Un homme aurait-il attaqué à la hache des policiers à Lyon, sans que les médias n’y prêtent attention ? C’est ce que laisse entendre, vidéo à l’appui, une publication virale d’une sympathisante du Rassemblement national (ex-FN), datée du 6 octobre. Si la vidéo est authentique... sa légende évasive est fausse.

"Une Agression à la hache a eu lieu jeudi à Lyon dans le silence le plus total des médias ! Cette attaque est-elle donc devenue banale et s'associe à notre lot de violence quotidienne ?" : c’est la publication postée samedi 6 octobre par Nathalie Germain, une secrétaire locale du parti français d’extrême-droite le Rassemblement national, nouveau nom du Front national. Cette légende accompagne une vidéo d’une trentaine de secondes qui montre un homme noir sur une pelouse, une hache à la main, mis en joue par des policiers, pendant que d’autres l’invectivent. A la fin, on entend l'homme crier : "rendez-moi mes affaires" à deux reprises. En quatre jours, le post a atteint plus de 1,2 millions de vues.


Plusieurs attaques jihadistes à la hache qui ont eu lieu ces dernières années, à Düsseldorf (Allemagne) et New York notamment. En France, des hommes se revendiquant du jihad s’en sont pris à plusieurs reprises à des civils ou aux forces de l’ordre armés d’un couteau.

Un squatteur qui refusait d’être expulsé

Or, il suffit d’une recherche internet simple pour voir que, contrairement à ce qu’affirme la militante, plusieurs médias locaux, dont Le Progrès et Lyon Mag, ont relaté cette altercation, qui s’est déroulée jeudi 4 octobre devant le commissariat de police des 1er et 4e arrondissements de Lyon. Il s’agit d’un ressortissant français, né à Kinshasa, qui se revendiquait artiste et squattait depuis plusieurs semaines place Louis-Pradel au centre de Lyon. Il venait de se faire confisquer ses affaires par la police, et a menacé les policiers en retour.

Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24, Bertrand Favre-Tissot commissaire de police, chef de service des 1er et 4e arrondissements de Lyon, explique :

Il a été décidé par le tribunal administratif de mener une procédure d’expulsion sur cet individu qui squattait la place Louis-Pradel depuis quelques semaines. On a eu recours à un huissier pour l’expulser, qui a été assisté par des policiers. On a expliqué la procédure à l’individu, selon laquelle ses affaires allaient être mise dans un garde-meuble. L’individu a proféré des menaces sur l’huissier.

Il a été placé en garde à vue, à l’issue de laquelle une convocation devant le tribunal de grande instance lui a été donnée pour le mois de mars. Mais dès sa sortie, il a été acheter une hache, et 20 minutes après, est revenu devant le commissariat, menaçant des policiers. Nous sommes intervenus, mais malgré les sommations, il continuait d’être menaçant. Nous l’avons donc maitrisé avec un pistolet à impulsion électrique.

Placé à nouveau en garde à vue, l’homme est aujourd’hui en hôpital psychiatrique suite à l’avis d’un expert.

Les publications qui invoquent "le silence des médias" sont très souvent le fait de comptes complotistes, relayant de fausses informations ou des informations très orientées. Par ailleurs, un coup d’œil aux commentaires permettait de voir que de très nombreux internautes connaissaient l’homme, et étaient au courant de ce qu’il s’était passé.

Intox /  France