Observateurs

Une vidéo de lynchage particulièrement atroce circule depuis quelques jours dans des groupes Facebook et WhatsApp marocains. Elle y est décrite comme la scène du meurtre d’un homosexuel qui se serait déroulée au Maroc. En réalité, ces images n’ont rien à voir avec ce pays. Elles ont été tournées au Brésil, et sciemment bidouillées dans le but de faire croire à une scène de meurtre homophobe au Maroc.

En raison de son extrême violence, nous avons décidé de publier uniquement une capture d’écran de cette vidéo.

Capture d'écran de la vidéo qui montre soi-disant un meutre homophobe au Maroc.

Cette vidéo a été transmise à notre rédaction mardi 9 janvier par un de nos Observateurs au Maroc, qui l’a récupérée sur un groupe WhatsApp.

Elle montre un groupe de cinq jeunes hommes frapper un autre à coups de bâton et de pierre, puis de hache, le laissant pour mort au milieu de ce qui semble être un terrain vague. En fond sonore, et dans un parfait accent marocain, on entend en outre des voix d’hommes s’élever : "Vas-y Saïd, frappe ce fils de p**** !", "continue, continue, tape le !"

Capture d'écran transmise par notre Observateur au Maroc.

En effectuant des recherches en collaboration avec notre Observateur marocain, nous avons découvert qu’une page Facebook appelée "Casablanca Civilisation" avait signalé la supercherie dimanche 7 janvier. Dans ce post, il est expliqué que la vidéo a été tournée au Brésil et non au Maroc, capture d’écran à l’appui.

Une recherche avec des mots-clés sur Google a ensuite permis de retrouver la vidéo originale. Et de découvrir que sur la version originale, il n’y a pas de voix avec l'accent marocain, mais seulement en portugais du Brésil. La vidéo qui circule sur les comptes WhatsApp au Maroc a donc été éditée, des voix en arabe marocain ont été volontairement rajoutées.

Elles viennent recouvrir les voix d’origine en portugais. Les agresseurs s’incitent à mutuellement frapper la victime. Le son étant de mauvaise qualité, on distingue seulement un court passage où on entend les assaillants s’écrier : "vas-y, vas-y !" puis "c’est bon" à la fin de la vidéo, comme pour signifier que le sort de la victime est réglé.

En outre, plusieurs articles sur ce fait divers ont été publiés dans les médias brésiliens depuis le 5 janvier. Citée par la presse locale, la police civile brésilienne a indiqué que la victime est un adolescent de 17 ans. Il été tué le 30 décembre 2017 à Fortaleza, la capitale de l’État de Ceará, dans le nord-est du pays. Le motif de ce crime reste inconnu, mais la police soupçonne un règlement de compte entre gangs rivaux.

En l’état, il n’est pas possible de connaître les motivations des commanditaires de ce trucage..

Si vous souhaitez vérifier une vidéo ou une photo, n’hésitez pas à nous contacter par email : observers@france24.com

Ou sur notre page Facebook, ici.

Article écrit en collaboration avec

Djamel Belayachi , Journaliste