Vendredi 27 avril, pour la première fois, le leader nord-coréen Kim Jong-un est attendu au Sud, dans la ville frontalière de Panmunjom, pour rencontrer son homologue sud-coréen, Moon Jae-in, et parler du nucléaire. Seulement, le dessert qui sera servi aux deux leaders est inspiré d’une carte des deux Corées faisant apparaître des îles revendiquées par le Japon.

Mercredi 25 avril, des photos publiées dans la presse sud-coréenne ont révélé le dessert qui sera servi aux dirigeants coréens lors de leur rencontre prévue le 27 avril. Les images ont provoqué la fureur du Japon : en cause, le gâteau de mousse à la mangue est décorée d'une carte de la Corée réunifiée, où figurent des ilôts revendiqués par le Japon.


Séoul les nomme Dokdo, et Tokyo, Takeshima. Situés à 87 km de la péninsule coréenne et à 157 km du Japon, les îlots de Dokdo/Takeshima abriteraient d'importantes ressources en gaz et sont source de contentieux entre les deux pays. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Corée du Sud les contrôle, mais sa souveraineté est contestée par le Japon.

Selon le site Asialyst, tous les plats du repas entre Kim Jong-un et Moon Jae-in feront référence à des épisodes passés qui ont joué en faveur du rapprochement des deux Corées. C'est à l'annonce d'un menu très recherché et riche en symboles que le gouvernement japonais a réagi : "C'est regrettable, mais nous ne pouvons pas laisser passer cela", a annoncé la ministre des Affaires étrangères japonaise.

En réaction, des groupes de citoyens sont venus protester devant le consulat japonais de Busan, deuxième ville de Corée du Sud, contre l'interférence de Tokyo dans les affaires internes coréennes. La Corée du Sud n'a pas encore communiqué sur son intention de retirer le dessert contesté.