Une caravane de milliers de migrants majoritairement originaires du Honduras traverse actuellement le Mexique en direction de la frontière des États-Unis, où les fausses informations à son sujet sont nombreuses. En voici deux exemples.

La caravane regroupe plusieurs centaines de migrants qui tentent de rejoindre les États-Unis en groupe, encadrés par des ONG. Plusieurs caravanes de ce type ont déjà été organisées par le passé. Elles permettent aux migrants d’effectuer un voyage dans de meilleures conditions sécuritaires, et d’alerter l’opinion publique à travers la médiatisation de l’action.

La caravane en cours a commencé son voyage à San Pedro Sula, au Honduas, le 12 octobre dernier. Elle comptait alors moins de 200 membres, mais bien d’autres l’ont rejoint en cours de route. En prenant de l’ampleur, elle a été la cible de désinformation en images.

Des policiers attaqués par la caravane ?

Cette publication Facebook a été partagée plus de 36 000 fois, selon notre décompte du 23 octobre. Son auteur prétend que la série de photos montre des officiers de police mexicains frappés par les migrants.

"La police mexicaine est brutalisée par des membres de cette caravane alors qu'ils essaient de passer de FORCE au Mexique. Et sommes nous donc censés croire que ce sont juste de pauvres réfugiés désespéré demandeurs d'asile ??? Je suis 100 % derrière le président des États-Unis qui déploie l'armée pour défendre notre frontière et nous protéger. Si jamais ils ont vraiment besoin de l'asile, ils doivent en faire la demande et le faire correctement", écrit cet internaute sur Facebook le 21 octobre.  

Ce message et la photo principale auraient été publiés par toute une galaxie de comptes Twitter, selon le site de vérification américain Snopes.

Mais aucune de ces photos ne montre des policiers frappés par les migrants de la caravane. Celles-ci sont anciennes, prises dans d’autres contextes.

Une simple recherche d’image inversée (cliquez ici pour savoir comment faire) démontre que l’image principale a été publiée dans un média mexicain en 2012. Des articles de l’époque avancent que l’officier de police a été blessé lors d’une manifestation d’étudiants, pas de migrants.

La photo de policiers agenouillés en bas à gauche dans la rue a été publiée en 2014 et prise lors d’un autre incident impliquant des étudiants à Mexico.

La photo d’un policier au nez ensanglanté en bas à droite remonte au moins à 2011 et a été partagée au sujet d’affrontements entre étudiants et forces de l’ordre mexicaines.
 

Drapeaux brûlés ?

Une autre série d’images, ci-dessous, est faussement légendée comme montrant les participants à la caravane en train de brûler des drapeaux américains.

"La caravane illégale de migrants porte le drapeau hondurien tout en brûlant le drapeau américain lors de leur marche vers les États-Unis pour demander l'asile. Ils ne sont pas des demandeurs d'asile mais des envahisseurs", écrit cet internaute sur Facebook.


Sans surprise, cette seconde série a souvent été partagée par les mêmes internautes qui ont relayé la première montrant des policiers ensanglantés.

Une recherche d’image inversée montre que l’image principale a été publiée par plusieurs comptes Twitter en 2016. Bien qu’il ait été difficile d’en établir la localisation précise, il est clair qu’elle ne montre pas la caravane de migrants en cours puisqu’elles datent de 2016 au moins.

La photo en bas à gauche montrant un morceau de drapeau calciné a été prise par un photographe de l’agence Getty Images lors d’une manifestation organisée le 11 septembre 2010 devant l’ambassade américaine à Londres. C’est aussi l’un des premiers résultats obtenus quand on tape "burning flag" ou drapeau brûlé en anglais, dans le moteur de recherche Google.

La photo en bas à droite montrant un homme tenant un drapeau en feu a été publiée en 2016 et prise par un photographe de l’agence Reuters. Elle montre des manifestants à l’extérieur de la Convention nationale républicaine à Cleveland en juillet 2016.

Cette publication s’est-elle inspirée d’un événement récent ? Le 19 octobre, des manifestants ont brûlé un drapeau américain devant l’ambassade des États-Unis à Tegucigalpa au Honduras. Cette image a été prise par un photographe de d’agence américaine Associated Press. L’agence a indiqué que la photo montrait deux manifestants brûlant le drapeau lors d’un rassemblement de soutien à la caravane qui était à cette date coincée à la frontière entre le Mexique et le Guatemala, à des centaines de kilomètres de là.

Pour en savoir plus sur la vérification des images, cliquez sur l’image ci-dessous :