Dans une vidéo postée sur Facebook le 3 mai, on voit un chien valser dans les airs et un jeune le frapper à deux reprises avec une batte, simulant une partie de baseball, sous les rires de ses acolytes. Tournée à Villa del Rosario, une ville située dans la province de Córdoba dans le centre de l’Argentine, la vidéo a suscité l’indignation des internautes… au point qu’une manifestation demandant "justice" pour le chien a été organisée le 6 mai.

Après l'avoir frappé avec une batte, le tortionnaire va voir dans quel état se trouve le chien, au sol, avec ses acolytes. Certains disent "encore une fois, encore une fois" ou "tu es un assassin de chiens", en rigolant. Puis, le même jeune frappe à nouveau le chien avec une batte. À la fin, quelqu’un pose son pied sur l’animal, en l’écrasant à moitié. Dans la vidéo, on entend également des personnes dire "non" à plusieurs reprises, notamment un enfant.

C’est Alejandra Viviana Pereyra, directrice de la radio locale "99.9 FM Pasión Radio Solidaria de los niños de Villa del Rosario", qui a diffusé cette vidéo en premier sur sa page Facebook, le 3 mai. Elle comptabilise déjà plus de 24 000 vues.

France 24 a choisi de montrer uniquement des captures d’écran de cette vidéo.
 

Captures d’écran de la vidéo de 0’36 postée par Alejandra Viviana Pereyra sur Facebook, le 3 mai.
 

"J’ai partagé la vidéo pour que les gens sachent ce qu’il se passe ici"

Alejandra Viviana Pereyra explique pourquoi elle a diffusé cette vidéo.

C’est une femme qui m’a envoyé cette vidéo, probablement car elle sait que je dirige une radio locale. Je ne sais pas si c’est elle qui l’a enregistrée ou si elle a assisté aux événements : elle m’a simplement demandé de ne pas donner son nom, car elle avait peur.

Quand j’ai vu la vidéo, je suis allée au commissariat de Villa del Rosario pour porter plainte. Puis je l’ai partagée sur Facebook pour que les gens sachent ce qu’il se passe ici et pour inciter les autorités à réagir. La vidéo est rapidement devenue virale : ça m’a surprise, et ça m'a rendue heureuse.


L’un des nombreux commentaires publiés sous la vidéo d’Alejandra Viviana Pereyra : "Justice s’il-vous-plaît. Jusqu’à quand ces malades se comporteront de manière cruelle avec les animaux ?"
 

Alejandra Viviana Pereyra poursuit :

Par contre, le jour où j’ai posté la vidéo, le jeune que l’on voit frapper le chien m’a menacée de mort sur les réseaux sociaux. Donc je suis retournée au commissariat pour porter plainte par rapport à ça.

Par la suite, sur les réseaux sociaux, des habitants ont dit qu’il fallait se rassembler le 6 mai, pour protester. L’appel a porté ses fruits puisqu’environ 500 personnes se sont rassemblées à Villa del Rosario ce jour-là [250 selon les médias, NDLR], pour exiger que les personnes ayant tué le chien soient condamnées à des peines de prison et pour dénoncer la maltraitance animale. L’objectif était aussi de dénoncer les menaces de mort reçues, pour qu’elles ne restent pas sans suite.



Depuis 1954, la loi argentine prévoit des peines allant jusqu’à un an de prison pour les personnes ayant maltraité ou infligé des sévices cruels aux animaux.


Vidéo tournée et diffusée en direct par Alejandra Viviana Pereyra sur Facebook, le 6 mai. On peut notamment voir des pancartes où il est écrit "non à la maltraitance animale", "application de la loi", "procès et condamnation exemplaire", etc.
 

Photos prises par Alejandra Viviana Pereyra, le 6 mai.
 

"Des animaux sont maltraités tous les jours, mais les gens ont souvent peur de porter plainte"

Franco Vicente est membre de "Patas Vdr", une petite ONG de défense des animaux à Villa del Rosario.

Pour l’instant, deux jeunes apparaissant dans la vidéo ont été identifiés. Tous deux vivent dans la zone, où la vidéo a été tournée. A priori, elle a été enregistrée un ou deux jours avant sa diffusion. Mais seul l’un des deux – celui qui a frappé le chien – a été mis en examen. [La justice cherche également à savoir si d’autres chiens ont été tués ce jour-là, NDLR.]

Le 6 mai, beaucoup de personnes ont participé au rassemblement. Cela nous a beaucoup surpris, puisque c’est une petite ville [environ 13 000 personnes vivent à Villa del Rosario, NDLR]. Récemment, il y a eu d’autres rassemblements, par exemple contre la drogue et l’insécurité, et il y avait moins de monde… Je pense que c’est dû au fait que les habitants de la ville sont assez sensibles à la maltraitance animale, sans compter que la vidéo est vraiment horrible. De plus, j’ai l’impression que les mentalités sont en train de changer en Argentine concernant les animaux, qui ne sont plus forcément considérés comme étant inférieurs aux hommes. C’est peut-être pour cela que la vidéo a autant circulé.

Dans notre province, des animaux sont maltraités tous les jours d'après les informations qui nous parviennent. Par exemple, récemment, un habitant de Villa del Rosario nous a raconté qu’il avait vu un garçon jeter un chien depuis un toit. Le 21 mai, il y aura d’ailleurs un procès à San Francisco, une ville de la province, pour juger un homme ayant dépecé un chien [le 2 janvier 2017, NDLR]. Mais généralement, les gens portent rarement plainte quand ils sont témoins de telles scènes, car ils ont peur des représailles ou car ils y accordent peu d’importance.



Le 21 mai, ce sera la première fois qu’un homme sans aucun antécédent judiciaire sera jugé en Argentine pour maltraitance animale.



Cet article a été écrit par Chloé Lauvergnier (@clauvergnier).