Insultes, coups, humiliation publique : les réseaux sociaux sont en émoi depuis la publication, le 18 avril, d’une vidéo montrant une jeune femme agressée par la "police de la vertu" iranienne. Un comportement jugé inhumain par certains internautes, qui condamnent ces dérives.

Vidéo de l'agression d'une jeune iranienne par la police de la vertu, le 18 avril à Téhéran.

La vidéo dure environ deux minutes et commence par ce qui semble être une interpellation. On peut y voir une jeune fille, portant un voile rouge, au milieu d’un parc de Téhéran. Une femme, identifiée comme une fonctionnaire de la "Gasht-e Ershad", la police de la vertu, arrive ensuite. Elle est identifiable dans la vidéo grâce à son tchador noir, ce long tissu porté pour recouvrir le corps, à l'exception du visage et des mains, en Iran.

Elle est accompagnée de deux autres membres de la police de la vertu et reproche à la jeune fille de ne pas porter son voile de manière convenable. "Mettez-vous sur le côté, animal !", crie l’une des policières.

On entend également la voix d’une femme, aux côtés de la femme interpellée, qui filme la scène, et tente de s’interposer entre la policière et la jeune fille.

Au bout de quelques secondes (0'20"), la policière saisit les épaules de la femme et la secoue à plusieurs reprises. La jeune fille se débat, déclarant : “Lâchez-moi ! Ça fait trente ans que vous ne nous laissez pas vivre".

À la fin de la vidéo, la jeune femme est sans voile et à terre, visiblement en souffrance. Une autre femme à ses côtés implore les autorités d’arrêter. "Elle a un problème cardiaque", précise-t-elle.

#MonTéléphoneEstMonArme

La vidéo a été relayée sur le compte Instagram de Masih Alinejad, une militante iranienne à l'origine de nombreuses campagnes contre le port obligatoire du hijab. Visionnée plus d’un million de fois, et partagée 10 000 fois sur les réseaux sociaux, elle a provoqué de vives réactions. La plupart des internautes iraniens se déclarant alarmés par la violence de la scène.

Tweet de Taraneh Alidousti, célèbre actrice iranienne.
“C’est une grande tristesse pour les femmes, pour l’humanité. Attraper le hijab des femmes, ou leurs cheveux, n’est pas une manière de les guider. C’est encore une fois la preuve de la férocité des patrouilles de la tyrannie et de la barbarie.
Par ailleurs, nous avons déjà vu ce genre de vidéos ces dernières années. Ne prétendez pas que vous punirez la police cette fois-ci”

“La police de la vertu arrête systématiquement les femmes. Quand une femme est agressée, ne vous contentez-pas d’être de simples observateurs !’

“Cette vidéo donne envie de mourir”


Certaines Iraniennes se sont regroupées derrière le hashtag #MyCameraIsMyWeapon ("mon téléphone est mon arme") pour condamner les agissements de la police des mœurs. L'idée : filmer les abus de la police de la vertu iranienne puis les diffuser sur les réseaux sociaux.

“Cette femme est sauvagement battue par la police morale, la sanctionnant pour son 'hijab incomplet'....#MonTéléphoneEstMonArme  Nous les exposons et nous résistons au port obligatoire du voile”

En Iran, la loi en vigueur depuis la Révolution islamique de 1979 impose aux femmes de sortir tête voilée et le corps couvert d'un vêtement ample plus ou moins long. Lors de ses patrouilles, la police de la vertu peut ainsi se montrer plus ou moins zélée, et interpeller de jeunes femmes jugées "mal couvertes".

Répondant à la polémique, la police iranienne a réagi, s’excusant de ce qui était arrivé, tout en précisant que les femmes devaient"respecter certaines règles de la société". "La police n’approuve pas ce genre de comportements. Nous menons l’enquête afin d’avoir plus d’informations sur cette vidéo", a déclaré le porte-parole de la police iranienne.

=> A LIRE SUR LES OBSERVATEURS :
Des Iraniennes enlèvent leur voile en public contre "l'humiliation quotidienne" du hijab
Smartphone à la main, des Iraniennes combattent la police des mœurs