Sur les réseaux sociaux, de nombreuses publications véhiculent des messages alarmistes au sujet de la loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes (dite "loi Schiappa"), promulguée en France le 5 août. Certaines d’entre elles sont accompagnées de photos, censées montrer des livres "au programme" pour initier les enfants à la sexualité "dès leur plus jeune âge". Mais aucun de ces livres n’est au programme et presque tous ces messages alarmistes sont faux.

La loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes a été portée par Marlène Schiappa, la secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Comme l’expliquent les Décodeurs du Monde, cette loi porte notamment sur l’allongement du délai de prescription des crimes de nature sexuelle commis sur des mineurs, la répression des abus sexuels sur les mineurs, le durcissement de la lutte contre le harcèlement sexuel (notamment en ligne) et la création d’une contravention pour "outrage sexiste".

En revanche, elle ne comporte aucune disposition sur l’éducation sexuelle des enfants. Aucun livre n’est donc recommandé à ce sujet.

Des critiques sur les réseaux sociaux en France et à l'étranger

Pourtant, sur les réseaux sociaux, de nombreuses publications dénoncent l’affaiblissement supposé de la protection des mineurs face aux agressions sexuelles, voire la "légalisation de la pédophilie", ou encore la "perversion" de l’esprit des enfants, en raison de cours d’éducation sexuelle et de livres "au programme" qui seraient inappropriés.

Ces publications viennent d’internautes en France, mais aussi à l’étranger, comme on peut le voir ci-dessous. Le président de l’association des parents d’élèves du lycée français Blaise-Pascal d’Abidjan a d’ailleurs contacté notre rédaction pour nous indiquer qu’ils recevaient actuellement des "messages relatifs à la ‘légalisation de la pédophilie’ via la loi Schiappa par tous les canaux".

Publication sur la page Facebook "Rumeurs D'abidjan".

Publication sur le compte Facebook de Nyangono Marie, partagée plus de 51 000 fois.


Notre rédaction a donc fait le point sur les différentes images utilisées pour dénoncer les dérives supposées de la loi.
 

"Le Guide du zizi sexuel" (2001)


Ces trois photos viennent du "Guide du zizi sexuel", un livre d’Hélène Bruller et du célèbre dessinateur Zep, paru en 2001 aux éditions Glénat. Selon l’éditeur, l’objectif est de répondre aux questions des 9-13 ans concernant l’amour et le sexe, telles que : "Comment on embrasse sur la bouche ? C'est quoi faire l'amour ? Comment naissent les bébés ?" Mais le guide s’adresse aussi aux parents, pour les aider à répondre aux questions de leurs enfants.

Contacté par notre rédaction sur Twitter, Zep a indiqué :

Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer par rapport à toutes ces polémiques… Le guide a été vendu à plus de deux millions d'exemplaires en France et il me semble qu'il y a beaucoup moins de pédophiles... Si ça peut rassurer les cinglés qui ont posté ça !



"Tous à poil" (2011)


Cette photo est censée montrer la couverture du livre "Tous à poil" de Claire Franek et Marc Daniau, paru en 2011 aux Éditions du Rouergue. Sauf qu’il ne s’agit en réalité que d’un "essai de couverture qui traîne sur Internet", comme l’a indiqué Marc Daniau à notre rédaction. La vraie couverture du livre, elle, montre un chien, comme on peut le voir sur le site Internet des Éditions du Rouergue. Selon l’éditeur, l’objectif de ce livre, destiné aux enfants à partir de 4 ans, est de "porter un regard bienveillant sur le corps, de rappeler que la nudité n’a rien de honteux et qu’il est important d’accepter la diversité des corps".

Contactée par notre rédaction, les Éditions du Rouergue indiquent :

Ce n’est pas un manuel scolaire, il n’est pas conseillé aux enseignants. C’est simplement un album jeunesse joyeux et drôle sur un thème qui intrigue et amuse les enfants. Il est regrettable qu’on lui prête des intentions fantaisistes.



"Ma sexualité de 0 à 6 ans" (1986)


Autre image circulant sur les réseaux sociaux : la couverture du livre "Ma sexualité de 0 à 6 ans", de Jocelyne Robert et Jo-Anne Jacob, paru aux Éditions de l’Homme – un éditeur québécois – en 1986, et réédité depuis.

