Le président gabonais Ali Bongo est hospitalisé à Riyad, la capitale de l’Arabie saoudite, depuis fin octobre, officiellement à la suite d’un "malaise". Les autorités gabonaises ont assuré que le chef de l’État allait "mieux", mais de nombreuses rumeurs concernant sa "mort" circulent sur les réseaux sociaux, vidéos et photos à l’appui. Sauf que ces images sont truquées ou sorties de leur contexte.

Le 28 octobre, le porte-parole de la présidence gabonaise a déclaré qu’Ali Bongo avait fait un "malaise" consécutif à une "fatigue sévère due à une très forte activité ces derniers mois" . Il a également ajouté qu’il allait déjà "mieux" et qu’il "se repos[ait] à l’hôpital du roi Fayçal, entouré de sa famille et de certains de ses collaborateurs".

Mais en dehors de cette annonce, les autorités gabonaises n’ont quasiment pas communiqué sur l’état de santé du président depuis deux semaines, un silence alimentant les rumeurs les plus folles à ce sujet. Son décès a ainsi été annoncé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, sans véritable preuve jusqu’à présent.
 

Une vidéo ancienne, dont la bande-son a été modifiée


Premier exemple illustrant les rumeurs à ce sujet : une vidéo de la chaîne de télévision Gabon 24, où l'on voit le journaliste, Jean Pascal N’dong Obiang, et l’ambassadeur du Gabon en France, Flavien Enongoue. Publiée le 6 novembre sur Facebook et YouTube, elle comptabilisait déjà plus de 82 000 vues 24 heures plus tard.

On y entend l’ambassadeur annoncer "le décès de son excellence, Monsieur le président de la République, Ali Bongo Ondimba, décès survenu le mercredi 31 octobre 2018, à l’hôpital King Faisal de Riyad". Il indique ensuite que "l’ambassade communiquera ultérieurement toutes les informations relatives aux hommages avant le rapatriement de la dépouille".
 

Sur YouTube, cette vidéo comptabilise déjà plus de 39 000 vues, 24 heures après sa publication le 6 novembre. Sur Facebook, elle a également été vue plus de 43 000 fois en 24 heures.
 

Mais il s’agit d’une vidéo ancienne, dont la bande-son a été modifiée. Au bout de 0'39", on entend ainsi clairement une coupe, puisque le bruit de fond est ensuite différent. À partir de ce moment-là, la voix de l’ambassadeur n’est alors plus la même qu’avant : une autre voix a été rajoutée. Puis il y a une nouvelle coupe sonore à 1’48".

Le journaliste Jean Pascal N’dong Obiang a d’ailleurs confirmé sur son compte Facebook que cette vidéo avait été truquée, rappelant qu’il ne travaillait plus pour Gabon 24 depuis décembre 2017. On ignore toutefois qui est à l’origine de ce montage grotesque.
 


 

Des photos totalement sorties de leur contexte


Une photo a également été très relayée, notamment sur WhatsApp ou sur des sites Internet, où l’on voit un homme noir hospitalisé, censé être Ali Bongo.
 

Photo publiée le 7 novembre sur le site GabonScoop.com.
 

Mais cette photo est ancienne et n’a rien à voir avec le président gabonais. En réalité, la photo a été modifiée et retournée avec un effet miroir. Quand on la glisse dans Google Images (voir ci-dessous), on la retrouve sur des sites Internet notamment en 2016, pour illustrer l’histoire "miraculeuse" d’un homme en Australie en 2008.
 

La photo originale est ancienne. On la retrouve notamment ici.
 

Autre photo ayant été sortie de son contexte : celle montrant un homme dans un cercueil, les mains croisées, là encore censé être Ali Bongo. Cette photo a notamment été publiée dans le groupe Facebook "LE PDG EST MORT !". Sauf qu’elle a été prise à Hong-Kong, en 2011, lors d’une exposition sur les pompes funèbres. De plus, il apparaît clairement que le visage a été modifié graphiquement par rapport à la photo originale.


Publication dans le groupe Facebook "LE PDG EST MORT !", le 6 novembre.


Capture d'écran d'un site Internet où la photo originale a été publiée.
 

Des photomontages impliquant France 24


Au moins deux images avec le logo de France 24 ont récemment circulé, notamment sur WhatsApp et Facebook, pour évoquer le prétendu décès d’Ali Bongo.
 





Là encore, il s’agit de montages dont la plupart ne reprennent pas la charte graphique de la chaine. France 24 n’a d'ailleurs jamais indiqué que le président gabonais était décédé, publiant simplement des articles faisant état de son hospitalisation.

 

Une vidéo ancienne, avec une erreur de la présentatrice


Une autre vidéo a récemment semé la confusion, en raison de son titre : "Voici le décès de M. Ali Bongo Ondimba annoncé par Gabon Télévision." Publiée le 28 octobre sur Facebook, elle a été vue plus de 76 000 fois. Dans la vidéo, la présentatrice annonce ainsi : "Ali Bongo Ondimba s’est éteint à Barcelone, en Espagne."


Vidéo publiée sur le compte Facebook de M.Mabounda Elie.S le 28 octobre.
 

Mais la suite de la vidéo met d’emblée la puce à l’oreille, puisque la présentatrice évoque alors "la commémoration du 8e anniversaire de son décès".

En réalité, cette vidéo date du 8 juin 2017, date du 8e anniversaire du décès du père d’Ali Bongo, Omar Bongo. Ce dernier s’était effectivement éteint à Barcelone, en 2009. À l’époque, la présentatrice Wivine Ovandong s’était tout simplement trompée en évoquant Ali Bongo au lieu d’Omar Bongo. Elle avait payé cher cette erreur, puisqu’elle avait ensuite été suspendue de présentation du journal télévisé "à titre conservatoire".

 

Des rumeurs qui dupent tout le monde… y compris la télévision camerounaise


Si beaucoup d’internautes ne se sont pas fait avoir en regardant ces images, cela n’a pas été le cas de tout le monde. La chaîne de télévision privée camerounaise Vision 4 s’est ainsi trompée en annonçant le 27 octobre le décès d’Ali Bongo, sans disposer de véritables preuves. C'est pourquoi la Haute autorité de la communication du Gabon a décidé de la suspendre durant 6 mois.

D’après plusieurs sources évoquées par Le Monde et TV5 Monde, Ali Bongo aurait été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) peu de temps après son arrivée à Riyad, le 24 octobre, une information jusque-là non confirmée par la présidence gabonaise.

Âgé de 59 ans, Ali Bongo est à la tête du Gabon depuis 2009. Il avait alors succédé à son père, Omar Bongo, au pouvoir depuis 1967. À l’époque, un véritable black-out s’était également produit autour de l’état de santé d’Omar Bongo, avant sa mort.


Cet article a été écrit par Chloé Lauvergnier (@clauvergnier).

 

Gabon /  Intox