Les partis politiques algériens font actuellement campagne pour les élections législatives du 4 mai prochain. Mais sur certaines affiches, les femmes sont représentées... sans visage, contrairement aux candidats masculins. De vives critiques ont été émises, avant que l’instance en charge des élections ne demande aux partis incriminés de modifier leur affiches, lundi 17 avril.

Plusieurs photos de ces affiches circulent sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. L’une d’elles présente la liste du Parti de l’équité de la proclamation (islamiste) dans la wilaya d’Adrar, dans le sud-ouest du pays. On y voit une candidate voilée, présentée comme travaillant à la direction des travaux publics... mais dont le visage a été effacé.

Cette affiche du Parti de l'équité et de la proclamation est l'une des plus relayées sur les réseaux sociaux.

Mais ce n’est pas le seul exemple. Sur cette affiche du Front des forces socialistes (FFS), un parti d’opposition, trois femmes sont représentées. Là encore, on ne voit pas leurs visages, mais cette fois, c’est un dessin de femme voilée anonyme qui représente chacune de ces candidates.

Une affiche du Front des forces socialistes (FFS).

Même chose sur l’affiche de cette liste indépendante, où se trouvent deux "femmes fantômes" – une retraitée et une ingénieure d’État en agronomie – mais cette fois-ci, sans voile représenté.

L'affiche d'une liste indépendante.

Une affiche du Parti algérien vert pour le développement (PAVD). Source :
CNN.

Une affiche de l’Alliance nationale républicaine (ANR). Source :
Al-quds.

Vives critiques

Ces affiches ont suscité la controverse en Algérie, où la campagne électorale s’est ouverte le 9 avril dernier. Pour le quotidien El Watan, "la phénoménale intrusion des nombreuses 'candidates sans visage' (…) atteste d’une évolution insoupçonnée de la mouvance islamiste dans la société".

Le quotidien relève également que dans certains cas, ce sont les candidates elles-mêmes qui auraient refusé de mettre leur photo.

D’où les interrogations de certains électeurs : seront-elles capables de les défendre réellement, alors qu’elles ne semblent pas assumer pleinement leurs candidatures ? D’autres estiment qu’elles n’inspirent guère la confiance, dans la mesure où la politique devrait se faire à visage découvert.

Commentaires publiés sur Facebook sous un article évoquant ces "candidates fantômes".

Cette candidate du Parti des travailleurs (PT) a présenté son programme à la télévision publique algérienne en choisissant d’avoir le visage flouté. Vidéo diffusée sur
Youtube.

Enfin, certains avancent une hypothèse, comme le mentionne El Watan : ces candidates ont-elles été mises sur les listes uniquement pour que ces dernières soient validées, dans la mesure où la législation impose un quota de femmes, fixé à 30 % des candidats ?


Une "initiative fort malencontreuse", selon le FFS

Dans un premier temps, la présidente du Parti de l'équité et de la proclamation, Naïma Salhi, a affirmé que ces femmes cachaient leurs visage pour conserver "l’équilibre de [leur] couple ou [de leur] famille".

Face aux critiques, le Front des forces socialistes (FFS) a publié un communiqué la semaine dernière, indiquant qu’il s’agissait d’une "initiative fort malencontreuse" de son équipe de communication dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, au sud-est d'Alger : "Le FFS a ordonné le retrait immédiat de cette affiche et condamne vigoureusement ce type de procédés incompatible avec les principes et valeurs du parti".

Cinq partis mis en demeure

De son côté, la Haute instance algérienne de surveillance des élections a finalement adressé, lundi 17 avril, des "mises en demeure" aux partis n’affichant pas les photos de leurs candidates dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, leur accordant 48 heures pour changer leurs affiches. "C’est dans cette wilaya où les exemples de 'femmes fantômes' les plus éloquents ont été enregistrés", a assuré le coordinateur de cette instance, Hassan Noui, avant de lister les partis concernés : le Front des forces socialistes (FFS), l’union Ennahdha-Adala-Bina (islamiste), le Front national algérien (FNA, nationaliste), le Front algérien pour le développement, la liberté et la justice (FADLJ, islamiste) et le Front du militantisme national (FMN).

Jointes par l’agence de presse nationale APS, les têtes de liste de ces cinq partis ont refusé de s’exprimer sur le sujet. Le coordinateur de la Haute instance a ajouté que le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales avait été informé pour prendre les mesures légales prévues en de pareils cas.

Le coordinateur de la Haute instance de surveillance des élections dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj a ensuite assuré que les partis concernés dans la zone avaient rectifié le tir et intégré les visages des candidates sur leurs affiches.

Lors des élections législatives de mai 2012, une liste du Front des forces socialistes (FFS) avait déjà présenté une "candidate fantôme" à Ghardaïa.

Par ailleurs, en octobre dernier, une polémique semblable avait éclaté au Maroc avant les élections législatives, puisque seules les photos des candidats masculins apparaissaient sur les tracts d’un parti.

>> À LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Pourquoi les femmes n'ont-elle pas de visage sur ce tract d'un parti marocain ?
Article écrit en collaboration avec
Chloé Lauvergnier

Chloé Lauvergnier , Journaliste francophone