Contactée par notre rédaction, Jocelyne Robert, écrivaine et sexologue québecoise, réagit :

Récemment, j’ai été traitée de pédophile sur Facebook, alors que j’ai passé ma vie à combattre les agressions sexuelles et la pédophilie ! Ce livre est destiné aux enfants à partir de 3 ans. Il parle de la découverte du corps et du sexe. Au Québec, il est très utilisé dans les garderies, car il peut aider les éducatrices à répondre aux interrogations des enfants.



"Zizis et Zézettes" (2017)


Cette photo est tirée du livre "Zizi et Zézettes" de Camille Laurans et Jess Pauwels, paru en 2017 aux Éditions Milan. Cet ouvrage s’adresse aux 3-6 ans. Sur le site Internet de l’éditeur, il est écrit : "De la pudeur à la gêne ou l’envie de rire, en passant par le plaisir et les premières notions d’intimité, ce ‘P’tit pourquoi’ répond à toutes les questions des plus petits, simplement et précisément."

Contactée par notre rédaction, l’illustratrice Jess Pauwels, qui vit en Belgique, indique :

L’idée que mon travail soit repris pour argumenter des propos rétrogrades et surtout mensongers, à coup de hashtags monstrueux, m’horripile prodigieusement. Il ne s’agit pas de mettre ce livre dans les mains d’un petit de 3 ans qui ne demande rien, mais de répondre avec humour à des petits moments de gêne lorsque la curiosité toute naturelle des enfants se présente. Et ce livre n’est pas au programme de l’Éducation nationale.

 

Une image extraite de la série "Star Butterfly" de Disney (2017)


Outre les photos de livres, cette image venant d’un épisode de la série "Star Butterfly" de Disney, diffusé en 2017, circule également beaucoup. On y voit ainsi plusieurs couples – à la fois hétérosexuels et homosexuels – s’embrasser lors d’un concert (voir ci-dessous). C’était la première fois que Disney montrait deux personnes du même sexe s’embrasser.


 

La réponse du ministère de l’Éducation nationale : "Aucun de ces livres ne fait partie de nos recommandations"

Contactée par notre rédaction, le ministère de l’Éducation nationale a confirmé qu’aucun de ces livres ne faisait "partie des recommandations provenant de la Direction générale de l'enseignement scolaire", ajoutant qu’il n’existait "pas de sélection de livres par le ministère sur l’éducation à la sexualité".

Sur son portail "Éducation à la sexualité", il existe seulement une "bibliographie indicative" et des "liens utiles" à destination des enseignants.
 

Que dit la loi concernant…


… l’affaiblissement supposé de la protection des mineurs face aux agressions sexuelles, voire la "légalisation de la pédophilie" ?

Très relayées sur les réseaux sociaux, ces accusations viendraient du fait que la loi Schiappa ne fixe aucun âge au-dessous duquel une relation sexuelle est systématiquement considérée comme un viol. Certains auraient pourtant souhaité que toute relation sexuelle avec un mineur de moins de 15 ans soit automatiquement considérée comme un viol (défini dans le droit français comme un acte commis "par violence, contrainte, menace ou surprise").

Il n’en demeure pas moins qu’il existe déjà, dans le code pénal, un délit d’atteinte sexuelle concernant les mineurs de moins de 15 ans : toute atteinte sexuelle sur un mineur de moins de 15 ans n’est donc pas systématiquement considérée comme un viol, mais est systématiquement considérée comme un délit, au minimum.

La loi Schiappa n’a absolument pas remis en cause ce délit d’atteinte sexuelle. Au contraire, elle a même durci les sanctions prévues pour les agresseurs. En aucun cas la pédophilie n’est donc légalisée.
 

… la "perversion" supposée de l’esprit des enfants, en raison de cours d’éducation sexuelle inappropriés ?

Comme indiqué précédemment, la loi Schiappa ne comporte aucune disposition sur l’éducation sexuelle des enfants. Seul l’article 10 évoque une "obligation de sensibilisation des personnels enseignants aux violences sexistes et sexuelles et à la formation au respect du non-consentement".

La seule nouveauté à ce sujet ? Une circulaire sera publiée en septembre concernant la mise en place de trois séances d’éducation à la sexualité annuelles à l’école primaire, au collège et au lycée (et non en maternelle). Mais cette circulaire ne comporte rien de nouveau, puisqu’elle vise simplement à faire respecter des dispositions inscrites dans le code de l’éducation depuis 2001, lorsque la notion d’éducation à la sexualité a été introduite à l’école (voir les articles L 121-1 et L 312-16 ). Et surtout, cette circulaire n’a rien à voir avec la loi Schiappa…
 

Cet article a été écrit par Chloé Lauvergnier (@clauvergnier).