Des hommes barbus, vêtus en noir et lourdement armés ont déferlé dans un centre commercial de Téhéran, lundi 7 mai : avec ces tenues évoquant clairement les jihadistes de l’organisation État islamique, ils ont semé la panique chez certains clients, quand d’autres sont restés incrédules. Une chose est sûre : la société de production qui voulait faire un coup de pub pour un de ses films a complètement raté son coup.

"L’heure de Damas" est un film qui raconte l’histoire de deux pilotes iraniens envoyés en mission spéciale pour sauver les habitants de Palmyre en Syrie, alors que la ville est encerclée par l’EI. Les deux héros se font – bien sûr – capturer. Le film est sorti dans les salles iraniennes en mars 2018, mais lundi, il faisait l’objet d’une projection spéciale, suivie d’un débat avec son réalisateur Ebrahim Hatamikia, organisée dans le cinéma du centre commercial.

Avant le début de la projection, des hommes habillés comme des jihadistes de l’EI, l’un carrément à cheval, ont fait irruption dans le centre commercial et ont commencé à pousser les clients, à les intimider, ou à prendre de la nourriture dans leur assiette, avant d’entrer dans le cinéma. Plusieurs clients ont cru à la blague – de mauvais goût – et se sont enfuis. D’autres, qui avaient compris que ces hommes étaient des acteurs, ont fini par les faire sortir du centre commercial.


Une vidéo amateur des faux terroristes dans le centre commercial.


Un homme en colère pousse l’un des acteurs et lui dit : '"Vous avez fait peur à ma femme et mes enfants, dégagez ! Qui est responsable de ce b**del? Dégagez !"


Dans la vidéo ci-dessous, une femme interpelle le réalisateur du film au sujet de cette étrange idée de publicité. Elle dit avoir des enfants qu’elle avait emmenés rencontrer leur réalisateur préféré. "Ils sont traumatisés maintenant" ajoute-t-elle. 



"S’excuser, c’est bien mais j’espère qu’Ebrahim Hatamikia comprend que tous les problèmes ne peuvent être résolus avec des regrets. Le traumatisme subi par ces gens pourrait prendre du temps à guérir, s’il guérit un jour"



"De la stupidité pure !"

Avant cette opération commerciale ratée, le film "L’heure de Damas "avait déjà été vivement critiqué, certains commentateurs lui reprochant de glorifier la présence militaire iranienne en Syrie. La société de production du film, Owj Films, est connue pour sa proximité avec les Gardiens de la Révolution, qui soutiennent le régime syrien de Bachar al-Assad.