Une vidéo montrant plusieurs hommes frapper un Nigérian à Delhi, en Inde, fin septembre, est devenue virale sur les réseaux sociaux ces derniers jours. De nombreux internautes s’indignent et rappellent que cet incident est loin d’être un cas isolé, dans un pays où les Africains sont régulièrement victimes d’agressions racistes.

Dans la vidéo, on voit un homme noir, avec les chevilles attachées à un poteau. Il s’appelle Ahmed et est Nigérian, selon les médias indiens. Un homme tient ses pieds en l’air, pendant qu’un autre le frappe avec un bâton, au niveau de la plante des pieds. La victime parvient ensuite à se retourner et à se recroqueviller sur le sol. Mais plusieurs hommes continuent à le frapper avec des bâtons, sous le regard d’autres personnes.

La police a indiqué que l’agression s’était déroulée le 24 septembre dernier à Malviya Nagar, une localité située à South Delhi, l’un des districts de Delhi. Mais la vidéo n’a été diffusée que le 9 octobre. Selon certains habitants, le Nigérian aurait été attrapé, alors qu’il cambriolait une maison. Krishna Kumar, le propriétaire de la maison en question, l’aurait alors attaché avant de le rouer de coups.

Cinq agresseurs arrêtés

La police a ensuite arrêté cinq des agresseurs et gardé le Nigérian en détention, en raison des accusations des habitants. Ishwar Singh, le chef de la police du district, a précisé à la chaîne de télévision NDTV : "Rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit d’une attaque raciste. L’ambassade du Nigeria a été informée de l’arrestation de l’un de ses ressortissants, Ahmed, avant qu’un tribunal n’ordonne de le placer en garde à vue jusqu’à mardi."

De son côté, le porte-parole de la police de Delhi, a indiqué à Press Trust of India : "Il s’agit d’une tentative de cambriolage. Les habitants de la maison ont été alertés. Ils l’ont attrapé et frappé." Il a ajouté que le Nigérian avait été "examiné par des médecins en raison de ses blessures".

"Ça nous est égal qu’il soit Africain ou Indien : c’est un voleur"

Pawan Kumar, un habitant vivant dans cette zone, a affirmé au journal The Hindu : "Ça nous est égal qu’il soit Africain ou Indien, ou qu’il vienne d’un autre pays. Pour nous, c’est un voleur."

Mais sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont estimé qu’il s’agissait avant tout d’une agression raciste.




En mars, une douzaine d’étudiants africains avaient été attaqués par la foule à Greater Noida, à l’est de Delhi, à la suite de la mort d’un Indien dans des circonstances relativement floues. Ils avaient été accusés de l’avoir drogué intentionnellement, mais l'avaient aussi accusé de cannibalisme.

>> À LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Près de New Delhi, les Africains d’Inde à nouveau violentés sur fond de clichés

Cela fait des années que les Africains vivant en Inde sont victimes d’agressions racistes. En 2014, trois étudiants africains avaient ainsi été tabassés par une foule dans le métro de Delhi. En 2016, un Congolais avait été tué par des Indiens alors qu’il attendait le même rickshaw qu’eux [un véhicule tricycle utilisé pour le transport de personnes en Inde].


Voir notre reportage Ligne Directe sur le racisme dont sont victimes les étudiants africains en Inde :

Article écrit en collaboration avec
Catherine Bennett

Catherine Bennett , Anglophone Journalist