Vendredi 2 mars, une série d’attaques a secoué le centre-ville de la capitale du Burkina Faso et fait au moins 28 morts, dont 7 parmi les forces de défense. Contactés par France 24, des témoins sur place racontent ce qu’ils ont vu et entendu.

Aux alentours de 10 heures, heure locale, des informations faisant état d’attaques dans deux quartiers différents circulent à Ouagadougou : la première dans le quartier de l’État major burkinabé, le second, dans le quartier de l’ambassade de France, situé à près de 2 kilomètres. Rapidement, nos Observateurs nous font état d’une épaisse fumée noire s’échappant dans le ciel.

Photo transmise par notre Observateur, Clément Bassolé.


Fabrice Yi-Bour se trouvait près du siège de l’état-major des armées lorsque les premiers tirs ont retenti.

Il y a eu une première déflagration énorme, comme si c'était un dépôt de munitions qui avait explosé, ou quelque chose d'inflammable. Puis rapidement, il y a eu des tirs très nourris, suivis d’autres qui ressemblaient à des ripostes, avec un son différent.

Vidéo postée par Fabrice sur sa page Facebook.


Photos postée par Fabrice sur sa page Facebook.
 

J’étais juste à 400 mètres du lieu, lorsque j’ai vu de très nombreuses personnes prendre la fuite en moto.

Nous avons été bouclés dans les locaux de notre entreprise, en face de la cargaison des sapeurs-pompiers. Très rapidement, des militaires ont quadrillé la zone… Depuis 11h30, les tirs se sont calmés, mais on attend de voir ce qu’il va se passer. En attendant, la fumée noire diminue mais est toujours visible dans le ciel.

Le journaliste Sharaph Coulibaly était lui aussi près du siège de l’état-major quand il a entendu une explosion assourdissante puis des tirs sporadiques. “Dans un périmètre de 40 mètres autour de l’état-major, toutes les vitres ont explosé”, a-t-il confié à la rédaction des Observateurs de France 24.


Photos postées par le journaliste Sharaph Coulibaly sur sa page Facebook. Sur ces images, on voit notamment un bâtiment dont les vitres ont été soufflés par l'explosion.
 

Un journaliste, Jean-Baptiste Dipama, a pris ces clichés montrant un hélicoptère de l’armée française se poser dans la cour du du palais du Premier ministre, situé à une centaine de mètres de l’ambassade de France. Il explique au téléphone :

Les tirs se sont arrêtés aux alentours de 12 h (heure locale), et en tout, l'assaut a duré environ 1h30. J'ai vu des hélicoptères de l'armée française, mais aussi de l'armée du Burkina Faso, se poser dans la cour de la Primature, où je me trouvais ce matin [Par ailleurs, des unités des forces spéciales françaises “Sabre”ont été déployées dans la ville selon Le Monde, NDLR]. Des soldats en sont sortis pour aller prêter main forte au secteur de l'ambassade de France. Nous n'avons aucune indication sur l'identité des témoins pour l'instant.

Le ministre de la Défense Jean-Claude Bouda, a affirmé à Jeune Afrique qu’il s’agissait d’une "attaque terroriste visant l’état-major, et l’ambassade de France ", mais n'a pas communiqué de bilan provisoire.

Sur son site internet, le ministère français des Affaires étrangères a assuré que "les forces de l’ordre sont en cours d’intervention et des mesures de sécurité renforcées pourraient être prises par les autorités ".

 

Cet article sera actualisé en fonction des informations à venir. Si vous disposez d'images que vous avez vous-même prises, envoyez nous un message sur notre page Facebook