La vidéo a été tournée il y a quelques mois au port de Mostaganem, dans le nord-ouest de l’Algérie, mais n’a été partagée sur les réseaux sociaux que ces derniers jours : on y voit des pêcheurs jeter à la mer des kilos de sardine qu’ils avaient pêchées le matin même, sous le regard ahuri de leurs collègues. La raison d’un tel comportement ? L'appât du gain, selon notre Observateur, ce qui n’a pas manqué de choquer les internautes.

Selon notre Observateur Hocine Chetouane, originaire de Mostaganem et qui est en contact avec des proches du pêcheur qui a filmé, les images datent du 29
 août. L’homme qui tient la caméra interroge un collègue sur le prix auquel il a acheté ses sardines : "500 dinars [le kilo]", répond ce dernier. Un prix exorbitant qui scandalise, mais pas autant que ces hommes qui jettent les sardines à la mer par caisses entières, afin de ne pas vendre moins cher. "C’est une catastrophe, mon frère ! Ils disent qu’ils ne veulent pas diviser les gens [sous-entendu, en baissant le prix alors qu’ils ont déjà vendu à ce prix-là à d’autres], et ceux qui ont déjà acheté et qui veulent revendre, comment ils vont travailler ? Tu vois comment ils raisonnent ? Et ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter ? Ils n’y pensent pas ?"

Partagée par plusieurs pages, la vidéo a fini par attirer l’attention des autorités portuaires. Le directeur de l’office de la pêche et des ressources hydrauliques de Mostaganem a déclaré à la chaîne algérienne Al Chourouk TV que le geste de ce pêcheur est illégal, dans la mesure où il est interdit de jeter les produits pêchés à la mer sans l’accord des autorités vétérinaires et des services d’hygiène de la mairie. Il a ajouté que des sanctions seraient prises à leur encontre.

"Ils préfèrent jeter les poissons à la mer plutôt que de les vendre à bas prix ou les donner"

Mais au-delà de la légalité du geste et des risques écologiques, notre Observateur affirme que ce sont surtout les conséquences de ce geste sur le prix et l’offre qui dérangent les internautes :

Les sardines sont censées être un mets que même les ménages les plus modestes peuvent s’offrir. Normalement, le kilo de sardines coûte entre 150 et 200 dinars [soit entre 1 et 1,5 euro, NDLR]. Or, entre les mois de mai et de juillet 2017, le kilo s’est vendu entre 500 et 800 dinars parce qu’il y avait beaucoup moins d’offre. Du coup, certains pêcheurs ont voulu continuer à vendre avec ces prix-là, même quand le produit était à nouveau disponible.

La vente de poisson frais a lieu tôt le matin dans le port. Plus la matinée avance, plus il y a le risque que le poisson ne se vende pas et pourrisse, surtout en été. Car le port de Mostaganem n’est pas correctement équipé : il n’y a pas de production de glaçons, pas de chaîne de froid pour assurer la conservation. Donc au fur et à mesure que les heures passent, le prix est censé baisser [dans la vidéo, on entend que le prix a baissé à 400, puis jusqu’à 300 dinars]. Or, ces pêcheurs ne voulaient visiblement pas vendre en-deçà d’un certain prix. Et pour éviter de se retrouver avec du poisson pourri, ils ont préféré le jeter à la mer.

Je pense que les gens ont surtout été choqués parce que la logique du gain a pris le dessus sur la logique de solidarité. Normalement, quand il reste du poisson invendu, surtout des variétés ordinaires comme la sardine, on donne aux pauvres. Mais là, ils préféraient jeter leur pêche à la mer plutôt que de la vendre à moindre prix ou la donner.

Article écrit en collaboration avec
Sarra Grira

Sarra Grira