C'est devenu courant : à la suite de catastrophes, des fausses images sont partagées sur les réseaux sociaux, montrant bien souvent des images de catastrophes passées. C'est exactement ce qui est en train de se produire depuis le crash de l’avion JT-610 de la compagnie Lion Air, tombé dans la mer au large de l’Indonésie le 29 octobre. Les espoirs de retrouver des survivants parmi les 189 passagers sont quasiment nuls.

Plusieurs images ont circulé avec des légendes faisant croire qu’elles étaient en lien avec ce crash, par exemple cette photo, partagée par un compte Twitter depuis inaccessible :
 


Traduction : "L’avion indonésien #LionAir Jakarta-Pangkal Pinang vol JT 610 avec 188 passagers s’est abîmé dans la mer peu après son décollage"
 

Cependant, en faisant une simple recherche d’image inversée (pour apprendre comment faire, cliquez ici), on peut voir que cette photo est ancienne. Elle montre bien un avion de Lion Air, mais cette photo a été prise lors d’un autre crash qui a eu lieu à Bali en 2013 (dans lequel personne n’a péri).

Même problème avec cette photo :
 

Traduction : "Crash aérien en Indonésie… Un avion Boeing 737 de Lion Air avec 189 passagers à bord s’est écrasé dans la mer peu après avoir décollé de la capitale indonésienne, Jakarta ".
 

Mais cette image elle aussi montre le crash de 2013 à Bali.

Il y a aussi cette photo, ci-dessous, reprise par plusieurs internautes qui assurent qu’elle montre un bébé qui aurait survécu au crash du vol JT-610. Le porte-parole de l’agence indonésienne de la gestion des désastres a expliqué dans un tweet que l’image était fausse.
 


Car malheureusement, aucun survivant du vol JT-610 n’a été retrouvé. Une recherche d’image inversée montre que cette photo a été prise lors d’un sauvetage de passagers d’un ferry qui a coulé en Indonésie en juillet.

Quant à la vidéo ci-dessous, elle a été décrite comme montrant l’intérieur du vol JT-610 juste avant qu’il ne s’écrase. L’avion tremble, des personnes crient, d’autres prient . Un media indien, qui se présente comme "journal d’investigation" l’a reprise en affirmant qu’il s’agissait du vol de Lion Air.
 


Il est peu probable qu’un passager d’un vol sur le point de s’écraser ait pu filmer une vidéo puis la télécharger sur internet (même si c’est techniquement possible, si l’avion dispose d’un bon service wifi). Un scénario bien plus probable serait que ces images aient été filmées à bord d’un autre avion, qui ne s’est pas écrasé.

Et c’est effectivement ce qu’affirme l’agence indonésienne de la gestion des désastres, qui a tweeté que la vidéo montrait en fait de fortes turbulence à bord d’un autre vol Lion Air, le JT-353, reliant Jakarta à Padang, et qui est arrivé à bon port. La date de ce vol n’a pas été précisée.

Le ministère de la Communication a publié un communiqué dénonçant ces intox et rappelant qu’en Indonésie, les personnes qui relaient des fausses images peuvent être condamnées, en accord avec la très controversée loi sur l’information et les transactions électroniques. La peine maximale encourue est de six ans de prison.