Nouvel épisode dans la guerre de communication qui fait rage autour des attaques chimiques présumées dans la Ghouta orientale : des internautes qui soutiennent le régime syrien et son allié russe ont prétendu que les casques blancs utiliseraient la même fillette comme victime de différentes attaques chimiques. Une façon d’affirmer que ces attaques sont mises en scène… sauf que les images utilisées ne montrent pas ce que prétendent les militants.

Dans un article publié le 19 avril 2018 sur le site conspirationniste Globalresearch.ca, intitulé “Tordre de le cou à dix mensonges sur la Syrie et Assad”, un photomontage montre une petite fille secourue aux bras de trois hommes différents. Sur Facebook, un photomontage similaire a été partagé plus de 6 000 fois depuis le 8 avril dernier.


Un internaute a notamment affirmé que "Poutine et Assad utilisent constamment des armes chimiques contre la même fille, malgré tout elle est toujours en vie".

Cette intox est ancienne, elle a énormément circulé en 2016 quand ces photos ont été publiées dans les médias.

Mais il ne s’agit pas d’une "fillette-actrice sauvée trois fois". En fait, ces trois photos ont été prises par un journaliste de l’AFP le 27 août 2016 dans le quartier de Maadi, près de Bab al-Nairab, à Alep.

Selon l’AFP, elles ont été prises sur une durée d’une minute et 12 secondes et montrent une fillette sauvée d’abord par un casque blanc, puis confié à deux autres hommes.