Sur son compte Instagram, elle affichait plus de 600 000 abonnés qui adoraient ses vidéos dans lesquelles elle osait danser sur des musiques pop, sans voile et parfois en laissant paraître son ventre ou ses bras nus. Mais samedi 7 juillet, un documentaire de la télévision publique iranienne est venu confirmer les rumeurs : Maedeh Hojabri a été arrêtée, et face caméra, elle a confessé avoir enfreint la morale avec ses vidéos.

Comme elle, trois autres jeunes danseurs très suivis sur le réseau social ont été victimes d’un coup de filet, dont la date reste indéterminée. Mais le documentaire diffusé samedi les montre en train de se repentir de leurs vidéos... Rien ne permet de savoir si ce retournement est sincère...et on peut en douter.

Nous expliquons l'affaire en images dans la vidéo ci-dessous.

Dans la République islamique d’Iran, le port du voile est obligatoire, et les femmes doivent sortir avec la peau couverte et porter des vêtements amples. Il leur est interdit de danser en public. Depuis fin 2017, plusieurs femmes ont défié l’ordre établi en se filmant sans voile dans la rue.