Observateurs

Les réseaux sociaux chinois se sont pris d'affection pour un chien qui, chaque jour, attend patiemment son maître à la sortie du métro, à Chongqing, grande métropole du centre de la Chine. Fin avril, les médias locaux ont relaté l'histoire sur le web et réseaux sociaux. Depuis, l'animal est passé de "phénomène local" à "nouvelle starlette" du web national.

Chaque jour, XiongXiong, le chien dévoué, attend son maître de 7 heures du matin à 7 heures du soir devant une station du métro de Chongqing. Le 23 avril dernier, l'animal, âgé de 15 ans, est soudainement devenu célèbre lorsque son histoire est parue dans le "Chongqing soir", un média local.

Dès le lendemain, la chaîne de télévision locale "Li Chongqing" se précipitait sur les lieux. La vidéo a ensuite rassemblé plus de 10 millions de vues sur Miaopai, une plateforme de vidéos chinoise.



"Il n'a ni collier ni laisse et n'accepte pas la nourriture des étrangers", peut-on entendre dans la vidéo. Le chien, qui attend son maître chaque jour depuis environ huit ans, émeut nombre d'internautes chinois. Sur le réseau social Weibo, ils ont été des dizaines de milliers à partager et commenter l'histoire sous le hashtag #网红狗每天等主人下班# que l'on pourrait traduire par #ChienStarAttendQueSonMaitreRentreduTravail. L'histoire a même incité certains admirateurs à venir rendre visite à XiongXiong .

 

"Une "fan" est venue rendre visite à XiongXiong"

L'engouement est tel que même la page officielle du métro de Chongqing a commenté l'une des vidéos : "Tous les employés de la station Liziba connaissent Xiong Xiong". Pourtant, certains internautes craignent que la célébrité de XiongXiong n'attire des curieux mal intentionnés.

Le compte officiel du métro de Chongqing commente : "Tout le monde connait XiongXiong"

"Il faut prendre soin de lui, j'ai peur que certaines personnes soient mal intentionnées" commente cet internaute"

L'histoire n'est pas sans rappeler celle d'Hachiko, un chien japonais devenu célèbre dans les années 1920 pour avoir attendu chaque jour son maître à la gare de Shibuya, au centre de Tokyo, et ce pendant neuf ans après la mort de ce dernier.

"C'est le Hachiko des temps modernes" commente cet internaute