De Téhéran à Ispahan, et dans plusieurs villes du pays, l’Iran a connu plusieurs manifestations agitées depuis le 1er août. De nombreux Iraniens craquent face à la très mauvaise situation économique du pays, alors que les choses pourraient empirer :  mardi 7 août, les États-Unis lancent une nouvelle série de sanctions qui vont frapper les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, du commerce de métaux ou de charbon.

Retour sur ces journées agitées en images ci-dessous :


Les nouvelles sanctions américaines interviennent après que Donald Trump a décidé au mois de mai de retirer les États-Unis de l'accord conclu en juillet 2015 sur le programme nucléaire de la République islamique, qui prévoyait un allègement des sanctions en échange d'un contrôle de la politique atomique iranienne. Les États-Unis justifient leur revirement en affirmant que l'Iran constitue une menace pour la sécurité au Moyen-Orient et a demandé aux autres pays de cesser leurs importations de pétrole iranien sous peine de sanctions financières.

En décembre 2017 et janvier 2018, de violentes manifestations avaient déjà secoué l’Iran pour des raisons similaires : un ras-le-bol des plus défavorisés contre le régime théocratique de Téhéran, jugé incapable de satisfaire leurs besoins, pendant qu’une frange infime de l'élite profite de la rente pétrolière.


>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS :Iran : "Ce sont les pauvres et les humiliés qui manifestent, pas comme en 2009"