L’ingénieur Shubhendu Sharma s’est donné comme objectif de faire pousser des arbres en milieu urbain. Sa première petite forêt composée de 270 arbres a été construite sur son propre terrain en 2011 à Kashipur, dans le nord de l’Inde. Depuis, il en a fait son métier et inspire d’autres personnes à suivre son exemple.

Quelques mois après avoir planté sa propre forêt, il lance une entreprise spécialisée dans la conception de forêts. Le succès est rapidement au rendez-vous : son entreprise Afforestt a créé 75 forêts dans le monde, dont 70 en Inde. Parmi les pays ayant profité de sa méthode, on trouve le Singapour, le Pakistan, les Pays-Bas et les États-Unis.

Cette méthode est rapide : une forêt peut surgir de terre en seulement deux ans. En Inde, environ 45 % des terres sont dégradées en raison de la déforestation, ainsi que des pratiques agricoles non durables et de l’extraction excessive des eaux souterraines. Malgré tout, l’Inde dispose de 68 millions d’hectares, le plaçant en dixième place des pays avec le plus de forêts dans le monde.

La première forêt qu'a fait pousser Shubhendu Sharma, au bout de 20 mois. (Photo : Shubhendu Sharma)

"Je crée des forêts avant tout parce que j’aime voir la nature se régénérer de manière naturelle"

J’ai appris à faire grandir une forêt en 2008, lorsque j’étais ingénieur à Toyota. Nous avions invité Akira Miyawaki, botaniste japonais expert en écologie végétale, à faire une formation dans l’entreprise. Après six mois de travail et avec l’aide de 300 volontaires, nous avons réussi à planter 30 000 arbres sur le terrain de l’entreprise.

Deux ans après, les arbres avaient poussé et la forêt était devenue vraiment impressionnante. En novembre 2010, je me suis dit que la méthode qu’il nous avait enseignée était facile et qu’il fallait l’utiliser ailleurs. Je me suis donc lancé, d’abord chez moi, ensuite chez les autres.

Un écureuil dans la première forêt de Shubhendu Sharma (Photo : Shubhendu Sharma)

Voici comment ça fonctionne : avant de planter un arbre, nous inspectons d’abord le sol pour voir quelles sont les propriétés qui lui manquent. Car pour pousser, les arbres ont besoin d’eau, de lumière et de nutriments. Afin de permettre à la terre de devenir poreuse, nous ajoutons de la biomasse [par exemple des feuilles sèches, NDLR] qu’on trouve aux alentours de l’endroit où l’on plante les arbres. L’eau peut ainsi pénétrer la terre et aider les plantes à grandir.

Pour produire des nutriments naturellement, nous ajoutons des micro-organismes tels que des bactéries et certains champignons microscopiques qui se nourrissent de la biomasse mélangée à la terre. Lorsqu’ils se multiplient, ces micro-organismes permettent à la terre de respirer.

La prochaine étape consiste à chercher les espèces d’arbres qui existaient dans le passé à l’endroit où nous voulons en replanter. Pour cela, nous inspectons des parcs aux alentours et nous allons nous renseigner dans des musées d’histoire naturelle de la région.

Shubhendu Sharma près d'une forêt qu'il a fait pousser sur le terrain d'une entreprise située à Chennai, dans le sud de l'Inde. (Photo : Shubhendu Sharma)

Lorsqu’on les identifie, on catégorise les arbres en quatre types : les arbustes, les petits arbres, les arbres et les canopées. Nous collectons ensuite les graines à partir d’arbres-mère aux alentours. Nous les rassemblons avec les pourcentages que l’on veut de chaque catégorie de types d’arbres, et on fait ensuite germer de jeunes pousses. Puis au bout de trois mois, les racines grandissent en profondeur.

La faune et la flore dans la forêt plantée chez Shubhendu Sharma (Photo : Shubhendu Sharma)


"Nous avons un projet de création de forêt dans le Val de Loire en novembre 2016"

Si maintenant nous avons notre propre entreprise, les débuts ont été difficiles, car personne ne demandait à avoir une forêt chez lui. C’est quand les gens ont vu les photos des forêts qu’on a plantées qu’ils se sont intéressés à notre projet.

En 2011, nous n’étions que deux personnes, mais maintenant nous sommes six et nous nous occupons du conseil, mais nous sommes également impliqués sur le terrain. Par exemple, nous avons commencé il y a une semaine un projet en collaboration avec le gouvernement, dans lequel on compte convertir un parc en une forêt urbaine, en rajoutant le plus d’arbres possible. Nous avons également un projet de création de forêt en France, dans le Val de Loire en novembre 2016. En Europe, nous facturons à 40 euros le m² d’arbres plantés, mais en Inde le prix est de 10 euros le m².

Je crée des forêts avant tout parce que j’aime faire ça. J’aime bien voir une partie de la terre se transformer en arbres, et voir ainsi la nature se régénérer. Si mon initiative contribue à améliorer l’état de l’environnement en Inde ou ailleurs, j’en serai honoré.



"Nous avons réussi à planter 7 000 arbres en une journée"

Dr Vivek Nagarajan est professeur à l’université de technologie de Coimbatore, dans le sud de l’Inde. Avec ses étudiants, il s’est inspiré de la méthode de Shubhendu Sharma pour créer une forêt.

Notre projet a commencé en 2013, lorsque nous étions en train de construire notre faculté. Comme celle-ci se trouvait à côté d’une entreprise de fonderie qui émettait de la pollution, les autorités souhaitaient trouver une solution pour préserver notre institution de ces rejets polluants.
Des étudiants ayant participé à la plantation de la forêt y organisent un pique-nique trois ans plus tard. (Photo : Vivek Nagarajan)

Au début, certaines personnes ne croyaient pas en notre projet, car ils ignoraient à quel point c’était simple. Nous avons organisé un atelier de formation pratique fait par M. Sharma à l’intention de 35 personnes, dont des étudiants de notre université. Une fois la théorie maitrisée, les participants ont commencé à planter des arbres. En tout, 300 étudiants bénévoles y ont participé. Chacun d’eux a ainsi planté entre 20 et 30 arbres à l’université. Nous avons réussi à planter 7 000 arbres en une journée.

Article écrit en collaboration avec Imane Moustakir (@imanemoustakir), journaliste à France 24.