C’est un tollé sur les réseaux sociaux nigérians : des photos montrant un commandant de la police en charge de la sécurité routière en train de couper les cheveux de certaines femmes de son unité circulent depuis le 10 avril.

Le corps fédéral de sécurité routière (FRSC) a partagé les photos sur sa page Facebook le 10 avril, indiquant que son commandant régional dans l’Etat de Rivers, Andrew Kumapayi, effectuait une "inspection des cheveux, des ongles et des uniformes" auprès des femmes officiers de la ville de Port Harcourt. Devant la pluie de critiques suscité par le caractère franchement déplacé de ce geste, le post a vite été retiré. Mais trop tard, des internautes avaient déjà sauvegardé les photos.

Le commandant Kumapayi en train de couper lui-même les cheveux de femmes oofficieirs. Ces photos postées par la FRSC sur Facebook ont été republies notamment par le compte Twitter @laurestar.



Le lendemain, la FRSC indiquait avoir infligé des sanctions à Andrew Kumapayi pour ses coupes de cheveux punitives, sans en préciser la nature. Selon la BBC, un porte-parole de la FRSC a assuré que le geste de son officier était "en dehors" de la mission de l’organisme. On peut trouver en ligne le code vestimentaire de la FRSC, qui n’indique rien sur la longueur réglementaire des cheveux des femmes, précisant seulement que les employées doivent "conserver une coupe de cheveux qui permet [aux cheveux] de rentrer dans le béret".

Quant à Andrew Kumapayi, il a gardé le silence depuis le début de la polémique.