts en Iran, après une campagne "anti-débauche"

 
Obtenir l’autorisation d’organiser un concert en Iran relève du parcours du combattant. Et même une fois le sésame en poche, le spectacle peut être interdit à la toute dernière minute. C’est ce qui s’est passé à Abadan au sud-ouest du pays, après une fronde menée par des religieux rigoristes. Lire la suite...
Contributeurs

L’étrange disparition de la "vallée des sexes" d’Iran

 
Niché dans les vallées verdoyantes du nord-ouest de l’Iran, le cimetière Khaled Nabi, aussi appelé "la vallée des sexes", accueille plusieurs centaines de sculptures de type phallique, identifiées par certains archéologues comme étant de très anciennes pierres tombales. Mais ces derniers temps, ces sculptures hors du commun ont tendance à disparaître. Lire la suite...
Contributeurs

Contrebandier au Kurdistan iranien, un métier à haut risque

Le coût de la vie ne cesse d’augmenter en Iran, si bien que les habitants de la République islamique sont de plus en plus nombreux à aller faire leurs achats dans les villes kurdes de l’ouest du pays, où les prix sont plus intéressants. Mais ces produits, acheminés du Kurdistan irakien par des trafiquants appelés « kulbars », ont parfois coûté la vie aux passeurs. Lire la suite …

Contributeurs

Naser Khosrow, la "rue de l’avortement" à Téhéran

 
L’avortement est légal en Iran, mais seulement dans le cas où un accouchement mettrait en danger la vie de la mère ou celle de son enfant. Les femmes qui veulent avorter pour d’autres raisons sont alors obligées de recourir à des méthodes clandestines souvent dangereuses, qui les conduisent en général rue Nasar Khosrow, un endroit glauque dans le sud de Téhéran. Lire la suite…
 
 

Contributeurs


Fermer