18-07-2017: Le parquet de Paris a fait savoir qu'il avait ouvert une enquête préliminaire après la diffusion de cette vidéo. L'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) est chargée d'identifier l'agent apparaissant sur cette vidéo.

Des coups de poing, des esquives, un public. Ce n’est pas un match de boxe, mais un combat de rue entre un jeune homme et un policier en exercice sous le regard des copains et... des collègues. L’altercation, filmée à Paris en juin dernier et diffusée sur les réseaux sociaux, a cumulé plus de 800.000 vues.



La scène se déroule dans la nuit du 27 juin à trois heures du matin dans le quartier Porte de la Chapelle à Paris. Quatre jeunes habitants ont installé une table, un écran et une PlayStation devant la maison de l’un d’entre eux, rue Raymond Queneau dans le 18ème arrondissement. Ce soir-là, on joue à FIFA. Le jeune homme de 20 ans, sans emploi, qui se fait surnommer "Dybala", a l’habitude d’y retrouver ses amis. "La patrouille est venue une première fois. Le policier avec qui je me suis battu par la suite était déjà nerveux et agressif. Il a menacé de nous gazer si on ne rangeait pas la PlayStation. Ses collègues étaient calmes. Je pense qu’ils ne voulaient pas montrer leur désaccord devant nous". Sur le trottoir d’en face, Samy*, 28 ans, est témoin de la scène : "au début, même s’il y avait un rapport de force, ça ressemblait à un contrôle de routine".

Peu de temps après, la patrouille revient. "Nous avions commencé à ranger quand le policier s’est dirigé vers moi et m’a poussé en me parlant mal ", rapporte Dybala. Rapidement, le ton monte entre le jeune homme et le policier. "Il a fini par me mettre une gifle. Moi aussi je suis nerveux et insolent, alors je lui ai dit de se décaler et de me gifler à nouveau s’il ose. Il l’a fait". Tout s’enchaîne. Les deux hommes se battent sous le regard du reste de la patrouille, des amis de Dybala et d’autres témoins. "Les agents de la patrouille ont dit de ne pas séparer. Et quand le policier est tombé, je l’ai blessé à l’arcade". Comme on le voit sur la vidéo, c’est seulement quand le policier perd l’équilibre et s’effondre qu’une policière tente d’asséner un coup de matraque à Dybala mais ses copains et lui prennent la fuite. Ils ne seront pas poursuivis et la police n’appellera pas de renforts. La patrouille remonte dans son véhicule Kangoo et repart. "Le policier est repassé deux jours après rue Raymond Queneau, il m’a nargué en me disant t’es content, tu fais le buzz. Cette fois je n’ai pas répondu".



La vidéo de la scène, qui semble avoir été filmée par un ami de Dybala, a été récupérée par Samy* qui l'a transmise à l’Observatoire national des violences policières. Sur la page de l'organisation, elle a été visionnée 60.000 fois, avant d'être relayée sur une autre page répertoriant des videos de combats de rue où elle a fait 745.000 vues.

Amal Bentounsi, porte-parole de l’Observatoire, a fondé le collectif "Urgence notre police assassine "après la mort de son frère tué d’une balle dans le dos par un policier. Elle explique que "cette vidéo a fait surgir plusieurs témoignages qui laissent entendre qu'il ne s'agit pas d'une pratique isolée". Elle n’a toutefois connaissance d’aucune procédure judiciaire pour des motifs similaires à ce jour. Dybala reconnait que c’est une première pour lui, mais pas dans le quartier. "Je connais au moins trois personnes de ma génération à Marx Dormoy qui ont déjà fait un face-à-face avec un policier."

Samy* n’est pas non plus surpris par ce qu’il a vu. "Le policier reste un humain avec ses faiblesses et son orgueil. Faire le coq dans la basse-cour, surtout devant ses collègues, ce n’est pas nouveau. Les histoires de ce genre, on en connait tous". Pour lui, un face-à-face est généralement fait à la demande du jeune "en réaction à certains abus de policiers, pour régler ça d’homme à homme. Mais il est rare qu’un policier accepte". Selon le jeune homme, ceux qui sont le plus susceptible d'accepter sont des agents de terrain qui connaissent les codes de la rue, comme ceux de la brigade anticriminalité (BAC).

