Un homme recouvert par des abeilles et des pompiers tentant de le sauver : c’est ce que montrent des vidéos tournées à Douala le 29 novembre, très partagées sur les réseaux sociaux camerounais, certains allant jusqu’à se demander si l’homme – décédé le lendemain – avait reçu un sort. France 24 a mené l’enquête pour comprendre ce qu'il s’était passé.

La scène s’est déroulée dans le quartier Cité des Palmiers, à côté d’une agence de la banque SCB.

Dans une première vidéo, on voit l’homme, enseignant à l’Institut Universitaire de Technologie de Douala, assis sur un banc, immobile, le corps recouvert par des abeilles. Beaucoup d’abeilles mortes se trouvent également à ses pieds. La vidéo a été tournée depuis l’intérieur d’une voiture, dont les vitres sont relevées.

"Un camion a déversé de la terre juste à côté de la banque : c’est à ce moment-là que les abeilles sont sorties"

Ange Monique Nguend était la petite amie de la victime.

Ce jour-là, nous avons accompagné sa mère à la banque. Il en a profité pour retirer de l’argent à l’extérieur de la banque, puis il l'a attendue dehors.

Un camion a alors déversé de la terre juste à côté de la banque, où il y avait un chantier. C’est à ce moment-là que les abeilles sont arrivées. D’après ce que j’ai vu, elles se trouvaient au niveau du premier étage du bâtiment de la banque, dont les locaux sont situés au rez-de-chaussée.

Tout le monde a pris la fuite. Mon petit ami a fait pareil, mais les abeilles sont arrivées très vite sur lui. En ce qui me concerne, je suis entrée dans la banque pour dire à sa mère de ne pas sortir, puis les vigiles ont refermé la porte derrière moi. Donc plus personne ne pouvait entrer ou sortir. Mais quelques abeilles avaient quand même réussi à entrer à l’intérieur et j’ai été piquée dans le dos.

Depuis l’intérieur de la banque, j’ai vu les abeilles s’acharner sur mon petit ami. Il s’est dirigé vers la voiture, puis vers la banque. Il se débattait et se frappait pour les faire partir, puis il s’est assis. Je pense qu’il était déjà fatigué, ça a été très vite. J’ai alors appelé les pompiers.

Quand j'étais à l'intérieur de la banque, une employée m'a dit qu'il y avait des abeilles au premier étage du bâtiment depuis un moment déjà...

 

Selon la compagne de la victime et un autre témoin joint par France 24, les pompiers sont arrivés sur place au bout de 45 minutes. De leur côté, ils assurent être arrivés 10 à 15 minutes après avoir reçu l’appel. La caserne la plus proche se trouvant dans le quartier Ngodi-Akwa, ils ont dû parcourir environ sept kilomètres pour se rendre à la Cité des Palmiers.

Leur intervention a été filmée par de nombreux passants. Dans la vidéo ci-dessous, on voit ainsi deux pompiers vêtus d’une combinaison jaune tenter d’aider l’homme, allongé au sol. L’un d’eux tourne autour de lui avec une torche enflammée, tandis que l’autre essaie de faire partir les abeilles avec ses mains. L’homme parvient ensuite à se relever et à marcher péniblement, avant de se rasseoir. Les pompiers l’emmènent finalement dans leur camion.


Cette vidéo est semblable à celle-ci ou encore à celle-là.
 

"Nous savions que les abeilles n’aimaient pas la fumée"

Afuh Hansel est le commandant de la compagnie d’incendie de Douala. C’est lui et ses collègues qui sont intervenus pour essayer de sauver la victime.

Quand nous sommes arrivés, l’homme était assis sur le banc et avait l’air déjà bien fatigué. Nous l’avons déplacé sur la chaussée et utilisé du feu pour créer de la fumée, car nous savions que les abeilles n’aimaient pas ça. [Cela brouille leur communication, NDLR.] Des gens nous disaient d’utiliser de l’insecticide, mais ça aurait été toxique pour lui. Le feu a permis de faire partir beaucoup d’abeilles, donc au bout 15 à 20 minutes, nous avons pu l’emmener à l’hôpital de district de la Cité des Palmiers.


L’homme a ensuite été transféré vers l’hôpital général de Douala, où il a reçu de l’oxygène selon sa petite amie. Mais il est finalement décédé le lendemain.

"Les piqures ont provoqué une réaction allergique très grave"

Le docteur Oumarou Moussa est médecin généraliste aux urgences de l’hôpital général de Douala.

Les piqures ont provoqué un choc anaphylactique, c’est-à-dire une réaction allergique très grave pouvant entraîner des rougeurs, des gonflements, des problèmes respiratoires, une chute de la tension, des vertiges… Une seule piqûre suffit à déclencher cette réaction. L’homme est donc décédé d’une défaillance multiviscérale [c’est-à-dire que plusieurs de ses organes se sont détériorés très rapidement, NDLR], environ 24 heures après son arrivée dans notre service.

Apparemment, il y avait un nid d'abeilles au-dessus de la banque.


À la suite de la diffusion des vidéos, certaines personnes ont affirmé que l’homme avait probablement reçu un sort pour s’être mal comporté. Cette "explication" avait déjà circulé en octobre dernier, lors de la diffusion d’une autre vidéo montrant un homme avec le bras droit recouvert d’abeilles, en Ouganda. Ce dernier avait été accusé d’avoir volé une voiture.


Cette fois-ci, certains se sont également demandé pourquoi l’homme était resté longuement immobile et pourquoi les abeilles s’étaient acharnées uniquement sur lui. Un phénomène "mystique" selon un témoin joint par France 24, "extraordinaire" selon le média Camer24.

"Les abeilles ont été dérangées, donc elles ont cherché à se défendre"

Christophe Nedelec, un apiculteur français travaillant en région parisienne, avance d’autres explications.

Si un camion est arrivé sur place, cela a produit des vibrations. Donc les abeilles ont été dérangées et elles ont perçu cela comme une attaque. Elles ont donc cherché à se défendre, en "attaquant" tout ce qui se trouvait autour d’elles, d’autant plus que l’abeille africaine a un mécanisme de défense bien supérieur à l’abeille européenne.

Une fois qu’on est piqué, le venin produit une odeur qui attire encore plus d’abeilles. Donc si l’homme a été attaqué en premier, il n’est pas illogique que les abeilles se soient ensuite "acharnées" sur lui.

Il est possible qu’il ait été tétanisé par le venin au bout de quelques minutes seulement, vu le nombre de piqures qu’il a reçu. En effet, dans la première vidéo, on voit des centaines d’abeilles sur le sol : toutes sont mortes après l’avoir piqué. Par ailleurs, toujours dans cette vidéo, on voit bien que le conducteur du véhicule aurait aussi été attaqué s’il n’avait pas eu sa vitre relevée…

Concernant la vidéo en Ouganda, cela n’a rien à voir : cet homme s’était mis une reine sur le bras, donc la colonie a ensuite suivi la reine. Les abeilles n’étaient pas en attaque.

Si des abeilles se trouvaient au-dessus de la banque depuis un moment, il faut les faire enlever, car cela pourrait recommencer !



France 24 a tenté de joindre l’agence de la Cité des Palmiers à plusieurs reprises, sans y parvenir jusqu’à présent.

 

Article écrit en collaboration avec
Chloé Lauvergnier

Chloé Lauvergnier , Journaliste francophone