Difficile d’y voir clair à plus de quelques mètres, difficile aussi de respirer. Mardi, les habitants de la capitale indienne se sont réveillés avec un épais brouillard, qui n’a malheureusement rien de naturel : une pollution aux particules ultra-fines qui a explosé tous les compteurs de dangerosité pour la santé.

Cette vidéo résume à elle seule l’ambiance au lever du jour à New Delhi :

Ce brouillard appelé le "smog", un mot combinant les mots anglais "smoke "(fumée) et fog (brouillard), est causé par la pollution combinée au froid, qui plaque au sol les émissions polluantes des véhicules ou des centrales, et s’explique aussi par l’absence de vent ou de pluie.

Sur les nombreuses photos publiées par des internautes, difficile d’y voir quelque chose, tant le brouillard recouvre tout. Selon les estimations, il n’était en moyenne pas possible de voir à plus de 15 mètres ce mardi à New Delhi.



 

Une visite royale dans le brouillard

Beaucoup d’internautes se sont dit honteux que le Premier ministre indien, Narendra Modi, ait choisi ce jour pour accueillir le roi et la reine de Belgique, que l’on distingue (difficilement) ici à gauche de l’image.

Cette année, le smog est particulièrement impressionnant, à tel point qu'une association indienne de médecins a estimé que la capitale se trouvait en "état d'urgence" et demandé aux autorités de réagir. Plus de 8 000 masques de protection ont été distribués aux agents des forces de l’ordre.

Un niveau 12 fois supérieur au maximum recommandé

Selon les derniers relevés enregistrés par les autorités de New Delhi, la pollution aux particules fines (PM 2,5) oscillait entre 300 et 650 microgrammes par mètres carrés, alors que l’OMS recommande de ne pas dépasser 25 microgramme sur 24 heures. Des particules qui accentuent les risques de maladies cardiovasculaires et de cancer des poumons.

Avec ses 20 millions d’habitants, la capitale indienne est considérée comme l’une des mégalopoles les plus polluées du monde. L’année dernière déjà, à la même période, New Delhi avait connu son épisode de smog.