Depuis samedi 4 août, une vidéo montrant un manège avec de vrais poneys dans une fête foraine belge fait polémique sur Twitter. Pour notre Observatrice membre d’une association de défense des animaux en Belgique, ce type d’attraction sera interdit début 2019.

Dans une courte vidéo vue plus de 800 000 fois sur Twitter, un internaute a dénoncé samedi 4 août la présence d’un "manège à poneys", dans lequel les animaux attachés avec à leur disposition un simple petit seau d’eau sont contraints de tourner en rond toute la journée.

"J’ai vu cette ‘attraction’ à la fête foraine de Bruxelles et je voulais savoir si c’était légal ?", a demandé le vidéaste dans sa publication, qui a été largement relayée en France.


Dès le lendemain, la Fondation française 30 Millions d’Amis a même interpellé la ville de Bruxelles, l’accusant de "cautionner cette maltraitance en autorisant cette attraction ou en fermant les yeux".

"Il y a toujours une dimension économique à prendre en compte, même si aujourd’hui ces manèges à poneys nous semblent être d’une autre époque"

Pour Ann De Greef, directrice de Gaïa – la principale association de défense des animaux en Belgique, il est important de rappeler que cette pratique, très minoritaire en Belgique, est en cours d’interdiction :

C'est en effet une pratique qui n'a pas sa place dans une fête foraine et qui n'a aucun intérêt en terme de relation avec l'animal. Ici, les poneys tournent en rond attachés toute la journée, ce qui est très frustrant pour eux. Ce n'est pas intéressant pour les enfants non plus qui n'apprennent rien sur les poneys dans ce type d'attraction.

Il faut que les parents évitent de faire monter leurs enfants dans ce type de manège pour privilégier des activités dans des centres équestres ou fermes, où il peut aussi y avoir des manèges mais dans lesquels les poneys ne sont pas attachés toute la journée. Par ailleurs dans les centres équestres, on apprend le respect de l'animal : s'en occuper, le brosser, observer son comportement. C'est mieux pour l'animal et c'est plus enrichissant pour les enfants.
 
"Cette pratique va être interdite"

Nous avons été un peu étonnés par le bruit autour de cette vidéo, notamment en France qui n’est pas forcément un pays modèle en terme de bien-être animal, à commencer par le gavage d’oie – qui est par exemple interdit à Bruxelles. L’indignation est importante, mais il faut rappeler que cette pratique va être interdite d’ici à janvier 2019 au niveau régional à Bruxelles-Capitale. La loi est passée au début de l’année. Notre association milite depuis longtemps pour faire interdire ces manèges. Nous avons participé aux négociations qui ont abouti à la loi. En Wallonie, ce sera interdit le 1er janvier 2023.

Il y a une période de transition entre la loi et son entrée en vigueur : il s’agit de laisser aux forains le temps de se retourner, car pendant des années on leur a laissé faire cette activité en toute légalité. Il y a toujours une dimension économique à prendre en compte, même si aujourd’hui ces manèges à poneys nous semblent être d’une autre époque. Il faut également préciser qu’il n’y a déjà plus beaucoup de forains qui ont ce type de manèges, peut-être entre 10 et 20.
 
Risque de voir ces manèges "s'expatrier" en France ? 

Dans un communiqué, Reha Hutina, la présidente de la Fondation 30 Millions d'Amis a fait savoir sa crainte de voir, l'interdiction appliquée en Belgique, ces manèges "s'expatrier" en France où la législation, selon elle, ne protégera pas ces animaux.

"Il n’y a qu’à voir la présence des animaux sauvages dans les cirques pour lesquels aucune interdiction n’a été envisagée [en France]. En matière de bien-être animal, les Belges sont loin devant nous entre la vidéosurveillance dans les abattoirs, la fin des poules pondeuses, des cirques avec animaux sauvages, des delphinarium", précise-t-elle.