Une vidéo montrant un directeur de lycée demandant à ses élèves de lui embrasser la main avant d’entrer en classe agite les réseaux sociaux en Turquie depuis quelques jours. Habituellement réservé aux aînés de la famille, ce geste est jugé dégradant par certains, quand d’autres y voient une marque de respect.

La vidéo n’est pas datée mais elle a est partagée plusieurs milliers de fois depuis le jeudi 2 novembre 2017 sur les réseaux sociaux turcs. Elle a été tournée à Pazarcik, dans la province de Kahramanmaras, dans le sud de la Turquie. On y voit Ibrahim Yilmazcan, le directeur du lycée Pazarcik Anadolu, assis sur une chaise à l’entrée de l’établissement en train de tendre la main à trois élèves pour qu’ils viennent lui embrasser. Compte-tenu du fond sonore où les voix de plusieurs adolescents sont audibles, la vidéo pourrait avoir été filmée depuis une salle de classe.

Cette vidéo a été partagée plus de 10 000 fois, et vue plus de 300 000 fois sur Facebook.
 
"Il se prend pour un cheikh"

Sur les réseaux sociaux, certains ont jugé ce geste rétrograde et dégradant pour les élèves. "Il demande aux élèves de l’embrasser, assis sur sa chaise devant le lycée, il se prend pour un cheikh "[homme âgé et respecté chez les musulmans, NDLR], ironise par exemple un internaute sur le forum eksisözlük.

Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24, un habitant de cette petite ville, qui a souhaité rester anonyme, déplore : "Ce directeur a la réputation d’être sévère et porté sur la discipline. En Turquie, le baisemain est culturel, mais réservé à des circonstances exceptionnelles ou aux aînés d’une famille. En quel honneur fait-il ça ? En plus, ce n’est pas du tout hygiénique".

Cet habitant n’a pas été en mesure d’indiquer quand la vidéo a été tournée, mais affirme que le comportement du directeur n’est pas nouveau.

Le directeur, ancien candidat du parti islamo-conservateur d’Erdogan

Certains internautes ont souligné le fait que le directeur s’était présenté en 2009 aux élections municipales avec l’AKP (Parti de la justice et du développement, le parti du président Erdogan, au pouvoir depuis 2002) ? Une façon de sous-entendre qu’il y aurait un lien effet entre la ligne politique islamo-conservatrice de son parti et le comportement jugé paternaliste du directeur de lycée.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs habitants de Pazarcik ont lancé une campagne de soutien au directeur, victime selon eux d’un acharnement médiatique. Ils le présentent comme un directeur exemplaire et très impliqué dans la bonne éducation de ses élèves. "Il est comme notre père, nous embrassons sa main à nouveau ", peut-on notamment lire sur la page Facebook du lycée.

Le sujet a été porté au Parlement turc par le député d’opposition Sezgin Tanrikulu (CHP, Parti républicain du peuple), qui a réclamé l’ouverture d’une enquête au ministère de l’Education.