Chômage des jeunes diplômés, vie chère, service militaire obligatoire… Sur un air de musique à la façon de ceux des films de Bollywood, ce clip réalisé par le jeune humoriste Souhail Haddade passe en revue tous les déboires des Marocains qui font régulièrement du bruit sur les réseaux sociaux. La vidéo, mise en ligne il y a deux semaines, rencontre un succès inattendu, avec plus d’un million de vues.

Dans ce clip, Souhail Haddade et ses amis dansent sur l’air enjoué d’une chanson tirée du film indien "Mohabbatein", qui met en vedette l’acteur Shahrukh Khan, l’une des figures de proue de Bollywood et très apprécié au Maroc.

Tourné avec un téléphone portable sur le toit d’un immeuble à Casablanca, le clip s’ouvre sur un groupe de jeunes protestataires qui brandissent leurs diplômes universitaires, réclamant des emplois décents. En face, d’autres jeunes jouent des représentants de l’État, en costume, moustaches et lunettes noires, qui font mine d’écouter. Les manifestants poursuivent leurs doléances et exhibent des photos de salles de classe et de chambres d’hôpitaux surchargées. Mais en guise de réponse, les représentants de l’État leur adressent un doigt d’honneur, accompagné d’un sourire narquois.

La confrontation se poursuit avec les manifestants qui lèvent des pancartes appelant au boycott, en référence à la campagne de boycott lancée en mai dernier sur les réseaux sociaux pour dénoncer la cherté de certains produits de base au Maroc.

C’est à ce moment-là qu’apparaît un homme vêtu d’un treillis barré de l’inscription : "service militaire obligatoire", ainsi qu’un policier qui agite une paire de menottes. Ne trouvant d’autres solutions, les protestataires se rendent alors à la plage pour tenter de monter dans une embarcation et fuir le pays. Mais en apercevant un cadavre qui a été refoulé pas les vagues, ils changent d’avis et décident de reprendre leurs pancartes de protestataires et de continuer la lutte.

"Je voulais faire quelque chose de différent, avec de la musique et de l'humour, pour toucher un maximum de personnes"

Souhail Haddade, 18 ans, est étudiant en audiovisuel à Casablanca.

C’est la première fois que je réalise un clip politique. Je ne m’attendais pas à un tel succès. En général, mes vidéos qui marchent bien sont partagées autour de 10 000 fois. Mais là, ce clip a récolté plus de 26 000 partages !

Cette vidéo est basée sur une réalité, la souffrance des Marocains à travers les publications que je vois défiler sur ma page Facebook depuis quelques mois. Les protestataires dans le clip évoquent les manifestants du Rif qui réclamaient des emplois, des écoles, des hôpitaux, et qui pour toute réponse ont subi une forte répression policière.

LIRE SUR LES OBS : Récit en images amateurs des affrontements à Al-Hoceima

En juillet 2018, la justice marocaine a condamné les manifestants du Hirak, le mouvement de contestation qui avait secoué le nord du pays en 2016 et 2017, à des peines allant jusqu’à 20 ans de prison. Souhail Haddade pense que l’étau ne cesse de resserrer sur la jeunesse marocaine. Il poursuit :

La campagne de boycott de certains produits de grande consommation, lancée en mai 2018, avait fait très peur aux autorités. En guise de réponse, elles ont annoncé qu’elles allaient réviser la loi pour interdire cette campagne [NDLR : sous prétexte de lutte contre les fausses informations sur les réseaux sociaux].

Dernier coup de vis contre la jeunesse : les autorités ont annoncé en août dernier la réinstauration du service militaire obligatoire.

"Rester et continuer à se battre pour améliorer sa situation"

Donc, et comme le montre le clip, face au chômage, la répression, la censure, les jeunes ont le sentiment de se retrouver dans une impasse, d’où la tentation de fuir le pays pour l’Europe. Mais il s’agit d’une traversée très périlleuse. De nombreux jeunes Marocains meurent en faisant naufrage. La seule vraie solution, et c’est le message que je voulais faire passer dans cette vidéo, c’est de rester et de continuer à se battre pour améliorer sa situation dans son pays.

C’est vrai que sur les réseaux sociaux, les internautes qui racontent le quotidien parfois pénible des Marocains sont nombreux. Mais il s’agit pour la plupart du temps de témoignages classiques, donc des internautes qui parlent devant leur caméra. Pour ma part, je voulais faire quelque chose de différent, avec de la musique et de l’humour, pour toucher un maximum de personnes. Et ça a l’air de marcher.

LIRE SUR LES OBERSVATEURS : Lait, eau, carburant : les Marocains lancent le boycott de la vie trop chère

Depuis le début de l’année, Souhail Haddade réalise régulièrement des sketches et des clips musicaux humoristiques. Ces vidéos sont diffusées sur sa page Facebook, qui comptabilise plus de 47 000 abonnés.