Une impressionnante vidéo d’un drone, frappant cible après cible, a massivement circulé cette semaine sur les réseaux sociaux turcs et a été très souvent présentée comme une illustration d’un bombardement par l’armée turque de la localité d’Afrin, un territoire kurde du nord de la Syrie, attaqué par la Turquie depuis le 21 janvier. Tout ça parce que la vidéo comporte un hashtag Afrin… alors qu’elle est en réalité extraite d’un jeu vidéo.

On retrouve la vidéo relayée sur de nombreux comptes pro-turcs sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, un des posts affiche plus de 23 000 vues, un chiffre considérable.

Côté son, on entend une communication qui semble être celle de soldats turcs utilisant des talkie-walkies. En fond sonore, il y a également une musique turque. Mais en prêtant bien attention, il apparait que toute cette bande-son a été ajoutée à une capture d’écran du jeu vidéo "Arma 3".

Des efforts ont manifestement été faits pour tenter de cacher l’origine des images : on voit que les contours originaux ont été rognés. Mais il y a une erreur qui ne pardonne pas : l’étoile rouge qui apparaît à plusieurs reprises correspond au graphisme du jeu "Arma 3".


D’autres détails sont tout à fait identiques à l’environnement graphique de ce jeu : les chiffres sur le bouton qui indiquent le nombre de munitions, de même que le mot "WHOT" (un raccourci pour le terme "white hot "qui signifie qu’un appareil est en vision de nuit).

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Offensive sur l’enclave kurde d’Afrin : quatre intox du web turc et arabophone

Depuis le début de l’offensive turque à Afrin, de nombreuses fausses images ont circulé sur Internet, censées illustrer les combats.

Ce cas d’intox sur la base d’images de jeux vidéos est loin d’être une première. En novembre 2017, le ministère russe de la Défense avait publié une série de photos prétendant montrer que l’armée américaine collaborait avec l’organisation État islamique. Mais l’une de ces images était tirée du jeu vidéo "AC-130 Gunship Simulator: Special Ops Squadron". En février 2016, la télévision d’État iranienne avait montré des images d’un sniper du Hezbollah abattant des supposés combattants de l’EI, lesquelles étaient tirées du célèbre "Medal of Honor".