Une trentaine de jeunes tunisiens des environs de Maâmoura (nord-est) ont construit de nombreux objets, dont six bateaux, avec des bouteilles en plastique jetées sur les plages, parkings et trottoirs de cette station balnéaire. Pour sensibiliser la population au tri des déchets, ils organisent ces prochains jours des courses nautiques.

L’association de protection du littoral de Maâmoura a chapeauté, avec d’autres associations et institutions publiques, une série d’ateliers destinés aux jeunes du gouvernorat de Nabeul. Pendant 10 jours, un éducateur polonais a formé une trentaine de jeunes, du 6 au 16 juillet 2017. De là est née la version tunisienne du projet "Bottle Race", originaire de Pologne.

Les jeunes ayant participé au projet testent les bateaux sur la plage de Maâmoura. Vidéo publiée sur Facebook le 14 juillet 2017. 



"Avec 3000 bouteilles, nous avons construit six bateaux"

Plusieurs courses de "bateaux recyclés" sont organisées ces prochains jours à Maâmoura et Korba. Notre Observateur, Mohamed El Benney, président de l’association de protection du littoral de Maâmoura, se félicite de la mobilisation des jeunes et espère pouvoir en accueillir davantage l’année prochaine.

Les jeunes ont ramassé des bouteilles un peu partout, sur la plage, dans le centre-ville, mais surtout sur les parkings situés en bord de mer. C’est là que les gens jettent leurs déchets n’importe comment. Sur ces parkings, on pouvait récupérer entre 400 et 500 bouteilles par jour.

Les déchets abandonnés sur le parking de la plage de Maâmoura. Photo prise par notre Observateur le 18 juillet 2017. 

Ces déchets en plastique se retrouvent ensuite dans la mer ou sur la lagune, en fonction de la direction du vent. La biodiversité marine est en danger, tout comme les oiseaux migrateurs qui se réfugient dans la zone humide toute proche.

Avec plus de 4 000 bouteilles, nous avons construit beaucoup de choses. Pour les six bateaux il a fallu récupérer 3 000 bouteilles et les jeunes ont construit des meubles et divers objets avec les 1 000 bouteilles restantes. Pour la course, mêmes les pagaies des jeunes skippers ont été fabriquées avec des planches à découper et des manches de pelles réutilisés.

Des jeunes assemblent des bouteilles avec du film plastique pour fabriquer un radeau. Photo publiée sur Facebook le 13 juillet 2017. 

Le radeau et ses pagaies terminé. Photo publiée sur Facebook le 14 juillet 2017. 
"On espère créer des partenariats avec des associations écologistes"

On a voulu créer un projet cohérent et organiser la première course en mer de bateau recyclé au monde. Ces courses existent depuis plusieurs années en Pologne, mais elles ont lieu dans un canal.

Pour nous ce projet est l’occasion de sensibiliser la population, mais aussi de mettre en valeur le potentiel de notre ville, très touristique. Notre flore et notre faune sont riches, nous devons les préserver.

Ces ateliers ont beaucoup plu aux jeunes de la région et nous espérons pouvoir en accueillir davantage l’année prochaine, notamment si nous pouvons nous mettre en contact avec d’autres associations écologistes ou institutions dans le monde.

Le 13 juin 2017, les autorités tunisiennes ont mis en place une police de l’environnement, notamment pour faire face à la crise des déchets qui touche l’agglomération de Tunis. Les policiers sont notamment chargés de verbaliser ceux qui déposent leurs ordures dans la rue. Pour l’instant, elle n’agit que dans ce périmètre restreint.

Si vous souhaitez contacter l'association, envoyez-leur un message sur leur page Facebook ou envoyez-nous un mail à obsengages@france24.com !