Marseille, capitale des déchets en France ? Un humoriste marseillais en a eu assez de voir les détritus abandonnés dans les rues des quartiers Nord. Armé de son téléphone portable, il s’est filmé devant les déchets qui jonchent son quartier depuis des mois… et a déclenché un mouvement citoyen via Facebook.


Près de 1 200 tonnes de déchets sont générées quotidiennement à Marseille. Dans certains quartiers de la cité phocéenne, les décharges sauvages où s’accumulent pneus, déchets électroménagers ou gravats ne sont pas rares. C’est le cas du 14e arrondissement, dans le nord de la ville, où vit Jean-Yves Sayag : cet humoriste marseillais, connu sous le pseudonyme de Jys, voit s’accumuler des montagnes d’ordures sur les bords des routes où il circule tous les jours.

"J'ai filmé car j'ai le sentiment que ce quartier est laissé à l'abandon"

Le 5 juillet, Jean-Yves Sayag a publié une première vidéo en filmant ces déchets. Son objectif : pousser un coup de gueule, avec un langage parfois très imagé et un sens de la formule pour montrer ces tas d’ordures. La vidéo a fait plus de 200 000 vues.

Choquant de chez choquant à partager pour que ça change. ...pour que en marche réagisse....honteux

Publié par Jean Yves Sayag sur mercredi 5 juillet 2017

J’en ai ras-le-bol de voir notre quartier qui se meurt. Avant, c’était une grande zone industrielle en périphérie de Marseille, mais depuis plusieurs années, la plupart des entreprises sont parties pour aller s’implanter dans des zones franches, financièrement plus intéressantes. Et depuis, cette zone est devenue une décharge à ciel ouvert. Le problème ne vient pas des particuliers : la plupart des déchets qu’on voit sur les images sont jetés par des commerçants, ou des entreprises qui balancent ça ici pour éviter de payer les frais de déchetterie ! La municipalité de Marseille est débordée, d’autant plus que juridiquement, elle n’a normalement pas à gérer ces déchets !.

Selon la loi française, une métropole ne doit gérer que les déchets ménagers. Les entreprises doivent donc se débrouiller pour faire disparaître leurs déchets industriels. Or, certaines entreprises peu scrupuleuses jettent leurs déchets sur la voie publique, et si elles ne sont pas prises en flagrant délit, elles ne peuvent être condamnées. Si des déchets industriels sont abandonnés, c’est ensuite au procureur de la République et à la police de prendre des mesures pour assurer le nettoyage. Et les procédures peuvent parfois être longues pour enlever ce genre de déchets.


"Les Marseillais m'ont pris pour Spielberg : ils m'appellent pour que je vienne filmer les déchets dans leur quartier !"

Cette situation dénoncée par Jean-Yves Sayag a donc trouvé un écho inattendu :

Ça a tellement circulé que les gens m’ont pris pour Spielberg : ils m’appelaient pour me demander d’aller filmer les déchets dans leur quartier ! Pour l’instant, je me concentre sur mon lieu de vie en dénonçant tout ce qui me met hors de moi : par exemple, les véhicules stationnés depuis des mois sur un parking, totalement abandonnés.

On partage les amis...a regarder jusqu'au bout

Publié par Jean Yves Sayag sur mercredi 26 juillet 2017

Je ne sais pas s’il faut y voir une conséquence, car les procédures pour enlever ce genre de véhicule sont très longues, mais dès le lendemain, des services de la police sont venus enlever ces véhicules, ceux que j’avais filmés. Quand il y a une réaction des autorités, je pense qu’il faut aussi le signaler et faire un suivi.

Oufff merci à vous tous plus de 165000 vues merci aux élus de la mairie 13/ 14 merci à la mairie 15/16 a allo mairie ...mais malgré les pressions le combat continu. ..jys le marseillais

Publié par Jean Yves Sayag sur mardi 1 août 2017

Ma démarche est purement citoyenne, certainement pas politique : je veux ouvrir les yeux des Marseillais sur les quartiers laissés à l’abandon. Les vidéos que j’ai publiées montrent des choses qu’on voit tous les jours. Pourtant, elles totalisent un peu plus de 500 000 vues. Pour moi, ça montre que la propreté de nos rues est devenue la priorité numéro un des Marseillais.

"Cette action collective me donne envie de faire moi aussi des vidéos"

Étonné par son succès, Jean-Yves Sayag a voulu que son initiative ne reste pas individuelle. Le 5 août, il a créé la page Facebook "Marseille je t’aime", où il incite les Marseillais à utiliser le même procédé : filmer pour dénoncer les déchetteries sauvages. Son groupe compte aujourd’hui 300 membres et une trentaine de photos postées par d’autres Marseillais, comme Nadège Regoli :

À chaque fois que je vois ces déchets, je les signale aux services de la municipalité [auprès du numéro "Allo mairie" notamment, NDLR], mais je crois que ces services doivent être un peu fatigués de la situation : ils interviennent, mais dès le lendemain, il y a deux fois plus de déchets au même endroit !


Je prenais déjà des photos des déchets que je postais sur ma page Facebook pour essayer de faire réagir les internautes. Beaucoup commentaient, mais ça donnait peu de choses concrètement. Cette fois, cette action collective me donne envie de refaire des vidéos pour dénoncer. J’ai vraiment le sentiment qu’en s’unissant on va arriver à rendre notre Marseille belle et propre.

Quid des applications municipales ?

La métropole de Marseille a déjà tenté de mettre en place des dispositifs impliquant les citoyens pour gagner en efficacité dans le ramassage des déchets. Depuis 2015, une application développée par Marseille Provence Métropole et baptisée "Engagés au quotidien" permet aux citoyens phocéens de prendre des photos pour localiser des déchets dans 17 communes des Bouches-du-Rhône. De nombreux utilisateurs se plaignent cependant de bugs à répétition et pointent le fait que certains signalement ne seraient pas traités.

De nombreuses initiatives similaires existent dans le monde : en Guinée-Conakry, la blogueuse Fatoumata Chérif a notamment lancé le concept du 'selfie-déchets' pour se prendre en photo devant des détritus abandonnés et les poster sur les réseaux sociaux. Découvrez son projet en cliquant sur l'image ci-dessous !

Des selfies devant les déchets : les images choc pour assainir la Guinée (cliquez sur l'image pour lire l'article)


Article écrit en collaboration avec
Alexandre Capron

Alexandre Capron , Journaliste francophone