Mathieu, policier enquêteur au service judiciaire d’un commissariat d’une ville du 93, le confirme. "Je suis surpris que ce soit 'un bleu'. En général, ce sont plutôt des agents de terrain chevronnés qui acceptent, comme la BAC, BST ou GSP. Les équipes se connaissent, ne changent pas, il y a une cohésion et, surtout, ce sont des équipes de nuit, donc moins de témoins potentiels".

Issu d’un quartier dit sensible, il n’est pas étonné par la vidéo. "Bien sûr qu’il arrive que certains collègues acceptent un tête-à-tête. Parfois, certains nous poussent à bout mais il faut garder son sang-froid". Pour lui, il ne s’agit pas de manque d’expérience ou de bizutage, car les jeunes recrues ont tout à perdre.

"La police n’attire pas que des personnes bien intentionnées. Certains rejoignent le corps par défaut ou par goût de la bagarre. Avec l’arme et l’uniforme, ils se sentent tout-puissants et couverts par la justice. Ça se ressent au contrôle et ça peut créer un sentiment d’injustice. Pour la personne lésée, faire sortir le policier de son uniforme pour en découdre d’homme à homme semble être une solution. Même dans les murs du commissariat, ça peut arriver dans une moindre mesure." "On n’est pas sur un ring "

Quentin Gourdin, porte-parole de l’association de policiers RAID Aventure, se dit interloqué par la vidéo. "C’est une pratique d’un autre âge. En quinze ans de carrière dans les quartiers difficiles d’Île-de-France, dont je suis issu, je n’ai jamais rien vu de tel. C’est un manque de probité et un non-respect de la déontologie".

Il est fréquent que la police soit confrontée à des situations difficiles où des personnes veulent obtenir un tête-à-tête. Axel Ronde, secrétaire général du syndicat CGT-Police Île-de-France, le reconnait. "Mais ça reste des paroles, c’est bien la première fois que je le vois se concrétiser. On n’est pas sur un ring. Que des agents tombent aussi bas ça doit nous interpeller sur le manque de formation et d’encadrement de nos forces dans les secteurs les plus difficiles". Pour lui, la seule explication possible est que les deux protagonistes se connaissaient et avaient un différend. Ce que nie Dybala.

De son côté, la préfecture de Police de Paris a fait remonter l’information mais n’a pas encore donné sa version des faits, n’ayant eu connaissance de la vidéo qu’après notre sollicitation. Le parquet de paris a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire. L'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) a été chargée d'identifier l'agent apparaissant dans la vidéo. Pour l'heure, aucune plainte n'a été déposée suite à l'altercation.

Aux yeux de la justice, le jeune homme et le policier, même s'il est avéré qu'ils étaient consentants, restent responsables pénalement de leurs actes. Ces violences constituent un délit qui peut être puni par une peine d’emprisonnement allant jusqu'à trois ans et 45 000 euros d’amende. Le policier risque par ailleurs des sanctions administratives, comme les autres agents de la patrouille, pour qui ces sanctions "peuvent aller jusqu’à la révocation ", précise Axel Ronde, notamment pour n’être pas intervenus et pour non-dénonciation d’un délit.

Pour Quentin Gourdin, ces duels de rue n’apportent rien aux deux partis. "À part créer des scènes de violence et faire le buzz, ça ne fait pas avancer les choses". Il encourage néanmoins à ce qu’il y ait des rencontres entre policiers et habitants de quartier dans un contexte positif. "Une confrontation sportive hors service, cela peut aider à dissiper les tensions et renouer le dialogue entre la police et les habitants, comme ce que nous faisons depuis plus de cinq ans avec les évènements Prox Aventure".

* Le prénom a été modifié.
 
Article écrit en collaboration avec
Chamsseddine Bouzghaia

Chamsseddine Bouzghaia , journaliste Pas 2 Quartier