Que faire lorsque personne ne veut vous embaucher ? C’est ce qui est arrivé à Collette Divitto, une Américaine de 26 ans atteinte de trisomie 21, qui vit à Boston. Loin de se laisser abattre, la jeune femme a décidé de monter sa propre entreprise de fabrication de cookies, appelée "Collettey’s Cookies". Forte de son succès, elle cherche désormais à embaucher d’autres personnes en situation de handicap.

Collette Divitto est atteinte du syndrome de Down (ou trisomie 21). Cette maladie génétique est due à une anomalie chromosomique, s’accompagnant notamment d’un retard de développement et de déficiences cognitives variables selon les individus.

Aux États-Unis, comme ailleurs, le handicap constitue généralement un frein à l’embauche, comme a pu l’expérimenter Collette Divitto. Selon le Bureau of Labor Statistics, lié au Département du travail, seules 17,5 % des personnes handicapées âgées de plus de 16 ans avaient un travail en 2015, contre 65 % des personnes non handicapées, un chiffre progressant lentement. La législation américaine interdit pourtant les discriminations à l’embauche (Americans with Disabilities Act). En revanche, il n’existe aucune loi imposant un certain "quota" de travailleurs handicapés dans les entreprises, comme c’est le cas en France par exemple.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : De jeunes trisomiques argentins gagnent en autonomie avec leurs "pizza-parties"


Collette Divitto a lancé sa propre entreprise, personne n'ayant souhaité l'embaucher. Photo publiée sur la page Facebook
"Collettey's Cookies".

"Soit les employeurs me disaient que je ne correspondais pas à ce qu’ils recherchaient, soit ils ne me rappelaient pas"

Collette Divitto explique sa démarche :

J’ai toujours cuisiné chez moi, notamment avec ma mère, mais je m’y suis mise sérieusement lorsque j’étais en troisième. À ce moment-là, j’ai eu des cours de cuisine à l’école, qui m’ont beaucoup plu, donc j’ai commencé à y consacrer encore plus de temps chez moi. J’adore cuisiner parce que ça m’amuse, sans compter que tout le monde apprécie ce que je fais.

Mais quand j’ai commencé à chercher du travail dans ce secteur, quelques années plus tard, je n’ai pas réussi à être embauchée. Les employeurs me disaient que je ne correspondais pas à ce qu’ils recherchaient ou alors ils ne me rappelaient pas, même si personne ne m’a jamais dit directement que c’était à cause de mon handicap. Et pourtant, j’ai toujours eu l’impression que mes entretiens d’embauche s’étaient très bien passés.

En 2011, j’ai donc décidé de monter ma propre entreprise, avec l’aide de ma sœur et de ma mère. Nous formons une équipe : je suis la cuisinière, ma sœur s’occupe des réseaux sociaux et de l’aspect "marketing", et ma mère se charge du "business plan" de l’entreprise. Au début, c’était quelque chose de tout petit, puis ça a pris de l’ampleur au fur et à mesure.


Collette Divitto dans sa cuisine en 2013, avant que son entreprise ne prenne son envol. Photo publiée sur la page Facebook
"Collettey's Cookies".


C’est surtout un reportage de la chaîne de télévision locale CBS Boston qui a fait connaître l’entreprise de Collette Divitto en novembre 2016. "Dans les dix jours qui ont suivi, […] plus de 50 000 cookies ont été commandés", est-il indiqué sur son site Internet. Depuis, l’entreprise "Collettey’s Cookies" est en plein boom.


"Je suis en train d’embaucher une femme atteinte d’infirmité motrice cérébrale"

Collette Divitto poursuit :

Depuis quelques semaines, je prépare mes cookies dans les cuisines du Golden Goose Market, dans le quartier "North End" de Boston, où je les vends également, puisque je n’ai pas encore ma propre boutique. [Elle cuisinait avant chez elle, quand elle recevait moins de commandes, NDLR.] Par ailleurs, les gens peuvent passer commande sur mon site Internet, car je peux expédier mes cookies dans tout le pays.


Collette Divitto devant le Golden Goose Market, à Boston, où elle fabrique et vend ses cookies actuellement. Photo publiée sur la page Facebook
"Collettey's Cookies".

Dans les cuisines du Golden Goose Market. Vidéo publiée sur la page Facebook
"Collettey's Cookies".


Comme ça fonctionne très bien, je suis actuellement en train d’embaucher une femme atteinte d’infirmité motrice cérébrale. [Il s'agit de troubles moteurs dus à des lésions survenues avant, pendant ou après la naissance, NDLR.] Je suis ravie car mon objectif est précisément d’embaucher des personnes en situation de handicap. [En outre, quelques volontaires l'aident également désormais, NDLR.]

J’aimerais que tout le monde ait les mêmes opportunités dans la vie. Il faudrait que l’on se concentre avant tout sur les compétences des gens, et non pas que des personnes handicapées soient empêchées d’accomplir quelque chose en raison de leur handicap.


Les fameux cookies de Collette Divitto. Photo publiée sur la page Facebook "Collettey's Cookies".





Article écrit en collaboration avec
Chloé Lauvergnier

Chloé Lauvergnier , Journaliste francophone