Alors que l’ouragan Irma se dirigeait vers le sud-est des États-Unis, les habitants des Bahamas ont vu samedi 9 septembre la mer se retirer sur plusieurs centaines de mètres. Le même phénomène a été observé le lendemain dans la baie de Tampa, en Floride.

Drôle de surprise aux Bahamas et en Floride : ce week-end, le passage de l’ouragan Irma a entraîné le retrait soudain de la mer. Interloqués, plusieurs internautes ont partagé sur les réseaux sociaux d’impressionnantes images. "La mer a été asséchée…", s’est inquiété un habitant des Bahamas.


"Alors que nous attendons l’arrivée d'Irma, la baie de Tampa est devenue un véritable parc pour chiens. La Ville ayant fermé tous les autres parcs avant la tempête, c’est ce que nous avons de mieux !", témoigne un deuxième internaute, depuis la Floride.


Cette situation exceptionnelle a même donné "la chair de poule" à Jason Beisel, en charge de l’information pour la ville de Clearwater en Floride.


Comme l’explique, dans un billet publié dimanche 10 septembre, la spécialiste en météorologie du Washington Post, Angela Fritz, le recul de la mer est en fait la conséquence de deux phénomènes provoqués par l'arrivée d'Irma.

Au niveau de la baie de Tampa, les vents d’Est ont d’abord poussé les eaux loin des côtes. Dans le même temps, un ouragan peut provoquer un renflement au niveau de l’océan : un ouragan est une dépression atmosphérique massive, l’air est attiré dedans, mais l’eau aussi. Au passage de l’œil, le niveau de la mer s’élève donc de plusieurs mètres, et cette aspiration provoque un retrait des eaux sur des centaines de mètres.

Quelques heures après le passage de l’ouragan, la mer a repris sa place, comme si de rien était…



Angela Fritz précise en effet dans le Washington Post que ce relâchement des eaux ne s’accompagne pas de tsunami. Néanmoins, elle a souligné qu’il était dangereux de se promener sur ces zones émergées, la remontée des eaux pouvant être très rapide.