En Inde, les marques d’affection en public sont rarement bien perçues, surtout lorsqu’elles sont le fait d’un jeune couple non marié. Deux étudiants ont pu le constater à Thiruvananthapuram, la capitale de l'État du Kerala (sud-ouest), le 21 février, lorsque deux policières sont venues les réprimander. Agacés, ces jeunes ont décidé de filmer la scène et de la diffuser en direct sur Facebook.

Vishnu et Arathy, deux étudiants âgés de 24 et 23 ans, étaient assis sur un banc dans un parc situé dans l’enceinte du Musée Napier, lorsque deux policières se sont approchées d’eux, en les accusant de se comporter de façon "vulgaire" en public. À ce moment-là, Vishny avait simplement son bras autour des épaules d’Arathy.

Dans ce Facebook Live, Vishnu répond aux questions et aux accusations des policières. L’échange se fait en malayalam, une langue locale.

"Ici, les gens raisonnent encore de façon archaïque en ce qui concerne la morale"

Arathy revient sur ce qui s’est passé :

Nous étions en train de regarder quelque chose sur mon téléphone lorsque les deux policières sont arrivées. Elles nous ont demandé si nous étions mariés. Nous leur avons dit que non. Puis elles nous ont dit que le fait de mettre la main autour des épaules de quelqu’un était contraire à la loi. C’est à ce moment-là que Vishnu a commencé le Facebook Live. Nous leur avons demandé : "Quelle est la loi que nous enfreignons ?" Mais elles n’ont pas su quoi répondre.

Capture d’écran de la vidéo enregistrée par Vishnu.

Ensuite, elles nous ont demandé de nous lever et de partir, mais nous avons refusé. Elles nous ont alors dit de les suivre au poste de police. Là-bas, nous avons été contraints d’appeler nos parents. Ils ont été très mécontents en recevant cet appel…

Comme les policières étaient incapables de citer la loi que nous enfreignions, elles ont finalement dit que nous avions causé une "nuisance publique". Cela dit, nous ne nous sommes inquiétés à aucun moment car nous savions que nous n’avions rien fait de mal.

À la fin de la vidéo, Arathy et Vishnu parlent face à la caméra. Capture d’écran de la vidéo.

Ici, les gens sont contrariés quand ils voient des marques d’affection en public. Ils pensent que le fait de se faire des câlins ou de mettre le bras autour de l’épaule de quelqu’un est obscène. Du coup, ils dénoncent parfois ces comportements auprès de la police, qui vient ensuite voir les couples pour leur dire que c’est inapproprié. Ça nous arrive assez régulièrement, de même qu’à nos amis. Par contre, lorsqu’on est marié, ça ne pose aucun problème. Ici, les gens raisonnent encore de façon archaïque en ce qui concerne la morale.


Les deux étudiants ont finalement été autorisés à quitter le poste de police, mais ils ont refusé de le faire car ils voulaient d’abord parler avec le commissaire de police et les médias. Par ailleurs, ils ont dû payer une amende de 200 roupies (soit 2,83 euros).

Cette scène a été très relayée sur les réseaux sociaux. À lui seul, le Facebook Live de Vishnu a été regardé par près de 200 000 personnes et plus de 1 200 commentaires ont été postés en dessous.


Plusieurs personnes dans le parc ont assisté à la scène. Capture d’écran de la vidéo.


Face au tollé suscité par cette affaire, le chef de la police de l’État du Kerala a publié une déclaration sur Facebook le lendemain : "Personne n’a le droit de déranger ou de harceler un couple nulle part, qui plus est dans l’espace public. Dans notre pays, nous imposons une retenue (sic) sur les marques d’affection en public en raison de notre culture et tradition, bien qu’elles ne soient pas interdites d’un point de vue légal."

Le communiqué posté par le chef de la police de l’État du Kerala.

Arathy et Vishnu ont reçu de nombreux messages de soutien pour avoir tenu bon face aux questions de la police. Ils espèrent que les mentalités vont évoluer à ce sujet.

Selon Vishnu, les parents punissent parfois très sévèrement leurs enfants lorsqu’ils sont réprimandés par la police. Il arrive ainsi que les filles soient contraintes d’arrêter leurs études et d’accepter un mariage arrangé. Les garçons sont toutefois moins sévèrement punis, en général.

Polémique autour de la "police de la morale"

En Inde, le terme de "police morale" renvoie au fait de harceler ou réprimander quelqu’un au sujet de son comportement soi-disant immoral. Des incidents impliquant la "police morale" se produisent régulièrement. Le jour de la Saint Valentin, un couple marchant sur la plage d’Azheekal, dans l'État du Kerala, a ainsi été insulté et agressé par cinq personnes. Trois d’entre elles ont ensuite été arrêtées et inculpées. À la suite de cette agression, le ministre en chef du Kerala, Pinarayi Vijayan, avait réagi en ordonnant au chef de la police de l’État de punir plus sévèrement ces "policiers de la morale", indiquant que ce "type d’activités criminelles ne serait pas toléré dans le Kerala".