Observateurs

Dans un tweet publié mardi 14 novembre, le ministère russe de la Défense a voulu prouver que les États-Unis avaient escorté des militants de l’organisation État islamique pour les exfiltrer d’Abou Kamal, où l’armée syrienne les avaient acculés. Mais les autorités se sont complètement décrédibilisées, puisqu’elle a jugé bon de l’illustrer... avec de fausses images.

Dans un communiqué du 9 novembre, le ministère de la Défense a fait valoir que "des drones russes ont repéré le 9 novembre des dizaines de véhicules de l’EI à Abou Kamal, en Syrie, qui se retiraient d’une région sous le contrôle de la 'coalition internationale' [menée par les États-Unis, NDLR]. La Russie a suggéré aux États-Unis de les détruire dans une mission commune. Une suggestion que les États-Unis ont refusé. Mais ils ont en plus donné un accès aux véhicules à une zone d’exclusion aérienne, dans laquelle l'aviation russe n'était pas en mesure de les pourchasser. Les combattants [de l'EI] ont ensuite changé leur drapeau pour celui de l’Armée libre syrienne".

Et puis ce 14 novembre, la Russie avance avoir des preuves irréfutables que "les États-Unis protègent en fait les unités de combat de l'organisation État islamique pour récupérer leurs capacités de combat, se redéployer et les utiliser pour promouvoir les intérêts américains au Moyen-Orient".


Une image tirée d'un jeu vidéo


Pour prouver ces accusations, elle publie quatre images aériennes, censées montrer les colonnes de véhicules de l’EI se retirer vers une zone contrôlée par les forces armées américaines.

Un coup d'œil sufift à repérer que celle-ci est fausse : elle est beaucoup plus nette que les autres mais on voit aussi que ce n’est pas une photo, mais une animation. Et en l‘occurrence, elle est tirée d’une démo d’un jeu vidéo d’aviation de guerre "AC-130 Gunship". La vidéo où l’on retrouve cette image a été publiée sur YouTube le 25 mars 2015.


Deux autres photos sont bien réelles, mais elles n’ont pas été prises le 9 novembre par les drones russes. Elles datent en fait de juillet 2016 ont été prises en Irak. Ce sont des captures d’écran d’opération d’une hélicoptère irakien en mission contre l’EI.







Quant à cette quatrième image, le ministère de la Défense russe a tenté de la jouer un plus finement : il s’agit d’une capture d’écran qui a été photo-éditée. La vidéo date de juillet 2016, elle est en couleur. Les autorités russes l’ont passée en noir et blanc et ont zoomé dans la photo avant de la publier. Là encore, il s’agit d’une photo prise par un hélicoptère irakien traquant des véhicules de l’EI.
Ce n’est pas la première fois que la Russie manipule l’information à des fins de propagande. Dans une interview tout à sa gloire réalisée par le réalisateur américain Oliver Stone et diffusée le 19 juin dernier, Vladimir Poutine avait vanté l’intervention militaire russe en Syrie avec des images… de l’armée américaine.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Vladimir Poutine vante les frappes russes en Syrie… avec une vidéo américaine

Néanmoins, aucune information n’a filtré faisant état d’une éventuelle aide de l’armée américaine aux jihadistes à Abou Kamal. Mais à Raqqa, ex-capitale autoproclamée de l’organisation État islamique, des jihadistes avaient été évacués le 12 octobre sous la supervision des États-Unis, du Royaume-Uni et des Kurdes, comme l'a démontré la BBC.

Article écrit en collaboration avec
Alijani Ershad

Alijani Ershad , Journaliste