Depuis le week-end dernier, un message affirmant que de grandes quantités de sucre empoisonné circulent sur le "marché", accompagné de la photo d’une enfant avec des boutons impressionnants, circule massivement sur les réseaux sociaux. Selon ce message, cette "alerte" proviendrait du "ministère de la Santé" et serait "passée sur RFI". Sauf qu’il ne s’agit que d’une rumeur, ayant déjà circulé dans le passé, illustrée par une photo sortie de son contexte…

Le 8 septembre, un internaute gabonais a posté ce message alarmiste sur sa page Facebook. Il a depuis été partagé plus de 68 000 fois. Son message était initialement accompagné d’une photo, comme on peut le voir sur la capture d’écran ci-dessous, mais il l’a ensuite retirée le 12 septembre.


Depuis le 8 septembre, ce message et cette photo ont également été relayés ailleurs sur Facebook, par exemple dans un groupe et sur une page de Côte d'Ivoire, ou encore sur WhatsApp. Notre rédaction a ainsi vu ce message circuler dans un groupe WhatsApp camerounais et l’a reçu de personnes ayant des numéros angolais et togolais (voir capture d'écran ci-dessous).


Selon ce message, d’importantes quantités de sucre auraient ainsi été empoisonnées par des "individus mal intentionnés", et il s’agirait d’une information du "ministère de la Santé", "passée sur RFI hier à 10h".

D’emblée, un élément met la puce à l’oreille : le pays où ce problème aurait eu lieu n’est pas précisé. S’agirait-il du Gabon, puisque la publication la plus partagée vient d’un internaute gabonais ? Afin de le vérifier, notre rédaction a contacté le ministère de la Santé gabonais, qui a immédiatement assuré qu’il s’agissait d’une "intox". Aucune alerte ne figure d’ailleurs à ce sujet sur le site Internet du ministère.

De plus, RFI – qui appartient au groupe France Médias Monde, comme France 24 – n’a donné aucune information concernant le sucre ou d’éventuelles intoxications alimentaires le 7 septembre, à la veille de la publication.

Par ailleurs, en glissant la photo illustrant ce message dans Google Images et dans le moteur de recherche Yandex, afin d'effectuer une recherche inversée, on la retrouve dans un article publié en avril 2015 sur le site Internet "Consultant 360", destiné aux professionnels de la santé, avec une meilleure résolution. Il est donc clair que cette photo n’a rien à voir avec la prétendue alerte qui circule depuis le week-end dernier.


Cet article mentionne ainsi une fillette de 6 ans, arrivée dans une clinique en Afrique du Sud avec des symptômes correspondant à une infection au papillomavirus. Il est également indiqué qu’elle est séropositive. Nous avons contacté ce site Internet, qui nous a précisé qu’il détenait le "copyright de la photo" et qu’elle n’avait "rien à voir avec un empoisonnement avec du sucre".

Nous avons également montré cette photo à différents professionnels de la santé, notamment au sein de l’Institut Pasteur et du Centre national de référence papillomavirus : tous ont confirmé qu’il était effectivement possible que cette fillette ait été infectée par un papillomavirus, même si certaines tumeurs peuvent également donner un aspect similaire.

Une intox datant au moins de 2013

En faisant quelques recherches supplémentaires sur Facebook et Internet, avec les mots clés "ALERTE INFO DU MINISTERE DE LA SANTE", il est possible de voir que cette même "alerte" avait déjà circulé dans le passé, notamment en novembre 2013, sur les réseaux sociaux et Internet, par exemple sur un site Internet sénégalais. Seules différences : il est précisé que c’est le marché "béninois" qui aurait été touché et aucune photo n’accompagne le message.

Nous avons donc contacté le ministère de la Santé béninois, qui a indiqué qu’il ne s’agissait déjà que d’une "rumeur" à l’époque. Il n’existe d’ailleurs aucune information de ce type sur le site Internet de RFI fin 2013.

En revanche, cette fausse information a eu de réelles conséquences à l’époque, selon un site Internet béninois, qui évoque une baisse des ventes du sucre en poudre sur certains marchés locaux, due à l’inquiétude des populations.

CONCLUSION

Ce message alarmiste circule dans plusieurs pays africains depuis 2013 au moins, mais cela a toujours été une simple rumeur. Il n’existe donc aucune raison de s’inquiéter concernant le sucre en poudre.

Ce message fait référence à un "ministère de la Santé" et à RFI, ce qui donne l’impression qu’il s’agit d’une information sérieuse. Lorsque de telles sources sont mentionnées, un réflexe à avoir : vérifiez directement sur leurs sites Internet si une alerte a effectivement été donnée.

Si cette rumeur liée au sucre est ancienne, l’utilisation de cette photo impressionnante pour l’illustrer est, en revanche, quelque chose de nouveau. Et cette photo n’a donc rien à voir avec un quelconque problème lié au sucre.


Cet article a été écrit par Chloé Lauvergnier (@clauvergnier).

santé /  Afrique /  Intox