Alors que la région indienne du Cachemire connaît de violentes manifestations depuis quelques jours, une vidéo tournée le 9 avril, montrant un jeune homme attaché à l’avant d’une jeep de l’armée, circulant à travers des villages de cette région du nord de l’Inde, a suscité une vague d’indignation. Sauf du côté des autorités, qui applaudissent ou justifient cette initiative pour le moins surprenante des forces de l’ordre…

La vidéo a été postée sur Twitter pour la première fois le 14 avril. Elle a été retweetée et aimée plus de 1 000 fois lorsqu’elle a été reprise et critiquée par un ancien ministre en chef du Jammu-et-Cachemire, Omar Abdullah.


Le jeune homme attaché à la jeep s’appelle Farooq Dar. Il a été attaché au véhicule comme un bouclier humain, afin que les manifestants arrêtent de lancer des pierres sur les soldats indiens.

Le Cachemire connait de fortes tensions alors que des élections doivent décider qui remplacera un député, qui a démissionné en raison du meurtre de civils dans de précédents affrontements entre séparatistes et les forces de l’ordre. Le premier tour, qui s’est tenu le 9 avril, jour où a été filmé de la vidéo, a été marqué par un taux de participation d’une faiblesse record, 7 % des électeurs seulement s’étant déplacés, alors que des activistes favorables à l’indépendance du Cachemire avaient appelé au boycott.

Omar Abdullah, ex-ministre en chef du Jammu-et-Cachemire, a condamné la pratique sur Twitter, contribuant à attirer l'attention sur la vidéo.

"Suis-je un jouet ou un humain ?"

Il n'a pas été possible de retrouver l'auteur de la vidéo. Devant Farooq Dar, on voit une pancarte indiquer qu’il est un "jeteur de pierre", le terme utilisé pour désigner les manifestants dans la région. Dar était pourtant un des rares citoyens à être allé voter ce jour-là. Il affirme qu’il n’a pas pris part aux manifestations et qu'il s’est fait arrêter par une patrouille en revenant d’un bureau de vote. "Suis-je un jouet ou un humain ?", a-t-il demandé dans une interview.

La police du Jammu-et-Cachemire a ouvert une enquête contre l’officier de l’armée qui a décidé d’attacher Farooq Dar et un porte-parole du ministère de la Défense a assuré que le contenu de la vidéo était étudié par son administration.

"Du très bon boulot"
 
Mais cela n’a pas empêché le procureur général d’Inde, Mukul Rohatgi, d’approuver le geste humiliant de l’armée. Il a ainsi estimé dans une interview à CNN-News18 que c’était "une de ces décisions spontanées. Si le major [qui l’a prise] a réussi à circuler sans que personne ne soit blessé, c’est qu’il a fait du bon boulot. Cela devrait être reproduit. Nous soutenons l’armée et le major à 100% ".

L’armée a pour sa part dit qu’elle avait été obligée d’utiliser cette technique de "bouclier humain" afin de passer à travers une foule de manifestants munis de pierres, dans le but de de secourir de agents de police et des militaires séquestrés dans un bureau de vote.