Une vidéo tournée le 20 mai à Abong-Mbang, une ville dans la région de l’Est, montre des enfants défilant sous des trombes d’eau, devant une tribune officielle, à l’occasion de la fête nationale du Cameroun. Vue plus de 70 000 fois sur Facebook, elle a choqué de nombreux internautes, tandis que d’autres ont salué de "vrais patriotes".

Dans cette vidéo, on voit des garçons en short et des filles en robe marcher d’un pas cadencé, en agitant les bras, comme pour saluer la foule, sous une pluie torrentielle. Certains brandissent également des drapeaux du Cameroun. Dès les premières secondes, on peut également apercevoir une tribune officielle, abritée, où se trouve un haut-gradé.

Vidéo postée sur ce compte Facebook le 20 mai, où elle comptabilise plus de 21 000 vues. Elle a également été postée sur la page Facebook de l’activiste Paul Chouta deux jours plus tard, où elle a été vue plus de 48 000 fois.

Cette vidéo a suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux. Certains Camerounais – à l’image de celui ayant posté la vidéo sur Facebook le 20 mai – ont loué le "patriotisme" des enfants et salué le fait qu’ils avaient bravé les intempéries pour célébrer la fête nationale.


Mais la plupart des internautes ont déploré le fait que des enfants aient été contraints de défiler sous une pluie battante, risquant ainsi de tomber malades. Certains se sont demandés qui allait payer les frais médicaux pour les soigner par la suite, et d’autres ont ironisé sur le fait que les officiels, eux, étaient restés bien au sec.



 

"Il n’a jamais été question de suspendre le défilé"

Marcel A. (pseudonyme) a participé au défilé à Abong-Mbang, avec d’autres élèves de son école de formation.

Avant le défilé, les autorités ont remis des médailles à des Camerounais considérés comme valeureux. Puis le défilé a commencé vers 12 heures, avec les militaires. Le ciel s’est alors assombri brusquement, le vent s’est levé, et la pluie a commencé à tomber, alors que les enfants étaient déjà alignés pour commencer à marcher, après les militaires. Dans le public, ceux qui étaient à l’abri sont restés. Mais les autres ont cherché un refuge.

"Certains parents étaient en colère, car ils voyaient que leurs enfants grelottaient"

Vers 13 heures, les enfants ont donc commencé à défiler sous une forte pluie. Il y avait tous les élèves des écoles primaires de la ville et des environs et des établissements du secondaire, car tous les élèves sont obligés de participer au défilé. Ils ont marché pendant une heure environ. Il a plu durant tout ce temps, mais il n’a jamais été question de suspendre le défilé.

Certains parents étaient en colère, car ils voyaient que leurs enfants grelottaient. Certains ont d’ailleurs cherché les chefs d’établissement pour se plaindre. Ils voulaient que le défilé soit suspendu, le temps que la pluie cesse. D’autres disaient que leurs enfants n’auraient jamais été mouillés si les festivités avaient commencé à l’heure. Elles avaient démarré une heure plus tard que prévu, du fait de l’arrivée en retard des officiels, qui étaient d’ailleurs à l’abri dans une tribune officielle. Quand les enfants ont cessé de défiler, la première chose que les parents ont faite, ça a été de les sécher pour éviter qu’ils ne tombent malades.

Après les enfants, ça a été à mon tour de défiler, avec toutes les écoles de formation. Puis ce sont les associations sociales et politiques qui ont défilé. Ça a duré trois heures en tout. Avec cette pluie, on était gelés et personne n’était content. Nous avons participé au défilé uniquement car c’est notre devoir de citoyen, mais nous sommes vite rentrés chez nous après.