Depuis une semaine, des milliers d’internautes réagissent avec beaucoup d’émotion à une vidéo montrant une jeune femme noire torturée par plusieurs hommes. "Chinois", "Indiens" et "Arabes" ont été désignés coupables et insultés dans le but de dénoncer le racisme dont les uns et les autres témoigneraient envers les Africains. Mais les images ont été tournées … au Brésil.

ATTENTION, CERTAINES IMAGES PEUVENT CHOQUER

Pendant 1 minute 30, on voit plusieurs hommes encerclant une jeune femme, lui frapper lourdement le crâne avec une poutre en bois et lui donner plusieurs coups de poing au visage. Elle perd connaissance, puis elle est prise de convulsions. Les hommes qui l’entourent tentent alors de la redresser avant qu’elle ne perde connaissance.

La rédaction des Observateurs de France 24 a choisi de ne pas diffuser cette vidéo, très choquante, et de flouter le visage la jeune femme.

Des dizaines d’internautes nous l’ont signalée. Ils affirment, tour à tour, que les bourreaux de la jeune femme sont des hommes arabes, chinois ou indiens.

Un exemple de post Facebook accusant des Indiens d'avoir torturé la jeune fille, le 13 mars 2017.

Capture d'écran de la vidéo partagée par un internaute le 12 mars 2017. Il affirme que la jeune femme a été frappée par des Chinois.

Un exemple de message reçu le 12 mars 2017 sur la page Facebook des Observateurs de France 24. 



Portugais avec un accent brésilien



"Vous avez commis une faute", lancent les agresseurs à la jeune femme au début de la vidéo. Une fois le tabassage terminé, l'un d'entre eux dit "Vous êtes en train de la tuer comme ca !". Ils s'adressent à elle "Allez la femme, ouvre la bouche ! Respire ! Calme toi !" alors qu'elle est prise de convulsions. "Ca y est, c'est fini ! Nous avons fait ce que nous avions à faire", concluent-ils. Montage de captures d'écran de la vidéo.

Une agence de presse brésilienne locale a d’ailleurs relayé ces images, sans être en mesure d’en établir l’origine précise. Elle affirme que la vidéo a été tournée au Brésil et a commencé à être partagée sur les réseaux sociaux brésiliens le 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes. La rédaction des Observateurs de France 24 n’a pas trouvé d’autres occurrences de cette vidéo avant cette date.

MISE A JOUR , le 20/03/2017
Selon un journaliste de l'agence contacté par France 24, la jeune femme est décédée pendant son agression le 3 mars, dans les environs de Palmas, au centre du Brésil. Vendeuse de stupéfiants depuis plusieurs mois, elle se serait endettée auprès de trafiquants qui aurait décidé de la tabasser pour la punir. Toujours selon le journaliste brésilien, les agresseurs n'ont pas encore été arrêtés mais la police a lancé une enquête.

Une vidéo partagée massivement pour "dénoncer le racisme"

Sur Facebook, ces images, ont été vues plus de 60 000 fois depuis le 8 mars. Un internaute originaire de Côte d'Ivoire résidant à Paris, "Guy", l'a partagée précédée d'un commentaire face caméra où il exprime sa colère et son indignation. Sa vidéo a été vue plus de 25 000 fois et partagée 1 200 fois.

Capture d'écran de la page Facebook de "Guy" réalisée le 15 mars 2017. 

Il affirme que la jeune femme est africaine et qu'elle a été tabassée par des Arabes dans un champ de pommes de terre en Arabie saoudite. Interrogé par France 24, il explique qu’une amie lui a envoyé les images par message privé. Celle-ci lui disait simplement qu’elle les avait reçues d’un ami résidant à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Ce n’est pas la première fois que le contexte d’images tournées au Brésil est déformé sur les réseaux sociaux africains. Des scènes ultra-violentes de règlements de comptes entre gangs criminels sont notamment présentées comme des crimes racistes ou xénophobes.

Le dernier exemple est récent : pour dénoncer les violences xénophobes contre les commerçants congolais et nigérians en Afrique du Sud, les internautes ont massivement partagé une vidéo d’un homme abattu à bout portant initialement publiée en novembre 2015, où tous les protagonistes parlent portugais.

À LIRE SUR LES OBSERVATEURS >> Non, ces images ultra-violentes ne montrent pas les attaques xénophobes en Afrique du Sud