Observateurs

Pour se rendre à l'école, des enfants traversent des ponts faits de vieilles planches de bois, bricolés au-dessus de profonds ravins causés par l'érosion des sols : cette scène, c’est le quotidien des écoliers de Kiwanja, dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo. Notre Observateur Joseph Tsongo a documenté en images ces périlleuses traversées.

Notre Observateur explique ce qui l’a interpellé dans cette vidéo :


​​​​​​Dans l'agglomération de Kiwanja, dans la province du Nord-Kivu, l'érosion fait des ravages. Depuis plusieurs années, le ruissellement lié aux fortes pluies creuse de profonds trous rendant difficile la circulation. Dans le quartier de Mabungo, les habitants ont eux-mêmes fabriqué des ponts avec des planches et des troncs d'arbres, notamment pour que leurs enfants puissent se rendre à l'école.

"C'est d'autant plus dangereux lors des saisons pluvieuses car les chemins sont glissants"

Mais ces infrastructures de mauvaise qualité inquiètent notre Observateur Joseph Tsongo. Il s'est rendu sur place pour documenter en images les chemins empruntés par les écoliers et espère désormais susciter l'intérêt des autorités locales.

Le quartier de Mabungo est vraiment ravagé par les érosions qui détruisent les routes et ruelles. Ce qui m'a intéressé, c'est la façon dont les enfants se démènent pour aller à l'école, en traversant des ponts de fortune au-dessus de ravins parfois très profonds.

Ce phénomène d'érosion existe depuis des années. Lors des longues saisons de pluie, on observe des coulées de boue qui emportent tout sur leur passage, creusent des ravins et ravagent parfois même des parcelles habitées. J'ai rencontré une enseignante de ce quartier qui m'a expliqué qu'elle devait redoubler d'attention lorsque les enfants jouaient dehors près de l'école. Parfois, avec ses collègues, elle raccompagne même les enfants jusqu'à chez eux, par peur qu'ils puissent tomber.

C'est d'autant plus dangereux lors de la saison des pluies car les chemins sont glissants. Un directeur d'école m'a raconté que lors des dernières pluies, un enfant est tombé d'un pont et a été emporté par la boue. Il faut que les autorités se chargent de ce problème et créent de véritables infrastructures. Les parents de ces enfants ont besoin de ponts, mais ils ont également besoin d'une éducation environnementale pour savoir comment prévenir ces érosions. Je pense par exemple à l'installation de haies anti-érosion [pour stabiliser les ravins] ou de canaux d'irrigation. Le reboisement de certaines zones pourrait également être une solution. Il faut également mettre en place de meilleurs plans d'aménagement en construisant les habitations sur les bonnes zones et en entretenant les parcelles. Tout cela nécessite une forte campagne de sensibilisation qui malheureusement n'a jamais été mise en place.

L'érosion touche d'autres régions de la République démocratique du Congo. Au début du mois de septembre, un habitant de Kinshasa avait déjà alerté notre rédaction au sujet de l'existence de trous causés par l'érosion et provoquant l'effondrement des maisons dans la capitale.

>> À LIRE SUR LES OBSERVATEURS :

Trous béants à Kinshasa : la capitale congolaise menacée par l’érosion

Walikale, ville congolaise enclavée à cause d’un réseau routier catastrophique


Cet article a été écrit par Maëva Poulet (@maevaplt).