Une fête d’école a fait les gros titres la semaine dernière au Bangladesh, à l’occasion d’une cérémonie de bienvenue pour un élu local. Et pour cause : celui-ci a littéralement marché sur le dos de lycéens qui formaient un “pont humain“. Beaucoup d’internautes sont choqués, même si certains défendent une “tradition“.

Nur Hossain Patwary est l’élu d’un Comté de la région de Chandpur (au sud de la capitale, Dacca) et membre du parti au pouvoir au Bangladesh, la Ligue Awami. Le 30 janvier dernier, il était invité à célébrer la fête annuelle du sport au lycée Nilkomal Osmania. Durant les festivités, des adolescents ont réalisé une chaîne humaine, et l’homme politique a traversé cette passerelle sur le dos des lycéens.

Vidéo amateur reprise par le site bangladais bdnews24.com

Nur Hossain Patwary a depuis été trainé en justice par le tuteur de l’un des adolescents, qui a également porté plainte contre le chef d’établissement, le président et deux autres cadres du lycée. Devant l’ampleur du scandale, la Ligue Awami a annoncé que Nur Hossain Patwary était exclu du parti.

Le gouvernement bangladais a lancé une enquête

Cette histoire n’est pas un fait isolé. Une autre photo a fait son apparition quelques jours après la première. Et elle montre quasiment la même scène : le même weekend, un riche homme d’affaires marchant sur les épaules d’un rang d’écoliers. Dildar Hossain Prince avait fait don à cette école du district de Jamalpur d’un terrain, et il participait à une fête de remerciements en son honneur.

Selon l’administrateur en chef du district, interrogé par l’AFP, les parents des adolescents sont en colère : “ils disent qu’ils n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école pour participer à ce genre de choses“.

Les critiques se multiplient aussi sur les réseaux sociaux, notamment contre Nur Hossain Patwary.
“Il devrait être puni pour cette conduit barbare“ déclare Ahsan Habib sur Facebook. Un autre internaute n’hésite pas à parler de “comble de la sauvagerie“.

Certains internautes défendent toutefois l'homme politique au nom d’une “tradition“ des ponts humains au Bangladesh, une cérémonie de remerciements et d'hommage.
Nur Hossain Patrawy a, de son côté, publié des excuses sur Facebook, tout en postant une deuxième photo, aux côtés de la sienne, montrant un autre "marcheur sur pont humain".