Une vidéo postée vendredi 21 avril au matin sur Twitter par un leader d'extrême droite britannique a tenté de montrer que des musulmans à Londres avaient célébré l'attentat des Champs-Élysées à Paris qui a tué un policier jeudi soir. Pourtant, il était très simple de vérifier cette vidéo en quelques clics. On vous explique comment.

Sur la vidéo, un groupe d’hommes sont fous de joie, certains debout sur une statue. Paul Golding, le leader de Britain First – une organisation politique britannique d'extrême droite — l'assure sur son compte Twitter : ils "célèbrent" l’attaque terroriste qui a eu lieu jeudi soir sur les Champs-Élysées à Paris, revendiquée par le groupe État islamique.


Comment vérifier ce contenu ?

Pour vérifier une vidéo dont vous n'êtes pas sûr de l'origine, il faut d'abord la récupérer. Pour cela, vous pouvez utiliser des utilitaires gratuits sur Internet, comme  DownloadTwitterVideo, à condition de ne pas conserver la vidéo par la suite pour ne pas enfreindre les droits d'auteur.

Puis, il suffit de publier la vidéo sur votre compte YouTube personnel, en pensant bien à cocher la case "Non Répertorié" pour ne pas enfreindre les droits d'auteur. Une fois la vidéo téléchargée, vous pouvez récupérer le lien URL de la vidéo YouTube, et la publier dans l'outil de vérification de vidéo, l'Amnesty DataViewer.


Une fois la vidéo chargée, cliquez sur "reverse image search". L'outil va effectuer une recherche sur Internet pour essayer de retrouver si l'image associée à la vidéo existe déjà. Si c'est le cas, vous allez la retrouver en ligne. Il vous suffit ensuite de chercher la date la plus ancienne pour vérifier si la vidéo a bien été prise dans le contexte présenté.


Dans cet exemple, on voit que la vidéo la plus ancienne qui ressort date du 22 juin 2009. Il s'agit en fait d’un groupe de Pakistanais à Londres – aux abords de la station de métro Tooting Broadway, dans le sud-ouest de la ville – qui fêtaient la victoire de leur équipe à un match de cricket. La vidéo originale est visible ci-dessous :


Vendredi soir, Paul Golding, se rendant peut-être compte de son erreur, a supprimé le tweet initial vers 18h45 heure locale.

La même vidéo avait déjà été manipulée après les attentats du 13 novembre en France... toujours avec la même méthode.

Si vous voulez en savoir plus sur la vérification des images, vous pouvez consulter notre guide ci-dessous.

Article initialement publié sur Mashable avec France 24

Article écrit en collaboration avec
Alexandre Capron

Alexandre Capron , Journaliste francophone