Une vidéo où l’on voit des personnes maquillées avec du faux sang a été relayée par plusieurs internautes pro-Assad depuis le 23 fevrier. Ils affirment, avec cet extrait, que les opposants syriens ont "mis en scène" de fausses images de civils blessés dans la Ghouta orientale.

Sur ces images, on voit des hommes en gilet beige appliquer du maquillage rouge à des enfants, et des hommes étendus par terre le corps ensanglanté. Ils sourient à la caméra.


"Les martyrs de la Ghouta dans les loges de maquillage avant leur passage au paradis", plaisante cet internaute égyptien, qui accuse "les Frères musulmans" d'être derrière ce qu'il pense être une manipulation.
 

La vidéo a été vue et partagée par des milliers d'utilisateurs sur Facebook et Twitter, notamment par Hosein Mortada, le directeur du bureau syrien d’Al-Alam, une chaîne iranienne proche du régime syrien.

Un indice dans la vidéo pousse pourtant à douter de la version donnée par ces internautes pro-Assad. On remarque en effet un petit logo en haut à gauche de l’écran, où l’on peut lire "Gaza Post", un média palestinien.

Une petite recherche sur Internet nous a ensuite permis de retrouver la version originale de cette vidéo : elle a été extraite d’un reportage datant du 25 février 2017, qui montre un atelier de maquillage et d’effets spéciaux organisé par des passionnés de cinéma à Gaza.


La vidéo du reportage original.


Dans la vidéo qui a circulé sur les comptes pro-Assad, seuls ont été conservés les plans qui montrent les séances de maquillage. Le son a également été coupé, pour cacher la voix off du journaliste.

Ce n’est pas la première fois que ce reportage est utilisé pour faire croire à une manipulation. Des sites israéliens avaient déjà utilisé la même vidéo en juin 2017 pour accuser les habitants de Gaza de faire du "Pallywood" : il s’agit d’un néologisme inventé par l’écrivain américain Richard Landes pour désigner la mise en scène orchestrée, selon lui, par les journalistes palestiniens pour donner une "mauvaise image" de la politique israélienne.

Depuis le 18 février, l'armée syrienne et son allié russe assiègent et bombardent la Ghouta orientale, à l'est de Damas, où sont retranchés des groupes rebelles armés. Plus de 550 personnes y ont depuis trouvé la mort.